TLMFMC - Formation Médicale Continue - Développement Professionnel Continu
  • Actus Système de Santé - Archives

  • Discipline :
  • Toutes spécialités
  • Auteur :
  • Pierre Colombier - Veille UnaformeC
  • Date :
  • 25/03/2018

Voir Actus de la semaine

Voir aussi

             Actus Maladies, Traitements - Archives              Actus Santé publique - Archives

             Actus Education du patient - Archives               Actus Juridique Ethique - Archives      

             Actus Gestion professionnelle - Archives          Actus Vie associative - Archives

28 mai - 3 Juin 2018

Journal officiel du 1er juin 2018 : Organisation SMUR et SU. Notice : ce décret modifie l'article D. 6124-11 du code de la santé publique pour préciser et sécuriser les conditions d'organisation de lignes de garde communes entre le SMUR et la structure des urgences (SU), ainsi qu'introduire la possibilité pour les établissements autorisés, lorsque la faible activité du SU et du SMUR le permet, de recourir à une astreinte médicale afin d'assurer cette activité.   Décret n° 2018-427 du 31 mai 2018 modifiant l'article D. 6124-11 du code de la santé publique relatif à l'organisation de lignes de garde communes entre structure des urgences et structure mobile d'urgence et de réanimation

Journal officiel du 2 juin 2018 : HAD et SAD.>  Notice : le décret prévoit les cas d'interventions conjointes des établissements d'hospitalisation à domicile avec un service de soins infirmiers à domicile ou un service polyvalent d'aide et de soins à domicile, auprès d'un même patient. Il définit également les conditions de fonctionnement et de coordination des deux structures. Ce dispositif vise à permettre à une partie du personnel du service de soins infirmiers à domicile ou du service polyvalent d'aide et de soins à domicile intervenant au domicile du patient de poursuivre son intervention, afin d'offrir une continuité dans le parcours de soins du patient tout en apportant des garanties au maintien de l'équilibre de l'offre médico-sociale des territoires. Le décret actualise également la liste des partenaires avec lesquels un service de soins infirmiers à domicile peut conclure une convention pour ses interventions.                 Décret n° 2018-430 du 1er juin 2018 prévoyant les conditions d'admission et les modalités de prise en charge conjointe des patients par un établissement d'hospitalisation à domicile et un service de soins infirmiers à domicile ou un service polyvalent d'aide et de soins à domicile  > Notice : le décret prévoit les cas d'interventions conjointes des établissements d'hospitalisation à domicile avec un service de soins infirmiers à domicile ou un service polyvalent d'aide et de soins à domicile, auprès d'un même patient. Il définit également les conditions de fonctionnement et de coordination des deux structures. Ce dispositif vise à permettre à une partie du personnel du service de soins infirmiers à domicile ou du service polyvalent d'aide et de soins à domicile intervenant au domicile du patient de poursuivre son intervention, afin d'offrir une continuité dans le parcours de soins du patient tout en apportant des garanties au maintien de l'équilibre de l'offre médico-sociale des territoires. Le décret actualise également la liste des partenaires avec lesquels un service de soins infirmiers à domicile peut conclure une convention pour ses interventions.    Arrêté du 1er juin 2018 fixant la durée de la prise en charge minimale par le service de soins infirmiers à domicile ou le service polyvalent d'aide et de soins à domicile permettant une intervention conjointe avec un établissement d'hospitalisation à domicile      

Le système de protection sociale limite les restes à charge liés aux soins des personnes qui recourent à l’aide humaine. Les personnes qui recourent à l’aide humaine pour réaliser les activités du quotidien ont souvent des dépenses de santé élevées. Cette aide est en effet fréquemment associée à des pathologies nécessitant une prise en charge sanitaire lourde et à l’achat de dispositifs médicaux coûteux qui peuvent s’accompagner de restes à charge après remboursement par l’assurance maladie obligatoire importants. Pour autant, on ne connaît pas la capacité du système de protection sociale à limiter le niveau de reste à charge pour cette population.    Pour en savoir plus. Institut de recherche et documentation en économie de la santé (IRDES) mai 2018. 8 pages

