TLMFMC - Formation Médicale Continue - Développement Professionnel Continu
  • Actus Santé publique - Archives

  • Discipline :
  • Santé publique
  • Auteur :
  • Pierre Colombier - Veille UnaformeC
  • Date :
  • 25/03/2018

Voir Actus de la semaine

Voir aussi

           Actus Maladies, Traitements - Archives            Actus Système de santé -Archives

           Actus Education du patient - Archives             Actus Juridique Ethique - Archives 

        Actus Gestion professionnelle - Archives        Actus Vie associative - Archives

8-14 Octobre 2018

Dépistage du cancer du sein UNICANCER (Dr Suzette Delaloge, oncologue à l'hôpital Gustave Roussy (IGR) de Villejuif) lance une vaste étude chez 85000 femmes de 40 à 70 ans pour évaluer l'intérêt de personnaliser le dépistage organisé du cancer du sein en se basant sur un nouveau score de risque individuel. Ce score appelé MyPeBS intègre un test génétique pour la première fois à grande échelle. 

Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière : un parcours vaccinal simplifié. La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière a débuté le 6 octobre. Elle concerne plus de 12 millions de personnes pour qui la grippe représente un risque de complications parfois graves : il s’agit notamment des personnes de 65 ans et plus, de celles atteintes de certaines maladies chroniques (diabète, insuffisance cardiaque ou respiratoire, par exemple), des femmes enceintes et des personnes souffrant d’obésité morbide.              Le communiqué de presse du ministère

Lyme : moins de 10% de diagnostics confirmés, selon une étude française. L’équipe du Pr Eric Caumes a voulu en savoir plus sur la proportion réelle de patients présentant une maladie de Lyme. Pour cela, ils ont suivi 301 patients ayant consulté pour une suspicion de maladie Lyme au sein du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière entre janvier 2014 et décembre 2017. Dans la grande majorité des cas, les patients étaient considérés comme atteints de la maladie de Lyme s’ils réunissaient quatre critères : une exposition à une tique, des signes cliniques caractéristiques de la pathologie,des tests sérologiques positifs et une guérison après l’administration d’un traitement antibiotique adapté. Ils étaient considérés comme étant possiblement atteints de la maladie de Lyme s’ils validaient trois critères sur quatre. Abstract de l’étude. A retenir de cette étude : Une approche holistique chez les patients atteints d'une borréliose de Lyme présumée entraîne moins de 10% de confirmation et plus de 80% d'échec des antibiotiques.

1-7 Octobre 2018

Augmentation de la couverture vaccinale des enfants : Santé publique France a observé, durant la période janvier-mai 2018, une augmentation de la couverture vaccinale des enfants, avant même l’entrée en application de la loi et au-delà des 11 vaccinations concernées. Ces observations illustrent les effets de la mobilisation des pouvoirs publics et de ses partenaires pour rappeler l’importance de la vaccination. Quelques chiffres dans le communiqué de presse de la ministre.

17-23 Septembre 2018

Perte d'autonomie des personnes âgées : quelles aides et quelles solutions ? Vie à domicile des personnes âgées, hébergement collectif, informations générales sur la perte d'autonomie... Dans le cadre d'une campagne d'information sur les aides et les solutions pour faire face à une situation de perte d'autonomie liée à l'âge, retrouvez sur internet le portail pour-les-personnes-agees.gouv.fr avec toutes les informations pratiques sur le sujet. Pour en savoir plus : Le portail pour-les-personnes-agees.gouv.f  propose de nombreuses thématiques.

Dépistage du cancer du sein : l'INCa cherche à mieux informer les femmes. En 2017, seules 49,9 % des femmes ont réalisé une mammographie dans le cadre du dépistage organisé, loin des 70 % attendues. L’une des causes avancées serait que les femmes sont mal informées. En fournissant une information complète, l'INCa espère répondre à toutes les questions potentielles des femmes afin de les sensibiliser aux enjeux du dépistage. En plus des modalités pratiques, l'INCa fournit également des informations sur les bénéfices et les limites du dépistage dans un livret et une plateforme dédiée.

