TLMFMC - Formation Médicale Continue - Développement Professionnel Continu
  • Actus Système de Santé - Archives

  • Discipline :
  • Toutes spécialités
  • Auteur :
  • Pierre Colombier - Veille UnaformeC
  • Date :
  • 25/03/2018

Voir Actus de la semaine

Voir aussi

             Actus Maladies, Traitements - Archives              Actus Santé publique - Archives

             Actus Education du patient - Archives               Actus Juridique Ethique - Archives      

             Actus Gestion professionnelle - Archives          Actus Vie associative - Archives

16-22 Juillet 2018

La Cnam propose 4 pistes pour économiser 2 milliards en 2019. Moins d'hospitalisations, de prescriptions et de fraudes: l'Assurance maladie compte sur ses recettes habituelles pour économiser un peu plus de 2 milliards d'euros en 2019, et propose de lier certaines dépenses à la qualité des soins, comme le veut le gouvernement. En un peu plus d’une page présentation des différentes mesures

Soins aux professionnels de santé. L'organisation Soins aux professionnels de santé (SPS) constatant les fréquents retards de prise en charge, liés à un déni ou un refus d'accepter sa vulnérabilité, associés à une tendance à l'automédication, a été l'une des premières à s'investir sur le terrain. Une plateforme d'écoute fonctionnant 24h/24 et 7 jours sur 7 a ainsi été mise en place en novembre 2016. Elle s'appuie sur 60 psychologues diplômés. Ces derniers assurent un premier accueil avant si nécessaire une orientation vers des unités dédiées, également mises en place ou soutenues par SPS.  En 18 mois, 2 500 appels ont été pris en charge par la plateforme,            La plateforme

9-15 Juillet 2018

HAS : Le rapport d'analyse prospective 2018. La HAS s’est vue confier par l’ordonnance du 26 janvier 2017, la mission de transmettre chaque année au Parlement une analyse prospective du système de santé français et de livrer des propositions d’améliorations de la qualité, de l’efficacité et de l’efficience. Face à une augmentation de la demande de santé, au dynamisme des innovations, dans un contexte budgétaire contraint alors que les attentes sont de plus en plus importantes, la HAS propose 21 propositions pour agir et garantir sur le long terme un système de santé de qualité, efficient et équitable, tout en s’assurant que l’offre de santé répond aux priorités de nos concitoyens. De nouveaux choix pour soigner mieux ave pages 6 et la liste des 21 propositions

Une mission parlementaire se penche sur les pénuries de médicaments et de vaccins. Elle aura pour mission d’identifier les raisons de ces pénuries et de formuler des propositions d'ici à fin septembre 2018 pour lutter à l’avenir contre ce phénomène. Pour lire le rapport de l’Académie de pharmacie du 20 juin 2018.

Panorama de la santé 2017. Cette nouvelle édition du Panorama de la santé présente les données comparables les plus récentes pour les principaux indicateurs relatifs à la santé et à la performance des systèmes de santé dans les pays de l’OCDE.            Les indicateurs de l’OCDE (226 pages).  

