TLMFMC - Formation Médicale Continue - Développement Professionnel Continu
  • Actus Santé publique - Archives

  • Discipline :
  • Santé publique
  • Auteur :
  • Pierre Colombier - Veille UnaformeC
  • Date :
  • 25/03/2018

Voir Actus de la semaine

Voir aussi

           Actus Maladies, Traitements - Archives            Actus Système de santé -Archives

           Actus Education du patient - Archives             Actus Juridique Ethique - Archives 

        Actus Gestion professionnelle - Archives        Actus Vie associative - Archives

2 - 8 Avril 2018

Rougeole en France : plus de 1 200 cas et 69 départements touchés. Après avoir diminué entre 2012 et 2016, le nombre de cas de rougeole augmente de manière importante depuis novembre 2017. Cette situation est la conséquence d’une couverture vaccinale insuffisante chez les nourrissons (79% avec deux doses de vaccin au lieu des 95% nécessaires), les enfants et les jeunes adultes. Pour connaître la situation épidémiologique

Quatre orientations pour l’évaluation économique et de santé publique à la HAS. Chargée d’évaluer l’efficience des stratégies et des produits de santé et d’examiner les recommandations de santé publique, sur les dépistages notamment, la Commission évaluation économique et de santé publique (CEESP) de la HAS publie un rapport de mandature pour la période 2015-2017. Alors qu’elle lance un appel à candidatures en vue de recruter ses membres pour les 3 prochaines années, la commission y pose les enjeux des orientations de travail pour les années à venir. La nouvelle commission sera installée le 22 mai prochain. > Elargir le champ d’activité de la commission en matière d’évaluation des actions et programmes de santé publique et des organisations de soins. > Renforcer l’évaluation économique et apporter davantage d’éléments au décideur public > Prioriser les activités de la commission. > Décliner ses travaux en direction des professionnels de santé et des usagers            Pour en savoir plus

26 mars - 1er Avril 2018

400 millions, c’est l’investissement de l’Etat (sur 5 ans) pour les actions Prévention Santé. Edouard Philippe, Premier ministre et Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé ont réuni le lundi 26 mars un Comité interministériel de la Santé (CIS). Ce comité a permis de présenter les 25 mesures-phares de la politique de prévention destinées à accompagner les Français pour rester en bonne santé tout au long de leur vie. Ces mesures concrétisent le premier axe de la Stratégie nationale de Santé*, stratégie qui porte l’action du Gouvernement en matière de santé pour les cinq prochaines années.              Le dossier de presse de 40 pages                  Stratégie nationale de santé 2018-2022     

Baisse de la mortalité pour presque tous les cancers en Europe. La mortalité a diminué pour la majorité des cancers en Europe, ces 6 dernières années, à l’exception du cancer pulmonaire chez les femmes et de celui du pancréas pour les deux sexes.          Prédictions européennes de mortalité par cancer pour l'année 2018 en mettant l'accent sur le cancer colorectal. Annaled’oncologie du 19 mars 2018

Discours d’Agnès Buzyn - Journée du bon usage du médicament, le jeudi 22 mars 2018. Le bon usage des médicaments constitue aujourd’hui, plus que jamais, un enjeu majeur de santé publique. Ce bon usage doit renforcer la sécurité du patient : en diminuant les effets indésirables, parfois graves, et rendre plus efficaces les traitements.    Le discours de la ministre avant d’envisager la suite !!*

L'Institut national du cancer publie l'essentiel des faits et chiffres des cancers en France en 2017. Au-delà des données générales, deux focus sont proposés. Le premier concerne la question de la participation au programme du dépistage du cancer colorectal, le second fait le point sur la consommation d’alcool et les risques de cancers attribuables à sa consommation.  Le communiqué de l’INCA du 23 mars 2018.             Le rapport 2017. 24 pages

Plan national de prévention et de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques. Santé publique France (SPF) a présenté les données les plus récentes permettant de déterminer l’incidence de la maladie de Lyme à travers différentes méthodes de surveillance, en s’appuyant notamment sur le réseau Sentinelles. Ces données, encore préliminaires, seront publiées mi-juin 2018 dans le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire ; Communiqué et dossiers de presse du ministère du 29 mars 2018.