Grossesse et alcool : c'est non ! C'est ce que rappelle Santé publique France dans le cadre du lancement de sa campagne nationale d'information « zéro alcool pendant la grossesse » suite à la journée mondiale de sensibilisation au SAF. Entre 2006 et 2013, 3 207 nouveau-nés ont présenté au moins une conséquence liée à l'alcoolisation fœtale. Ces chiffres qui représentent environ une naissance par jour sont même sous-estimés du fait de de la difficulté de diagnostiquer ces troubles en période néonatale, ces chiffres ne comptabilisant pas non plus les diagnostics qui ont été établis ultérieurement. Campagne Santé Publique France  Baromètre santé 2017 alcool et tabac Consommations d’alcool et de tabac durant la grossesse

10-16 Septembre 2018

Perte d'autonomie des personnes âgées : quelles aides et quelles solutions ? Vie à domicile des personnes âgées, hébergement collectif, informations générales sur la perte d'autonomie... Dans le cadre d'une campagne d'information sur les aides et les solutions pour faire face à une situation de perte d'autonomie liée à l'âge, retrouvez sur internet le portail pour-les-personnes-agees.gouv.fr avec toutes les informations pratiques sur le sujet. Pour en savoir plus : Le portail pour-les-personnes-agees.gouv.f  propose de nombreuses thématiques.

Dépistage du cancer du sein : l'INCa cherche à mieux informer les femmes. En 2017, seules 49,9 % des femmes ont réalisé une mammographie dans le cadre du dépistage organisé, loin des 70 % attendues. L’une des causes avancées serait que les femmes sont mal informées. En fournissant une information complète, l'INCa espère répondre à toutes les questions potentielles des femmes afin de les sensibiliser aux enjeux du dépistage. En plus des modalités pratiques, l'INCa fournit également des informations sur les bénéfices et les limites du dépistage dans un livret et une plateforme dédiée.

Grossesse et alcool : c'est non ! C'est ce que rappelle Santé publique France dans le cadre du lancement de sa campagne nationale d'information « zéro alcool pendant la grossesse » suite à la journée mondiale de sensibilisation au SAF. Entre 2006 et 2013, 3 207 nouveau-nés ont présenté au moins une conséquence liée à l'alcoolisation fœtale. Ces chiffres qui représentent environ une naissance par jour sont même sous-estimés du fait de de la difficulté de diagnostiquer ces troubles en période néonatale, ces chiffres ne comptabilisant pas non plus les diagnostics qui ont été établis ultérieurement. Campagne Santé Publique France  Baromètre santé 2017 alcool et tabac Consommations d’alcool et de tabac durant la grossesse

 

3-9 Septembre 2018

Changeons de paradigme. Mangez au moins cinq fruits et légumes … et autres. C’est (peut-être) terminé !! En 2016, dans le cadre des travaux visant à élaborer le futur Programme National Nutrition Santé (PNNS 4), la Direction générale de la santé (DGS) confiait au Haut Conseil de la santé publique (HCSP) la mission d’étudier la transformation des quatre messages sanitaires actuellement apposés sur les publicités et les emballages alimentaires (1. Manger au moins 5 fruits et légumes par jour ; 2. Pratiquer une activité physique régulière ; 3. Eviter de grignoter entre les repas ; 4. Ne manger pas trop gras, trop sucré, trop salé). Le HCSP, qui précise qu’il propose des axes de réflexions et non des slogans (c’est le rôle de Santé publique France), a rendu publiques, le 20 août, ses conclusions. « 1. Privilégier l’utilisation de produits bruts, les aliments de saison, les circuits courts et les modes de production respectueux de l’environnement, limitant notamment l’usage des pesticides ; 2. Pour sélectionner les produits les plus favorables pour la santé, utiliser le Nutri-Score lors des achats (choisir comme alternative un produit mieux positionné sur l’échelle Nutri-Score) ; 3. Consommer au moins 5 fruits et légumes par jour. Il est recommandé d’en augmenter la consommation, quel que soit le niveau de consommation initial ; 4. Ne pas oublier qu’une alimentation favorable à la santé comprend une consommation de légumineuses et de fruits à coque sans sel de façon régulière ; 5. Pour les produits céréaliers, privilégier les produits complets et semi-complets ; 6. Eviter de consommer trop de viande hors volaille et de charcuterie (respectivement moins de 500 et moins de 150g par semaine) ; 7. L’eau est la seule boisson recommandée/indispensable. Eviter de consommer des boissons sucrées, du vin, de la bière et toute autre boisson alcoolisée ; 8. Ne pas consommer plus d’un verre de boissons sucrées par jour. Tous les jus de fruits font partie des boissons sucrées ; 9. Pour une meilleure santé, pratiquer une activité physique régulière. »