L’OCDE s’est penché sur les revenus des médecins français. Dans cette base de données, l’OCDE compare les revenus bruts des médecins – c’est-à-dire qu’il s’agit des données avant paiement de l’impôt sur le revenu et des cotisations sociales mais après déduction de l'ensemble des frais professionnels pour les libéraux.  > Les médecins généralistes français se trouvent 11es sur les 15 pays pour lesquels l’OCDE dispose de données ! Leur revenu annuel en parité de pouvoir d’achat s’élève à 131 000 $. Cela fait un gros tiers de moins que les généralistes libéraux allemands (en pole position avec un revenu annuel de 214 000 $), et 10 % de moins que les voisins anglais (5e à 145 000 $). Les omnipraticiens libéraux estoniens, 15e avec un revenu annuel de 60 000 $, sont les plus à plaindre. > Quant aux spécialistes libéraux, leur revenu annuel en parité de pouvoir d’achat s’élève à 220 000 $, ce qui les hisse au 6e rang des pays pour lesquels l’OCDE dispose de données. Ce sont encore une fois les Luxembourgeois qui gagnent le plus dans cette catégorie (avec revenu annuel de 406 000 $), les spécialistes libéraux belges se classant 2e (322 000 $). Les moins bien rémunérés dans cette hiérarchie sont les Tchèques, au bas de l’échelle avec un revenu annuel de 70 000 $. > Le revenu des spécialistes salariés français n’est pas particulièrement reluisant : leur revenu annuel de 100 000 $ en parité de pouvoir d’achat les confine à la 16e place des 28 pays pour lesquels l’OCDE dispose de données. Les praticiens spécialistes salariés luxembourgeois, en tête avec un revenu annuel de 290 000 $, gagnent presque le triple. Et les Irlandais, 2e à 206 000 $, plus du double… Les spécialistes salariés tricolores sont toutefois mieux bien lotis que leurs confrères lettons, bons derniers avec un revenu annuel de 35 000 $, et quasiment à égalité avec leurs homologues suédois, 17e à 99 000 $.  Pour les courageux …. toutes les preuves !! Dans la fenêtre en haut à droite tapez ‘’revenus des médecins’’ Bon courage.

Ce que pense Alain-Michel Ceretti, Président de France assos santé, de la liberté d’installation des médecins. Il vient de publier une tribune intitulée "Déserts médicaux à qui la faute ?", dans les colonnes de What's up doc. Il y dénonce le "dogme" de la liberté d'installation. Pour lire la tribune

Chose promise, chose due :  Rapport Charges et produits de la CNAM pour l'année 2019. Tous les détails des 2 milliards d’économie. À partir d'analyses réalisées sur l'évolution des dépenses et des pratiques, et en s'appuyant sur les recommandations françaises et internationales, le  rapport Charges et produits pour l'année 2019 présente des propositions et des pistes de réflexion visant à améliorer la qualité et l'efficience des soins, et à optimiser les dépenses de santé. Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses Propositions de l’Assurance Maladie pour 2019. 262 pages  Les 28 propositions : pages 5 et 6. La maitrise des dépenses : pages 68 à 78.

 

2-8 Juillet 2018

 

Un habitant sur trois : Fréquentation record aux urgences avec 21 millions de passages en 2016. Avec près de 21 millions de passages enregistrés, soit 700 000 de plus qu'en 2015, le nombre de patients admis aux urgences a atteint un niveau record en 2016, révèle un rapport publié le 26 juin  par le Drees. L'activité a ainsi doublé par rapport à 1996, année où les urgences accueillaient 10,1 millions de patients, hors outremer et hôpitaux militaires

Télémédecine : le dossier sort du champ expérimental en septembre 2018. Pour l’instant sont concernées la téléconsultation (consultation à distance entre un médecin et un patient, qui peut se faire assister par un professionnel de santé de son choix) et la téléexpertise (sollicitation de l’avis d’un confrère par un médecin). Une aide forfaitaire sera dispensée aux médecins pour faciliter leur acquisition des équipements nécessaires. Le dossier de presse de la CNAM de juin 2018. Tout en 14 pages      

 

25 Juin -1er Juillet 2018

Journal officiel du 1er juillet 2018 : Notice : l'article L. 315-2 du code de la sécurité sociale prévoit que le remboursement par l'assurance maladie de certaines prestations d'assurance maladie, de maternité ou d'invalidité peut être subordonné à un accord préalable du service du contrôle médical de la caisse d'assurance maladie. Le décret fixe dans ce cadre : > à 15 jours, ou à 21 jours pour les cas qui le nécessitent, le délai à l'issue duquel l'absence de réponse du service du contrôle médical vaut accord implicite ;  >  à 2 mois le délai au terme duquel les ministres chargés de la santé et de la sécurité sociale peuvent mettre en œuvre, pour des motifs de santé publique, une procédure d'accord préalable qu'ils ont proposée sans résultat à l'Union nationale des caisses d'assurance maladie.  Décret n° 2018-557 du 30 juin 2018 relatif à la fixation de certains délais applicables à la procédure d'accord préalable prévue à l'article L. 315-2 du code de la sécurité sociale 

Dépenses de santé : la CNAM mise sur la pertinence pour économiser deux milliards d’euros en 2019 : Pertinence des prises en charge, pertinence des prescriptions et des actes.