21-27 mai 2018

Rapport « Assurer le premier accès aux soins » - Organiser les soins non programmés dans les territoires. Rapport de Thomas Mesnier (avec ses 19 recommandations) remis à Agnès Buzyn. Le présent rapport fait le constat unanimement partagé du besoin pressant de structuration de la réponse à la demande de soins non programmés par les acteurs de médecine ambulatoire, pour éviter que celle-ci ne se déporte par défaut sur les urgences hospitalières et n’en altère le bon fonctionnement. Il propose d’encourager les professionnels de santé, au premier rang desquels les professionnels ambulatoires, à structurer le service public qui leur est confié au plus près des territoires de santé et dans une optique de soins coordonnés et avec le concours actif des agences régionales de santé et des collectivités territoriales. Il vise par ailleurs à proposer un cadre de mesures concrètes, propres à pleinement informer et orienter nos concitoyens sur l’importance d’un recours avisé au segment approprié de l’offre de santé, en fonction des symptômes qu’ils manifestent. Assurer le premier accès aux soins Organiser les soins non programmés dans les territoires Rapport de Thomas Mesnier Député de Charente. 84 pages.  Lire la synthèse pages 2, 3, 4 et 5.

Réseaux de soins : Terra Nova milite pour le développement des réseaux de soins et « une plus large reconnaissance de leurs vertus et bénéfices »La note de Terra Nova du 14 mai 2018 : La santé en réseaux Qualité des soins, entreprise à mission et contrats dérogatoires Synthèse de 39 pages

14-20 mai 2018

SAMU : la Ministre recevra les propositions des organisations professionnelles et syndicales de médecins d’ici le 1er juillet. Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé veut tirer toutes les leçons des dysfonctionnements révélés par le décès de Mme Musenga. A l’issue de la réunion du 15 mai  avec les organisations professionnelles et syndicales de médecins urgentistes, trois décisions ont été prises conjointement : compléter et actualiser toutes les procédures de traitement des appels au 15, renforcer et homogénéiser les formations des personnels qui traitent les appels ainsi que des médecins régulateurs, garantir que tous les services SAMU sont engagés dans une démarche qualité.  Le communiqué de presse du ministère  

7-13 mai 2018

Téléconsultation (TLC) et téléexpertise (TLE). Visualisez ces deux sigles, vous les verrez de plus en plus.Pour ces deux modalités, le ministère des solidarités et de la santé a saisi la HAS pour « définir les situations cliniques, les champs et les publics pour lesquels (ces actes) devaient être exclus »           HAS : Qualité et sécurité des actes de téléconsultation et de téléexpertise

Prévenir la maltraitance des enfants par le renforcement du rôle des médecins et de la coordination entre secteurs professionnels. Plus de 80 % des mauvais traitements sur un enfant sont infligés au sein de la famille. La maltraitance est caractérisée par son début précoce et sa chronicité. Lorsqu’un professionnel de santé suspecte une maltraitance chez un enfant, pour le protéger, il peut être amené à le faire hospitaliser immédiatement.  Cinq documents HAS : Maltraitance chez l’enfant : repérage et conduite à tenir                Recommandations éditées par la HAS et la SOFMER sur le syndrome du bébé secoué                Fiche de synthèse syndrome du bébé secoué ou un traumatisme crânien non accidentel par secouement          Fiche Mémo "Maltraitance chez l'enfant : repérage et conduite à tenir" actualisation.        Fiche mémo : syndrome du bébé secoué ou traumatisme crânien non accidentel par secouement - Aspect juridiques.               Maltraitance chez l’enfant : repérage et conduite à tenir  Deux documents Inserm           Rapport du comité de suivi du colloque national sur les violences faites aux enfants (paris, sénat, 14 juin 2013). 143 pages.La synthèse du rapport. 9 pages

30 Avril - 6 mai 2018

Démographie médicale et paramédicale Quatre documents actualisées de la Drees. > Combien de médecins en 2040 ? > 53 % d’infirmiers en plus entre 2014 et 2040, une forte hausse qui répond à la demande de soins > 10 000 médecins de plus depuis 2012Démographie des professionnels de santé : qui sont les médecins en 2018 ? Quelle accessibilité aux médecins généralistes ? Combien d’infirmiers en 2040 ? Un outil de projections d’effectifs de médecins

Le livre du Dr Patrick Bouet, président du Conseil national de l’ordre des médecins (Cnom), intitulé Santé : explosion programmée, est sorti le 2 mai 2018 en librairie. Sur près de 200 pages, ce généraliste, connu pour sa modération, sort de sa réserve et exhorte le gouvernement à agir vite pour réformer un système de santé à bout de souffle. En finir avec le double langage, former les médecins autrement, faire coopérer les savoirs, construire des projets de santé plutôt que des maisons de santé, faire sortir l’hôpital de ses murs, renforcer la solidarité ou la prévention : il détaille son diagnostic et ses solutions. Vous le trouverez dans toutes les bonnes librairies et sur la toile