 

27 Août - 2 Septembre 2018

Avant, pendant et après une grossesse : quelles vaccinations ? En cas de projet de grossesse, il est important de vérifier que la future femme enceinte est vaccinée ou naturellement immunisée contre la coqueluche, la rubéole et la varicelleChez la femme enceinte, la vaccination contre la grippe saisonnière est recommandée. En revanche, par principe de précaution, les vaccins vivants atténués sont contre-indiquésLa période post natale est l’occasion de procéder à la mise à jour des vaccinations, si elle n’a pu être réalisée avant la grossesse (notamment ROR, coqueluche et varicelle si nécessaire)   L’avis de vaccination infoservice.fr

Evolution des cancers chez les enfants et adolescents en Europe entre 1991 et 2010. Établis à partir de l’équivalent de 1,3 milliards de personnes-années de données recueillies entre 1991 et 2010, les résultats de cette étude montrent que l’incidence des cancers chez les enfants et adolescents entre 0 et 19 ans augmente en Europe. Les leucémies, les lymphomes et les tumeurs du système nerveux central (SNC) constituent les trois principaux types de cancers. Globalement l’évolution de l’incidence des cancers serait de +0,54% chez les 0-14 ans et de +0,96% chez les 15-19 ans. Évolution des tendances géographiques et des tendances de l’incidence du cancer chez les enfants et les adolescents en Europe, 1991-2010 (Système automatisé d’information sur le cancer chez les enfants): une étude axée sur la population.

13-19 Août 2018

L’hépatite C chronique concernerait plus de 232 000 personnes en France. Toutefois, seule la moitié d’entre elles a été diagnostiquée. Longtemps silencieuse, cette maladie du foie évolue dix, vingt ou trente ans avant que de graves complications apparaissent. Aujourd’hui, l’enjeu est de parvenir à diagnostiquer et à traiter les personnes infectées  avant ce stade. Des médicaments permettant de guérir plus de 90% des personnes traitées commencent à être disponibles. En cela, l’hépatite C chronique est unique : elle est aujourd’hui la seule maladie virale chronique à pouvoir être guérie.  Source INSERM

6 -12 août 2018

Pneumovax® : mise à disposition exceptionnelle de doses à péremption courte : Pneumovax®, seul vaccin VPP23 commercialisé en France, subit des tensions d’approvisionnement depuis de nombreux mois. Sa distribution est contingentée sur le marché de ville. Face à cette situation, des doses supplémentaires à péremption courte seront mises à disposition des pharmacies de ville à partir du 13 août 2018. Les professionnels de santé doivent être vigilants sur le fait que ces doses doivent impérativement être administrées avant le 31 Octobre 2018

Les chercheurs de l'Université internationale de Catalogne en Espagne, de l'Université de Milan en Italie et de l'Université de Porto au Portugal ont découvert qu'une hausse du cancer du poumon serait prévue d'ici 2030, plus particulièrement en Europe et en Océanie. À l'inverse, le taux de mortalité par cancer du sein aurait une tendance à la baisse. Augmentation du cancer du poumon de 43% et diminution du cancer du sein de 9%.

 

30 Juillet - 5 août 2018

Rougeole en France, données de surveillance au 1er août 2018. Après avoir diminué entre 2012 et 2016, le nombre de cas de rougeole augmente de manière importante depuis novembre 2017. Cette situation est la conséquence d’une couverture vaccinale insuffisante chez les nourrissons (79% avec deux doses de vaccin au lieu des 95% nécessaires), les enfants et les jeunes adultes. La très nette augmentation du nombre de cas depuis novembre 2017 en Nouvelle-Aquitaine se prolonge en 2018, avec la survenue de plusieurs foyers épidémiques dans cette région ainsi que dans d’autres régions françaises. Santé publique France rappelle la nécessité d’une couverture vaccinale très élevée dans la population (au moins 95% avec deux doses de vaccin chez les enfants et les jeunes adultes). Une telle protection collective permettrait d’éliminer la maladie et ses complications et ainsi protéger également les personnes les plus fragiles ne pouvant être elles-mêmes vaccinées (nourrissons de moins d’un an, femmes enceintes, personnes immunodéprimées). Il est donc impératif que toutes les personnes nées à partir de 1980 aient reçu deux doses de vaccin.