Les établissements de santé - édition 2018. L’édition 2018 de cet ouvrage détaille, pour l’année 2016, les capacités et l’activité des hôpitaux et cliniques, ainsi que leurs disciplines spécifiques, et décrit leur personnel, médical et non médical. Des éléments de cadrage économique, financier et juridique complètent le panorama.         Les différents documents (présentation, 35 fiches et 3 annexes)

Les remboursements de soins du régime général en hausse de 3,1% à fin mai 2018. Selon le dernier point mensuel de l’Assurance maladie, les dépenses de soins de ville ont augmenté de 4,7% sur les cinq premiers mois de l’année et de 4,4% sur les douze derniers mois. Au global, les remboursements de médicaments (rétrocession incluse) progressent de 2,9% sur les cinq premiers mois de l’année. > Parmi les dépenses de soins de ville, les remboursements de soins médicaux et dentaires progressent de 6,2% entre janvier et mai 2018 et de 5,7% sur les 12 derniers mois. > Les remboursements de soins d’auxiliaires médicaux entre janvier et mai 2018 augmentent de 4,2% (4,5% sur douze mois. > Au cours des cinq premiers mois de 2018, les remboursements d’analyses médicales évoluent de 2,6% (2,8% sur douze mois) et les remboursements de transports augmentent de 5,3% (4,7% sur douze mois). > De janvier à mai 2018, les versements d’indemnités journalières ont évolué de 5,7% (5,1% sur douze mois). > Au cours des cinq premiers mois, le remboursement des médicaments délivrés en ville augmente de 4,4% (3,0% sur douze mois). > Sur les douze derniers mois, les versements aux établissements évoluent de 0,8% pour les établissements publics, de 2,9% pour les établissements de santé privés et de 7,5% pour les établissements médico-sociaux. Au total, les dépenses du régime général progressent de 3,3% en rythme annuel.

    

18-24 Juin 2018

EHPAD : recherche personnel et médecin coordonnateur. D’après l’enquête EHPA de la DREES, les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) emploient, toutes professions confondues, 62,8 personnes en équivalent temps plein pour 100 places au 31 décembre 2015. Lorsqu’il se limite au personnel soignant (aides-soignants, infirmiers principalement), ce taux d’encadrement varie de 22,8 postes par tranche de 100 places pour les structures privées à but lucratif à 36,7 pour les structures publiques hospitalières. Drees juin 2018 : Le personnel et les difficultés de recrutement dans les Ehpad Pour information deux modèles de contrats  proposés par le CNOM :  Contrat-type EHPAD et médecin libéral Modèle de contrat de médecin coordonnateur en EHPAD

Priorité prévention : le service sanitaire pour les étudiants en santé dès la rentrée 2018. Le service sanitaire représentera 6 semaines de formation théorique et pratique incluant l’acquisition de compétences spécifiques ainsi que les interventions auprès des publics. Il sera intégré aux maquettes de formation et se substituera à des activités pédagogiques ou à des stages existants, sans allongement des cursus. Dès septembre, 47 000 étudiants en médecine, pharmacie, odontologie, maïeutique, kinésithérapie et soins infirmiers entreront dans ce dispositif. A partir de 2019, le dispositif concernera toutes les formations de santé, soit 50 000 étudiants par an environ. L’indemnité de déplacement est fixée à 130 euros par mois.