Quelles sont les missions de la DGS ? Relire l’interview du Pr Jérôme Salomon (DGS) lors de sa prise de fonction

 

23 - 29 Avril 2018

Télé-expertise et téléconsultation : aucune situation clinique serait exclue. Par la loi de financement de la sécurité sociale 2018 (LFFS 2018) l’Etat a voulu favoriser le déploiement de la télémédecine avec notamment l'entrée dans le droit commun du financement des actes de téléconsultation et de télé-expertise.  Dans ce cadre, le ministère e la Santé a saisi la HAS pour "définir les situations cliniques, les champs et les publics pour lesquels les actes de téléconsultation et de télé-expertise devraient être exclus". Saisie, la HAS après consultation de la littérature internationale et de toutes les parties concernées en conclue qu’aucune situation clinique est à exclure.      La fiche de la HAS (quatre pages) d’avril 2018        Pour information : Le rapport sur la place de la télémédecine dans l’organisation des soins de 2008. DHOSVoici le texte de l’avenant qui attend la signature des syndicats. Le projet de l’avenant : Les télé-expertises de niveau 1 « simple » (de manière ponctuelle ou répétée) sont facturées 12 euros et limitée à quatre actes par an, par médecin et par patient. Celles du niveau 2 sont effectuées de manière ponctuelle uniquement et facturées 20 euros. Elles seront limitées à deux actes par an, par médecin et par patient. « L'ensemble de ces actes de télé-expertise ne peut pas faire l'objet de dépassements d'honoraires », peut-on lire dans le projet d'avenant.

Expérimentations en santé. Avant d’envisager une action locale prenez connaissance de l’article 51 et de la présentation faite par le ministère. Pour réformer le système de santé, la loi de financement de la Sécurité sociale 2 018 a instauré (à l'article 51) un nouveau cadre juridique d'expérimentations dérogatoires. Il est censé favoriser les innovations du terrain avant évaluation et généralisation éventuelle. Il s'agit, selon le texte, de "favoriser l'innovation par l'émergence de nouvelles organisations dans les secteurs sanitaire et médico-social concourant à l'amélioration de la prise en charge et du parcours des patients, et de l'efficience du système de santé et de l'accès aux soins", et d'"améliorer la pertinence de la prise en charge par l'assurance maladie des médicaments ou des produits et prestations associées et la qualité des prescriptions". Les expérimentations pourront notamment viser à "optimiser par une meilleure coordination le parcours de santé, la pertinence et la qualité de la prise en charge sanitaire, sociale ou médico-sociale" et à "organiser par une séquence de soins la prise en charge des patients".

On pense ici à l'utilisation de dispositifs numériques de coordination des professionnels de santé agissant dans la prise en charge, et aux outils de télé suivi qui permettent d'assurer la continuité des soins, après une hospitalisation par exemple.             La loi de financement de la sécurité sociale 2018 (LFSS 2018). Lire le chapitre II << Promouvoir l’innovation en santé >> Article 51          Expérimenter et innover pour mieux soigner. Ministère des solidarités et de la santé : 13 avril 2018.

16 - 22 Avril 2018

Dépenses assurance maladie. L'objectif de dépenses d'assurance maladie mentionné à l'article L. 162-23 du code de la sécurité sociale est fixé à 8 543,8 millions d'euros pour 2018.            Arrêté du 17 avril 2018 fixant pour l'année 2018 l'objectif de dépenses d'assurance maladie afférent aux activités de soins de suite et de réadaptation

Avec l’élargissement de ses missions au social et médico-social, la HAS intervient désormais sur tous les enjeux de la santé : En plus de son rôle central dans le champ sanitaire, la HAS intervient désormais aussi dans les champs social et médico-social : évaluation des établissements, élaboration de recommandations pour l’inclusion sociale, la protection de l’enfance, l’accompagnement des personnes handicapées et des personnes âgées.

Dossier Infirmier Pratiques Avancées – IPA. Au moment où l’exécutif va légiférer sur ‘’Infirmier et pratiques avancées ‘’ (IPA), l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé (IRDES) se penche, ce mois d’avril, sur le programme Asalée. Le dispositif expérimental Asalée (Action de santé libérale en équipe) a été créé en 2004 afin d'améliorer la prise en charge des maladies chroniques en médecine de ville. Un protocole de coopération permet des délégations d'actes ou d'activités des médecins généralistes vers des infirmières comprenant des dépistages et des suivis de pathologies chroniques. Action de santé libérale en équipe (Asalée) : un espace de transformation des pratiques en soins primaires. Avril 2018.