23-29 Juillet 2018

Remise du rapport de Dominique Gillot sur les parcours et les besoins exprimés par des personnes handicapées et des proches aidants. Le rapport se décline en un « Tome 1 », dédié à la situation des personnes handicapées dans l'emploi et en un « Tome 2 », consacré à la conciliation rôle d'aidant/vie professionnelle. Il fait une large part aux témoignages concrets des difficultés rencontrées par les personnes. En outre, il dresse des perspectives de simplification et de renforcement d'attention aux moments de fragilité identifiés dans le parcours de la personne et notamment des plus jeunes. Le rapport de Dominique Gillot met en avant 3 grands objectifs : Mieux informer et accompagner les personnes ; Mobiliser les employeurs et rénover les dispositifs d'accompagnement dans l'emploi ; Concilier le rôle des proches aidants et leur vie professionnelle.   Personnes handicapées - Sécuriser les parcours, cultiver les compétences (Tome I) - Proches aidants - Préserver nos aidants : une responsabilité nationale (Tome II), Rapports publics, La Documentation française, juin 2018      La synthèse des deux tomes du rapport, Ministère des solidarités et de la santé, Secrétariat d’Etat aux personnes handicapées.

Les réseaux de soins. Quelques points de vue. L’IGAS accorde aux réseaux des effets sur la baisse des prix, mais doute de leur efficacité en matière d'accroissement de la qualité. Les inspecteurs relèvent en revanche de réelles entraves à l'accès aux soins (différence de qualité des contrats) ou à la liberté de choix et de prescription du praticien.  L'IGAS a noté plusieurs points positifs : > Baisse de prix notable en optique : - 10 % pour les montures adultes, - 20 % pour les verres adultes. La baisse n'est que de 10 % pour les aides auditives et est encore plus réduite en matière dentaire.  > Effet positif sur la lutte contre la fraude (contrôle a priori et a posteriori des prestations). Les points négatifs concernent des restrictions de la liberté de choix et de prescription, modérée pour les patients, mais très forte pour les professionnels de santé, tant sur le plan financier que de l'encadrement très strict des pratiques.  Le rapport de l’IGAS de juin 2017 En dépit des fortes résistances qu’ils rencontrent en particulier chez les opticiens, les audioprothésistes ou les chirurgiens-dentistes, la note de Terra Nova plaide pour une plus large reconnaissance des vertus et bénéfices des réseaux de soins.  Elle propose également différentes pistes de réflexion pour permettre leur développement dans une plus grande sérénité. Enfin, au moment où les pouvoirs publics pourraient être tentés de les contourner dans le cadre de la réforme en faveur d’un « reste-à-charge zéro », elle recommande au contraire de s’appuyer sur leur expérience. La synthèse de Terra Nova (signée avec un pseudonyme). Afin de fournir aux ARS des orientations nationales sur les évolutions attendues des réseaux de santé et de les accompagner dans la mise en œuvre de ces évolutions, la direction générale de l’offre de soins (DGOS) a élaboré un guide méthodologique. Le guide propose des orientations, visant à recentrer les réseaux de santé sur leur mission d’appui à la coordination polyvalente de proximité, au service des médecins généralistes et des équipes de proximité pour la prise en charge des situations complexes (notamment sur les aspects médico-sociaux), leur permettant de gagner du temps et de mieux orienter les patients. Guide méthodologique Améliorer la coordination des soins : comment faire évoluer les réseaux de santé ? Ministère 2012. Le rapport Asterès (Fréderic Bizard, économiste)  sur les réseaux de soins rapporte fidèlement les arguments défendus par les plateformes commerciales qui les opèrent et par les organismes complémentaires d’assurance maladie (OCAM) qui les financent.  En effectuant une synthèse fidèle et complète des arguments de ces opérateurs, il offre une opportunité d’ouvrir (enfin) le débat. C’est cette opportunité que nous souhaitons saisir en analysant ce qui est dit (partie I) et en y ajoutant ce qui n’est pas dit et important pour évaluer les réseaux de soins (partie II). Contre analyse du rapport Asteres le vrai visage des réseaux de soins