Pacte – Le dispositif, pas à pas. Destiné à améliorer le travail en équipe au sein des établissements de santé, le Programme d'amélioration continue du travail en équipe (Pacte) a été officiellement lancé fin mai 2018 par la HAS. À l’occasion de la Paris Healthcare Week (21-23 mai 2018) la HAS a animé un atelier pour sensibiliser les professionnels à ce dispositif. Voici, pas à pas, les informations pratiques pour vous engager.           Le document de la HAS accompagné de quatre liens

Adapter la mise en œuvre du projet d'établissement à l'accompagnement des personnes âgées atteintes d'une maladie neuro-dégénérative en Ehpad. L'augmentation de l'espérance de vie s'accompagne d'une prévalence des maladies neuro-dégénératives (généralement corrélée à l'âge) et nécessite de s'adapter pour proposer un accompagnement de qualité.     Pour lire le document de la HAS de juin 2018

Enquête sur les circonstances ayant conduit au décès d’une jeune patiente suite aux sollicitations du Samu de Strasbourg le 29 décembre 2017. Conformément à la demande de la ministre, ce rapport traite : > des procédures de régulation des appels mises en place au SAMU de Strasbourg et des modalités de traitement des appels reçus concernant Mme Naomi Musenga ;  > des conditions de prise en charge de Mme Naomi Musenga par les Hôpitaux universitaires de Strasbourg  ; > de l’accompagnement de la famille par l’établissement  ; > des modalités de signalement auprès de l’agence régionale de santé.            Pour lire la note de présentation.    Pour lire le rapport. Le communiqué de presse d’Agnès Buzyn

Projet de loi. Conseil des ministres du 20 juin 2018. Conditions de création, transfert, regroupement et cession des officines de pharmacie, régimes d’autorisation des activités de soins et d’équipements matériels lourds et création et fonctionnement des centres de sante

11-17 Juin 2018

Des soins pour tous, 100% pris en charge. Les principes retenus sont les mêmes quel que soit le secteur concerné : il s’agit de proposer un ensemble de prestations de soins identifiées (panier) qui répond aux besoins de santé nécessaires – bien voir, bien entendre et soigner son hygiène bucco-dentaire – avec une garantie de qualité. Cette offre sera accessible à tous les Français et prise en charge à 100% par la Sécurité sociale et les complémentaires en santé, donc sans reste à payer pour les patients. Le dossier de presse : 100% santé – trois domaines de la santé, une ambition et des principes communs a) L’audiologie, b) L’optique, c) Le dentaire. Tout (avec le calendrier) en 26 pages.            Le discours d’Agnès Buzyn

Télémédecine : c’est déjà parti ! Alors que la  prise en charge de la télémédecine et de la téléexpertise par l’assurance maladie est programmée pour septembre de cette année, les assurances complémentaires et même de nouvelle start up n’ont pas attendu pour lancer leur service. A titre d’exemple et sans aucun remboursement pour 29 euros par mois avec la start up Qare (dont le comité scientifique comprend l’ancien ministre Claude Évin, le Pr Guy Vallancien ou le Dr Jean-François Thébaut, ancien membre de la Haute Autorité de santé) fait une offre de téléconsultations illimitées. En six mois : 1 200 abonnés.

L'avenant n° 6 de la convention médicale vient d'être signé par la Cnam et quatre syndicats de médecins libéraux (CSMF, SML, MG France et Le Bloc) permettant la prise en charge de la télémédecine à compter du 15 septembre. La FMF est en attente de signature.           Pour consulter l’avenant n°6 de la convention.