Des séances chez le psychologue remboursées par la Sécurité sociale à partir de mai 2018 : Les Caisses Primaires d'Assurance Maladie (CPAM) de Haute-Garonne, du Morbihan, des Bouches-du-Rhône et des Landes testeront à partir de mai 2018 et jusqu'en 2020 le remboursement à 100% de séances. Le dispositif concerne tous les patients âgés de 18 à 60 ans, sans condition de ressources. À terme, la mesure pourrait être étendue à l'ensemble du territoire français. L’objectif de cette expérimentation est d'enrayer le recours trop systématique aux antidépresseurs ;

Vous êtes à la CME et/ou au CA d’un Ehpad ? Parcourez le document infra (56 pages) avant votre prochaine réunion ; Rapport IGAS de Pierre Ricordeau mis en ligne le 18 avril 2018. Ce rapport comprend : > une synthèse des ressentis des acteurs sur la réforme de la tarification  > des éléments d’analyse de cette réforme et de la transformation du secteur des Ehpad ; > une série de propositions.  > Relevé des échanges et propositions de la mission de médiation sur la mise en place de la réforme de la tarification dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad)

9 - 15 Avril 2018

Hospitalisation à domicile (HAD) : un outil d’aide à la décision d’orientation des patients (ADOP). Evaluer en 8 clics au maximum si un patient est éligible à une HAD. Et ceci quel que soit son âge et sa situation clinique.  Mais en cas d’éligibilité l’admission relève de l’appréciation de l’équipe de l’HAD. Cet outil a été élaboré dans le cadre d’un travail piloté par la HAS en collaboration avec des professionnels de santé en associant les représentants des patients.        Pour essayer l’outil

Fiche mémo : Contraceptionchez l’adolescente. Cette fiche mémo, fondée sur les recommandations les plus récentes, fait partie d’un ensemble de fiches mémo concernant la contraception et complète plusieurs documents sur ce thème produits par la HAS.    Fiche (avec de nombreux liens) mise en ligne le 10 avril 2018 par la HAS

 

2 - 8 Avril 2018

Les remboursements de soins du régime général en hausse de 3,3% sur les douze derniers mois. Selon le dernier point mensuel de l’Assurance maladie, en février 2018, les dépenses de soins de ville ont augmenté de 5,6% par rapport au mois de février 2017. L’évolution est de 3,9 % sur les douze derniers mois. Parmi ces dépenses, les remboursements de soins médicaux et dentaires progressent de 8,2% par rapport au mois de février 2017 et de 4,5% en rythme annuel. Dans le détail, entre les mois de février 2018 et février 2017, les remboursements des soins de généralistes ont augmenté de 11,8%, ceux de soins spécialisés progressent de 7,3% et ceux de soins dentaires progressent de 3,8%. Ces évolutions sont principalement portées par les revalorisations tarifaires mises en place à partir de mai 2017. Sur les 12 derniers mois, ces évolutions sont respectivement de 5,2% (soins de généralistes), 4,2% (soins de spécialistes) et 2,4% (soins dentaires).

Répondre aux besoins de santé en formant mieux les médecins : propositions pour évaluer et réviser le troisième cycle des études médicales. Ce 3ème cycle a été réformé en 2016. Il compte désormais 44 diplômes d’études spécialisées, au lieu de 30, dont les contenus pédagogiques sont formalisés dans des maquettes. La densification de la formation, l’autonomisation progressive et la suppression des diplômes complémentaires redonnent ainsi au post-internat sa raison d’être et doivent permettre une installation plus précoce des médecins. Le rapport analyse cette réforme et le début de sa mise en œuvre. Il propose une méthode et des critères d’évaluation et de révision des maquettes de formation, en mettant en perspective les compétences à acquérir et les besoins de santé. Il donne des éléments de comparaison avec l’organisation des études médicales dans plusieurs pays étrangers (Allemagne, Royaume-Uni, Espagne, Italie, États-Unis et Suède).  Il fait un focus sur quelques spécialités médicales et l’évolution de leur 3ème cycle. Il met en évidence l’intérêt des synergies entre systèmes d’information pour orienter les futures évolutions.            Le Rapport* de 183 pages : Répondre aux besoins de santé en formant mieux les médecins : Propositions pour évaluer et réviser le troisième cycle des études médicales