Comité d’action publique 2022 dit rapport CAP 22. Les neuf pages qui concernent la santé. Dans La Semaine 29-341, page 8 je vous présentais le rapport CAP 22, accompagné de ses 22 propositions, obtenu par des voies pas tout à fait classiques ! Revenons rapidement sur les propositions (5, 6 et 7) qui impactent directement la santé : page 50 à 58. Chacune de ces propositions, citée infra, est présentée en quatre chapitres. : Constat, Objectifs, Réformes préconisées, Impacts attendus. PROPOSITION 5 | Réduire le renoncement aux soins, améliorer l’espérance de vie en bonne santé et désengorger l’hôpital. Page 50. PROPOSITION 6 | Retarder l’entrée dans la dépendance et mieux prendre en charge les personnes concernées. Page 54. PROPOSITION 7 | Simplifier la vie des personnes en situation de handicap et celle de leurs proches. Page 58 . Pêle-mêle : le remboursement des soins devrait être lié à la coordination, à la qualité et à la pertinence des soins. Une « transformation structurelle » du système de santé pour réaliser « plus 5 milliards d'euros d'économies » : ne plus rembourser les soins des médecins, infirmiers et autres professionnels de santé libéraux qui ne seraient pas « inscrits dans un système de coordination entre les acteurs ». Le tout étant évalué sur la base de l’expérience, de la satisfaction des patients ( !) et d’indicateurs. Ces indicateurs ‘’piloteront’’ le système de santé, notamment pour la dotation des hôpitaux et le remboursement des soins de ville.    Fusion de toutes les plateformes d'appel d'urgence (SAMU, police, pompiers). Mise « sous condition de ressources » des allocations familiales, « afin que celles-ci viennent compenser les charges de famille des foyers en ayant le plus besoin ». « 70 % des ménages » continueraient à en percevoir.

16-22 Juillet 2018

Dans le cadre d’une thèse de médecine générale soutenue en juin 2018, le Dr. Anaïs MARIE (responsable éditorial), Médecin Généraliste (Haut-Rhin) a créé DemenceClic un site internet d'aide à la prise en charge des démences en médecine généraleElle a été dirigée par les Dr. Philippe HILD, Médecin Généraliste, Maître de Conférence Associé (Altkirch), le Pr. Thomas VOGEL, Professeur des Universités-Praticien Hospitalier, Chef de service de Gériatrie - Médecine Interne au CHU de Strasbourg, Hôpital de la Robertsau a présidé sa soutenance. DemenceClic est destiné à l'usage des médecins généralistes, afin d'aider la prise en charge des troubles neurocognitifs en soins primaires... Il a été réalisé dans le cadre d'une thèse de médecine générale. Il est destiné aux médecins généralistes afin de mieux les aider à prendre en charge les démences en soins primaires. Il se divise en sept parties qui sont : « L’examen clinique », « Les tests neuropsychologiques », « Les examens complémentaires », « Les traitements », « Les soignants de proximité », « Les différentes aides », « Pour les aidants ». On y trouve également un accès facile aux certificats médicaux, aux simulateurs de droits, aux annuaires de professionnels et structures de proximité, à des ordonnances préremplies, etc. Ce site a pour vocation d'être diffusé largement, tant la difficulté est grande de prendre en charge les démences en médecine générale. NDRL : De nouvelles mises à jour sont programmées, notamment sur le remboursement des traitements médicaux anti Alzheimer. Voir DemenceClic