4-10 Juin 2018

Journal officiel du 5 juin 2018 : Les zones caractérisées par une offre de soins insuffisante ou par des difficultés dans l'accès aux soins, concernant la profession d'orthophoniste … et de médecin. Arrêté du 31 mai 2018 relatif à la méthodologie applicable à la profession d'orthophoniste pour la détermination des zones prévues au 1° de l'article L. 1434-4 du code de la santé publique et modifiant l'arrêté du 13 novembre 2017 relatif à la méthodologie applicable à la profession de médecin pour la détermination des zones prévues au 1° de l'article L. 1434-4 du code de la santé publique 

INSTRUCTION N° DGOS/R4/DGCS/3A/2018/136 du 4 juin 2018 relative à l’articulation entre les SSIAD-SPASAD et les établissements d’HAD pour assurer la prise en charge continue du patient à son domicileCette instruction précise les modalités de coordination entre les services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) ou les services polyvalents d’aide et de soins à domicile (SPASAD) et les établissements d’hospitalisation à domicile (HAD) pour assurer la continuité, la qualité et la sécurité de la prise en charge des patients à leur domicile. Elle propose un modèle de convention de partenariat entre les deux types de structure et les outils de dialogue. Elle explicite également le périmètre, les modalités de mise en œuvre et de facturation et fixe les conditions de l’évaluation de l’intervention conjointe d’un SSIAD ou d’un SPASAD avec un établissement d’hospitalisation à domicile. Pour consulter cette instruction

L'assurance-maladie a versé, au titre de 2017, près de 35,6 millions aux 538 maisons de santé pluriprofessionnelles (MSP) adhérentes à l'accord conventionnel interprofessionnel (ACI). Le montant moyen est de 66 000 euros par MSP, en hausse de 59 %. La croissance s'explique notamment par la hausse du nombre de patients pris en charge. Pour 2 637 médecins.

Les pharmaciens  dépistent les mélanomes : Le réseau de pharmacies PharmaBest a lancé lundi 4 juin 2018 un service de dépistage de mélanomes sans rendez-vous. Ce service, non remboursé par la sécurité sociale, est facturé 28 euros le premier cliché et 14 euros le suivant. Le syndicat national des dermatologues-vénéréologues a donné son accord.

La "contribution à la transformation du système de santé" du Haut Conseil pour l'avenir de l'Assurance maladie (HCAAM). Le rapport (non édité à ce jour) vient d’être remis au gouvernement. Un nouveau séisme est proposé tant au niveau hospitalier qu’au niveau de la médecine dite de ville. Par exemple : Les professionnels de santé  exerceraient tous dans des structures collectives. "La pratique isolée correspond à une organisation qui n'est plus pertinente." Des établissements de santé (ex. hôpitaux locaux) communautaires, hors GHT, pourraient ouvrir. Les médecins de ville y disposeraient de lits de premier recours et d'imagerie pour traiter la bobologie.

« Quel modèle pour l'EHPAD du futur ? ». Telle est l'une des questions posées dans le rapport venant conclure la mission d'information sur les EHPAD, rendu public le mois dernier. Monique Iborra et sa co-rapporteure Caroline Fiat l'attestent : « La profonde crise des EHPAD ne peut laisser indifférent », reconnaissant le malaise incarné par un mouvement social d'une ampleur inédite mais dont les signaux sont pourtant « perceptibles depuis déjà quinze ans ». Moyennant 31 propositions, elles espèrent donc oeuvrer au redressement de la situation et surtout repenser un modèle de prise en charge qui montre clairement ses limites. Communication de Mme Monique Iborra, rapporteure de la mission « flash » sur les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). 22 pages       Le rapport déposé le 14 mars 2018 à l’assemblée nationale.       Vous retrouverez le dossier dans le magazine Ehpadia d’avril 2018

Un soutien financier renforcé pour les maisons de santéLe développement des maisons pluriprofessionnelles de santé est un axe fort du plan d’accès aux soins présenté par la Ministre Agnès Buzyn en octobre dernier. Le lundi 4 juin, l’Assurance Maladie a ainsi publié les montants du soutien financier versé aux Maisons de santé pluri professionnelles (MSP), en hausse de 96,7% par rapport à l’année dernière, et qui s’élèvent au total à 35,6 millions d’euros. Cette croissance est le fruit de l’accord conventionnel interprofessionnel (ACI) signé le 20 avril 2017, qui pérennise et renforce la rémunération collective du travail en équipe qui fait la spécificité de ces structures.  Pour en savoir plus, le communiqué d’Agnès Buzyn