Agnès Buzyn et Frédérique Vidal annoncent 15 engagements pour le bien-être des étudiants en santé, suite au rapport du Dr Danata Marra, le 3 avril 2018. Sur la base du constat de difficultés importantes, émanant à la fois d’enquêtes des associations étudiantes, et de la littérature internationale Agnès Buzyn et Frédérique Vidal, ont confié une mission au Dr Donata Marra, qui depuis 2016 préside et anime le BIPE (Bureau Interface Professeurs Étudiants) de l’Université Paris 6. Le BIPE est une structure qui accompagne les étudiants pendant leurs études de médecine et, si besoin, les évalue et les oriente vers des structures d’aides qui contribuent à l’épanouissement de ces futurs soignants dans leurs études. Le dossier de presse     Le discours de la ministre   Le rapport (69 pages)

Innovation en santé : Agnès Buzyn installe le conseil stratégique. Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a installé le conseil stratégique de l’innovation en santé jeudi 5 avril 2018. Cette instance, représentative des acteurs du système de santé dans leur diversité, a été créée par l’article 51 de la loi de financement de la sécurité sociale pour 2018.  Le communiqué de presse du ministère

26 mars - 1er Avril 2018

Une mission e-santé sera installée au sein du ministère courant avril : Elle s'inscrit dans la stratégie de transformation du système de santé, dont le volet numérique a été confié à Dominique Pon, président de Santé Cité et directeur général de la clinique Pasteur (Toulouse), et Annelore Coury, directrice déléguée à la gestion et à l’organisation des soins de l’assurance-maladie.

Dérives sectaires en santé : la Miviludes alerte contre des « pseudo thérapeutes déviants ». Dans son rapport remis le 22 mars au gouvernementla Miviludes souligne que « les pseudos thérapeutes déviants sont toujours plus nombreux et imaginatifs » : de nouveaux groupes, inconnus jusqu’ici, émergent, les saisines se multiplient, et la santé représente désormais 46 % des saisines totales, d’où le besoin de sensibiliser les médias pour informer le grand public et les professionnels de santé, qui ne connaissent pas forcément bien ces thérapies et leurs possibles dérives, souvent liées au pseudo-thérapeute plutôt qu’à la technique elle-même.

Rapport de Cédric Villani : donner un sens à l'intelligence artificielle (IA). Le rapport sur l’intelligence artificielle (IA) rédigé par le mathématicien et député Cédric Villani, a été rendu public mercredi 28 mars 2018. Parmi les nombreuses pistes proposées : créer un réseau d’Instituts interdisciplinaires d’intelligence artificielle, mettre en place un supercalculateur conçu spécifiquement pour les applications d’IA, ou encore rendre plus attractives les carrières dans la recherche publique afin d’éviter la fuite des cerveaux vers les géants américains. La présentation par le Ministère de lenseignement supérieur, de la Recherche et de linnovation  Donner un sens à l’intelligence artificielle. Rapport de 235 pages. (La santé est traitée à la page 7 du sommaire dans le chapitre focus 2. Les titres sont cliquables). Bonne lecture.

19-25 Mars  2018

Journal officiel du 16 mars 2018 : Bilans partagés de médication des pharmaciens. Bilan destiné aux plus de 65 ans atteints d'une ALD ou aux plus de 75 ans pour lesquels au moins cinq molécules ou principes actifs sont prescrits. Le premier bilan est rémunéré 60 euros. L'année suivante, c'est 20 euros en cas de simple suivi, ou 30 euros si un nouveau traitement s'y ajoute.    Arrêté du 9 mars 2018 portant approbation de l'avenant 12 à la convention nationale du 4 mai 2012, organisant les rapports entres les pharmaciens titulaires d'officine et l'assurance maladie

Coopération renforcée entre hôpitaux et EHPAD - diffusion de fiches action. Afin d’améliorer la prise en charge des personnes âgées en perte d’autonomie (la loi du 28 décembre 2015 relative à l’adaptation de la société au vieillissement), l’instruction ministérielle du 29 décembre 2017 propose une démarche de coopération renforcée entre les établissements de santé médecine, chirurgie, obstétrique (MCO) et les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD). Une meilleure fluidité des échanges d’informations entre les professionnels des secteurs sanitaire, social, médico-social semble indispensable pour répondre à ces objectifs. Pour cela, une fiche méthodologique et quatre fichiers action ont été adressés aux agences régionales de santé (ARS) pour y parvenir*. La DGOS et la DGCS souhaitent développer ainsi une culture gériatrique commune et favoriser la mise en place de bonnes pratiques en limitant le recours aux urgences et aux hospitalisations.