Tous hypertendus ? Les nouvelles recommandations étasuniennes définissent l'hypertension artérielle (HTA) comme une pression artérielle systolique (PAS) de 130 mm Hg ou plus ou une pression artérielle diastolique (PAD) de 80 mm Hg ou plus (140/90 mm Hg précédemment). Les directives de traitement ont été également largement révisées. Elles recommandent un traitement pour les patients avec une PAS de 140 mm Hg ou plus ou une PAD de 90 mm Hg ou plus.  Chez les personnes ayant une PAS de 130-139 mm Hg ou une PAD de 80-89 mm Hg, un traitement est recommandé uniquement pour les personnes qui répondent à l'un des critères suivants : 65 ans ou plusCardiopathie artérioscléreuse ou risque à 10 ans d’événement cardio-vasculaire ≥10% Maladie rénale chronique, Diabète sucré.  Les objectifs à atteindre pour tous les patients sont une PAS < 130mm Hg et une PAD < 80mmHg. Ces recommandations contrastent avec les cibles actuelles de PAS inférieures à 140 mm Hg et de PAD de moins de 90 mm Hg pour la plupart des patients, à l'exception des 60 ans et plus sans diabète ni maladie rénale chronique pour lesquels les objectifs sont <150/90 mmHg. L'adoption de ces recommandations aux États-Unis entrainerait un diagnostic d’HTA chez 70,1 millions de personnes parmi les 45-75 ans, représentant 63% de ce groupe d'âge.  En Chine ces recommandations entraineraient un diagnostic d’HTA chez 266,9 millions de personnes soit 55% (53,4% à 56,7%) des 45-75 ans. Cela représenterait une augmentation de la prévalence de 26,8% (23,2% à 30,9%) aux États-Unis et de 45,1% en Chine.

Sur la base des schémas thérapeutiques et des recommandations actuelles, 8,1 millions d'Américains hypertendus ne sont pas traités, ce chiffre devrait passer à 15,6 millions après la mise en œuvre des directives. En Chine, sur la base des schémas thérapeutiques actuels, 74,5 millions de patients souffrant d'hypertension ne sont pas traités, ce chiffre devrait passer à 129,8 Par contre,  8,7 millions d'adultes aux États-Unis et 51 millions en Chine ayant une hypertension ne nécessiteraient pas de traitement antihypertenseur, contre 1,5 et 23,4 millions avec les lignes directrices actuelles.

Parmi les personnes traitées, la proportion de candidats à l'intensification du traitement devrait augmenter de 13,9 millions aux États-Unis et de 30 millions en Chine, si ces cibles de traitement sont adoptées. Cette étude concerne les États-Unis et la Chine, mais l’impact de ces recommandations pourrait être également majeur pour notre pratique, avec un diagnostic d’HTA pour peut-être 50 % de nos patients. On peut réfléchir avec la rédactrice en chef du BMJ qui intitule son éditorial : les pilules ne sont pas la réponse à des modes de vie malsains Article publié dans le « British Medical Journal » le 11 juillet 2018

L'Institut national du cancer publie la dixième édition de son rapport annuel "Les cancers en France" en 2017. Ce rapport propose une mise à jour des connaissances pour l’ensemble des thématiques du cancer et de la cancérologie et rassemble les données les plus récentes (décembre 2017) autour de six chapitres principaux : l’épidémiologie, la prévention, le dépistage, les soins, la vie pendant et après un cancer et la recherche. Les actions menées en faveur de la lutte contre les inégalités sont détaillées sous forme de focus dans les  chapitres concernés. Pour permettre un aperçu rapide du contenu, chaque chapitre est introduit par un récapitulatif des principaux faits marquants et un résumé des données essentielles. Sa forme interactive, disponible depuis 2017, permet une navigation et une recherche d’information plus fluides et directes.    Pour lire les six chapitres

Parcours de soins des personnes hospitalisées pour un accident vasculaire cérébral Premiers résultats. C’est la première cause de décès chez les femmes et la troisième chez les hommes, et un grand pourvoyeur de handicap. Le Plan d’actions national AVC 2010-2014 avait pour but notamment d’améliorer le parcours de soins des patients, lors de la phase aiguë par l’accès facilité à l’imagerie diagnostique (IRM et scanner) et le développement d’unités hospitalières spécialisées, les Unités neurovasculaires (UNV), et ensuite lors de la phase de rééducation et réadaptation, afin d’éviter décès et pertes de chance de récupération des séquelles        L’analyse de l’IRDES de juillet 2018

 

9-15 Juillet 2018

Le Conseil d'État est en faveur du dépistage du cancer : Le Conseil d’État vient en effet d’annuler la décision de la Cour administrative d’appel de Paris actant la résiliation anticipée, dès le 1er août, du marché conclu par l’Assurance Maladie pour la fourniture des test de dépistage OC Sensor. La CNAM se voyait reprocher un vice de procédure ayant pu fausser le choix du candidat retenu. Le communiqué de presse de la CNAM