28 mai - 3 Juin 2018

Journal officiel du 1er juin 2018 : Organisation SMUR et SU. Notice : ce décret modifie l'article D. 6124-11 du code de la santé publique pour préciser et sécuriser les conditions d'organisation de lignes de garde communes entre le SMUR et la structure des urgences (SU), ainsi qu'introduire la possibilité pour les établissements autorisés, lorsque la faible activité du SU et du SMUR le permet, de recourir à une astreinte médicale afin d'assurer cette activité.   Décret n° 2018-427 du 31 mai 2018 modifiant l'article D. 6124-11 du code de la santé publique relatif à l'organisation de lignes de garde communes entre structure des urgences et structure mobile d'urgence et de réanimation

Journal officiel du 2 juin 2018 : HAD et SAD.>  Notice : le décret prévoit les cas d'interventions conjointes des établissements d'hospitalisation à domicile avec un service de soins infirmiers à domicile ou un service polyvalent d'aide et de soins à domicile, auprès d'un même patient. Il définit également les conditions de fonctionnement et de coordination des deux structures. Ce dispositif vise à permettre à une partie du personnel du service de soins infirmiers à domicile ou du service polyvalent d'aide et de soins à domicile intervenant au domicile du patient de poursuivre son intervention, afin d'offrir une continuité dans le parcours de soins du patient tout en apportant des garanties au maintien de l'équilibre de l'offre médico-sociale des territoires. Le décret actualise également la liste des partenaires avec lesquels un service de soins infirmiers à domicile peut conclure une convention pour ses interventions.                 Décret n° 2018-430 du 1er juin 2018 prévoyant les conditions d'admission et les modalités de prise en charge conjointe des patients par un établissement d'hospitalisation à domicile et un service de soins infirmiers à domicile ou un service polyvalent d'aide et de soins à domicile  > Notice : le décret prévoit les cas d'interventions conjointes des établissements d'hospitalisation à domicile avec un service de soins infirmiers à domicile ou un service polyvalent d'aide et de soins à domicile, auprès d'un même patient. Il définit également les conditions de fonctionnement et de coordination des deux structures. Ce dispositif vise à permettre à une partie du personnel du service de soins infirmiers à domicile ou du service polyvalent d'aide et de soins à domicile intervenant au domicile du patient de poursuivre son intervention, afin d'offrir une continuité dans le parcours de soins du patient tout en apportant des garanties au maintien de l'équilibre de l'offre médico-sociale des territoires. Le décret actualise également la liste des partenaires avec lesquels un service de soins infirmiers à domicile peut conclure une convention pour ses interventions.    Arrêté du 1er juin 2018 fixant la durée de la prise en charge minimale par le service de soins infirmiers à domicile ou le service polyvalent d'aide et de soins à domicile permettant une intervention conjointe avec un établissement d'hospitalisation à domicile      

Le système de protection sociale limite les restes à charge liés aux soins des personnes qui recourent à l’aide humaine. Les personnes qui recourent à l’aide humaine pour réaliser les activités du quotidien ont souvent des dépenses de santé élevées. Cette aide est en effet fréquemment associée à des pathologies nécessitant une prise en charge sanitaire lourde et à l’achat de dispositifs médicaux coûteux qui peuvent s’accompagner de restes à charge après remboursement par l’assurance maladie obligatoire importants. Pour autant, on ne connaît pas la capacité du système de protection sociale à limiter le niveau de reste à charge pour cette population.    Pour en savoir plus. Institut de recherche et documentation en économie de la santé (IRDES) mai 2018. 8 pages