12 - 18 Mars  2018

Agnès Buzyn et Frédérique Vidal lancent le Comité de suivi du processus d’universitarisation des formations de Santé : L’universitarisation des formations en santé est un sujet ancien et crucial, que nos voisins européens ont su saisir : l’inclusion de ces formations dans l’université permettra le développement de la recherche, par exemple en sciences infirmières, en réadaptation et en maïeutique. Il s’agit de faire en sorte que les étudiants en santé puissent apprendre à coopérer dès les bancs de l’université et bénéficient des mêmes droits et des mêmes services que les étudiants inscrits dans un cursus LMD. La première réunion a eu lieu le 14 mars.

Les comptes de la sécurité sociale en 2017 s’améliorent de 2,7 milliards d’euros par rapport à 2016 : Pour lire quelques détails chiffrés supplémentaires.

Télémédecine : des pratiques innovantes pour l’accès aux soins. D’après la HCSP la France qui fut l’un des pionniers de la télémédecine traîne les pieds dans ce domaine.  La télémédecine ne se substitue pas aux pratiques médicales actuelles mais constitue une réponse aux défis auxquels est confrontée l’offre de soins  aujourd’hui. La télémédecine doit reposer sur un projet médical répondant à des priorités et aux besoins de la population d’un territoire et des professionnels de santé. C’est en ce sens qu’elle s’intègre au sein d’un parcours de soins. Un peu d’histoire et quelques définitions         Le document du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP)

Un rapport parlementaire s'attaque à la crise des Ehpad. Monique Iborra et Caroline Fiat, qui ont "parcouru une partie significative de l'Hexagone" depuis la fin de l'année dernière, dressent un constat sombre de la situation, évoquant des "conditions de travail souvent difficiles" pour des personnels qui n'obtiennent pas toujours "la reconnaissance qui leur est due".  Les deux coauteures émettent trente-et-une proposition pour tenter de redresser la situation. Elles relaient des demandes entendues sur le terrain et disent s'inspirer de leurs déplacements aux Pays-Bas et au Danemark, deux pays considérés comme à la pointe de la prise en charge des personnes dépendantes. Les trois grands axes : > Doubler les moyens, valoriser les carrières... > Prévention et nouvelles technologies > Les financements, un choix de société ? Les conclusions en audio de la commission.

L’hôpital sous l’égide de la FHF veut rapprocher la médecine de ville à l’hôpital ou … l’inverse7 clés, 4 axes et 17 propositions. De la plus simple à la plus iconoclaste. « La philosophie de ce rapport est de créer une entente réelle entre les libéraux et l'hôpital et tout cela avec une égalité d'écoute des uns et des autres », a insisté le Dr Jardry (administrateur de le FHF), précisant que ses propositions résultaient de 35 auditions menées avec tous les acteurs de santé.     Le communiqué de presse de la FHF du 9 mars 2018.   Le rapport << Renforcer le lien ville-hôpital >>

Avant les décrets définitifs sur le statut d’infirmier en pratiques avancées (IPA) quelques informations. Avec une formation de niveau master (bac+5) au lieu de bac+3, mieux rémunéré, l’IPA pourra mener un entretien, effectuer certains actes, prescrire certains médicaments, des examens biologiques, de radiologie et … les interpréter. Trop pour les uns et trop peu pour les autres ! Les chiffres d’avril 2015 : 638 248 infirmiers en France dont 87% de femmes. 17,2% en libéral et 82,8% sont salariés. A suivre ….

5 - 11 Mars  2018

Cinq chantiers lancés vendredi dernier pour transformer le système de santé. La transformation du système de santé est aujourd’hui indispensable et urgente. L’État lui consacre chaque année 11% de son produit intérieur brut. Mais l’offre de soins pâtit d’un cloisonnement trop fort entre ville, hôpital et médico-social, de la dispersion des ressources qui éparpille compétences et investissement, et des soins de ville qui sont encore insuffisamment structurés. > Chantier n° 1 : Inscrire la qualité et la pertinence des soins au cœur des organisations et des pratiques  > Chantier n° 2 : Repenser les modes de rémunération, de financement et de régulation > Chantier n° 3 : Accélérer le virage numérique > Chantier n° 4 : Adapter les formations aux enjeux du système de santé > Chantier n° 5 : Repenser l’organisation territoriale des soins        Pour en savoir plus sur le projet.

  • Scoop.it