Remise à Madame Agnès Buzyn d’un vade-mecum sur la prise en charge des blessés par armes de guerre. Les professeurs Pierre CARLI (Directeur médical du SAMU de Paris et Président du Conseil national de l’urgence hospitalière) , et François PONS (Chirurgien des armées, Médecin Général inspecteur et ancien directeur de l’Ecole du Val-de-Grâce), ont remis ce jour à Madame Agnès Buzyn, Ministre des Solidarités et de la Santé, un vade-mecum destiné aux professionnels de santé et consacré à la prise en charge des victimes d’agressions collectives par armes de guerre.. Le communiqué de presse du 12 juillet 2018                   Agressions collectives par armes de guerre Conduites à tenir pour les professionnels de santé. 230 pages A parcourir au moins : Gestes secouristes sur le lieu de l’attaque. Pages 81 à 92. C’est la première fois qu’un ouvrage médical est publié sous l’égide de trois ministères (Intérieur, Armées, Solidarités et Santé) affirmant ainsi la collaboration interministérielle dans le domaine majeur de la prise en charge des blessés par armes de guerre lors d’attentats.

Accès aux soins : Agnès Buzyn salue les premières avancées significatives dans les territoires. Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, a présidé le 9 juillet la 2ème réunion du comité national de suivi du plan d’accès territorial aux soins, lancé en octobre 2017 autour d’une vingtaine de mesures mises en œuvre avec volontarisme. Ce plan, qui fait le pari des dynamiques locales et d’un engagement collectif, produit aujourd’hui des premières avancées encourageantes. Le communiqué de presse avec les 7 axes prioritaires. Pour en savoir plus : Le point d’avancement du plan en juillet 2018 avec description des 6 chantiers     Le comité national de suivi du 9 Juillet 2018

2-8 Juillet 2018

INSERM 2 juillet 2018 : Un dépistage universel de l’hépatite C coût-efficace en France. « Ainsi, les résultats de cette étude soutenue par l’ANRS plaident en faveur d’un dépistage universel du VHC en France, suivi d’une prise en charge et d’un traitement immédiat des personnes diagnostiquées ». Le communiqué de presse

Y a-t-il un lien entre l'exposition aux perturbateurs endocriniens et la santé reproductive ? Le lien formel est difficile à établir, mais les soupçons s'accumulent... Santé Publique France confirme en tout cas cette semaine que la 'santé reproductive' se détériore en France depuis une vingtaine d'années. > +1,52 % : augmentation moyenne par an des cancers des testicules de 1998 à 2014. > +2,64 % : augmentation moyenne par an des "non-descentes" de testicules de 2002 à 2014. >  -32,2% La qualité du sperme chute d’un tiers. Les perturbateurs endocriniens sont suspectés d'être néfastes pour la puberté, les testicules et la fertilité La qualité du spermeSanté reproductive et perturbateurs endocriniens : BEH du 3 juillet 2018

Maladies rares : Agnès Buzyn et Frédérique Vidal lancent le 3ème plan national 2018-2022. Environ 7000 maladies rares (20 % ne sont pas d'origine génétique) concernent aujourd’hui plus de 3 millions de nos concitoyens (dont 75 % d'enfants) et environ 25 millions de personnes en Europe. . On estime que la moitié des malades restent sans diagnostic précis. Il faut attendre un délai moyen de 1,5 an (5 ans pour un patient sur 4) pour obtenir un diagnostic. Depuis 2004, 2 plans nationaux successifs ont conforté le leadership français dans la lutte contre les maladies rares notamment par la création de 23 filières de santé s’appuyant sur 387 centres de référence et 1 800 centres de compétence pour un suivi global et au plus proche des personnes malades.            Le communiqué de presse du 4 juillet 2018      PLAN NATIONAL MALADIES RARES 2018-2022 :  Partager l’innovation, un diagnostic et un traitement pour chacun Le discours d’Agnès Buzyn lu par Cécile Courrège (Directrice de la DGOS).

25 Juin -1er Juillet 2018

Désormais présent en France dans 42 départements le moustique tigre vecteur de la dengue, du chikungunya et du Zika, fait l’objet d’une surveillance prioritaire pour les autorités sanitaires et leurs partenaires, durant sa période d’activité́ en métropole du 1er mai au 30 novembre. A lire avant de partir sous d’autres cieux ou …. dans ces 42 départements.

Mesurer les parts de cancers évitables pour mieux guider la lutte et la prévention.

  • Scoop.it