21-27 mai 2018

Rapport « Assurer le premier accès aux soins » - Organiser les soins non programmés dans les territoires. Rapport de Thomas Mesnier (avec ses 19 recommandations) remis à Agnès Buzyn. Le présent rapport fait le constat unanimement partagé du besoin pressant de structuration de la réponse à la demande de soins non programmés par les acteurs de médecine ambulatoire, pour éviter que celle-ci ne se déporte par défaut sur les urgences hospitalières et n’en altère le bon fonctionnement. Il propose d’encourager les professionnels de santé, au premier rang desquels les professionnels ambulatoires, à structurer le service public qui leur est confié au plus près des territoires de santé et dans une optique de soins coordonnés et avec le concours actif des agences régionales de santé et des collectivités territoriales. Il vise par ailleurs à proposer un cadre de mesures concrètes, propres à pleinement informer et orienter nos concitoyens sur l’importance d’un recours avisé au segment approprié de l’offre de santé, en fonction des symptômes qu’ils manifestent. Assurer le premier accès aux soins Organiser les soins non programmés dans les territoires Rapport de Thomas Mesnier Député de Charente. 84 pages.  Lire la synthèse pages 2, 3, 4 et 5.

Réseaux de soins : Terra Nova milite pour le développement des réseaux de soins et « une plus large reconnaissance de leurs vertus et bénéfices »La note de Terra Nova du 14 mai 2018 : La santé en réseaux Qualité des soins, entreprise à mission et contrats dérogatoires Synthèse de 39 pages

14-20 mai 2018

SAMU : la Ministre recevra les propositions des organisations professionnelles et syndicales de médecins d’ici le 1er juillet. Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé veut tirer toutes les leçons des dysfonctionnements révélés par le décès de Mme Musenga. A l’issue de la réunion du 15 mai  avec les organisations professionnelles et syndicales de médecins urgentistes, trois décisions ont été prises conjointement : compléter et actualiser toutes les procédures de traitement des appels au 15, renforcer et homogénéiser les formations des personnels qui traitent les appels ainsi que des médecins régulateurs, garantir que tous les services SAMU sont engagés dans une démarche qualité.  Le communiqué de presse du ministère  

7-13 mai 2018

Téléconsultation (TLC) et téléexpertise (TLE). Visualisez ces deux sigles, vous les verrez de plus en plus.Pour ces deux modalités, le ministère des solidarités et de la santé a saisi la HAS pour « définir les situations cliniques, les champs et les publics pour lesquels (ces actes) devaient être exclus »           HAS : Qualité et sécurité des actes de téléconsultation et de téléexpertise

Prévenir la maltraitance des enfants par le renforcement du rôle des médecins et de la coordination entre secteurs professionnels. Plus de 80 % des mauvais traitements sur un enfant sont infligés au sein de la famille. La maltraitance est caractérisée par son début précoce et sa chronicité. Lorsqu’un professionnel de santé suspecte une maltraitance chez un enfant, pour le protéger, il peut être amené à le faire hospitaliser immédiatement.  Cinq documents HAS : Maltraitance chez l’enfant : repérage et conduite à tenir                Recommandations éditées par la HAS et la SOFMER sur le syndrome du bébé secoué                Fiche de synthèse syndrome du bébé secoué ou un traumatisme crânien non accidentel par secouement          Fiche Mémo "Maltraitance chez l'enfant : repérage et conduite à tenir" actualisation.        Fiche mémo : syndrome du bébé secoué ou traumatisme crânien non accidentel par secouement - Aspect juridiques.               Maltraitance chez l’enfant : repérage et conduite à tenir  Deux documents Inserm           Rapport du comité de suivi du colloque national sur les violences faites aux enfants (paris, sénat, 14 juin 2013). 143 pages.La synthèse du rapport. 9 pages

30 Avril - 6 mai 2018

Démographie médicale et paramédicale Quatre documents actualisées de la Drees. > Combien de médecins en 2040 ? > 53 % d’infirmiers en plus entre 2014 et 2040, une forte hausse qui répond à la demande de soins > 10 000 médecins de plus depuis 2012>&nb

  • Scoop.it