Mieux vaut être riche et bien portant que pauvre et malade. Les inégalités sociales n’amputent pas seulement l’espérance de vie, mais également de manière encore plus importante les capacités fonctionnelles des catégories sociales défavorisées. Une étude internationale évalue l’association entre faible statut socio-économique, certains facteurs de risques (diabète, importante consommation d’alcool, hypertension artérielle, obésité, inactivité physique, tabagisme) avec la perte des capacités fonctionnelles chez la personne âgéeLes hommes âgés de 60 ans et de statut socio-économique faible ont la même vitesse de marche que les hommes de 66,6 ans ayant un statut socio-économique élevé (années de capacité fonctionnelle perdues 6,6 ans). Pour les femmes, les années de capacité fonctionnelle perdues étaient de 4,6. Chez les hommes et les femmes : 5,7 années pour les hommes et 5,4 pour les femmes) années de capacité ont été perdues à 60 ans en raison d'une activité physique insuffisante ; 5,1 et 7,5 en raison de l’obésité ; 2,3 et 3,0 en raison de à l'hypertension ; 5,6 et 6,3 en raison du diabète 3,0 et 0,7 en raison de l'usage du tabac. Dans les pays à revenu élevé : à l’âge de 60 ans, le nombre d'années de fonctionnement perdues attribuable à un faible statut socio-économique personnel était de 8,0 (IC à 95% : 5,7 à 13,1) pour les hommes et de 5,4 (IC à 95 % : 4,0 à 8,0) pour les femmes. Dans les pays moins favorisés il était de 2,6 (IC à 95 % : 0,2 à 6,8) pour les hommes et 2,7 (IC à 95% : 1,0 à 5,5) pour les femmes. Dans ces pays à revenu élevé, le nombre d'années de fonctionnement perdues imputables à un faible statut socioéconomique à l'âge de 60 ans était plus élevé aux États-Unis qu'en Europe. Le fonctionnement physique a continué de diminuer en fonction de facteurs de risque défavorables entre 60 et 85 ans.  Le faible statut socio-économique et les facteurs de risque de maladies non transmissibles font perdre plus d’années de capacités physiques que d’années de vie. Article publié en accès libre le 23 mars 2018 dans le « British Medical Journal ».

 

19-25 Mars  2018

Journal officiel du 22 mars 2018 : Cahier des charges du dépistage organisé du cancer colorectal.    Arrêté du 19 mars 2018 modifiant l'arrêté du 29 septembre 2006 relatif aux programmes de dépistage organisé des cancers et portant modification du cahier des charges du dépistage organisé du cancer colorectal 

Journée mondiale de lutte contre la tuberculose, 24 mars 2018.   La tuberculose est l’une des 10 premières causes de mortalité dans le monde. En 2016, 10,4 millions de personnes ont contracté cette maladie et 1,7 million en sont mortes (dont 0,4 million ayant aussi le VIH). Plus de 95% des décès dus à la tuberculose surviennent dans les pays à revenu faible ou intermédiaire. Sept pays totalisent 64% des cas, avec l’Inde en tête, suivie de l’Indonésie, de la Chine, des Philippines, du Nigéria, du Pakistan et de l’Afrique du Sud. En 2016, on estime que 1 million d’enfants ont développé la tuberculose et 250 000 en sont morts (à l’exclusion de ceux ayant le VIH). La tuberculose est le premier facteur de mortalité chez personnes VIH-positives : en 2016, 40% des décès de séropositifs ont été dus à la tuberculose. La tuberculose multirésistante demeure une crise de santé publique et une menace pour la sécurité sanitaire. L’OMS estime à 600 000 le nombre de nouveaux cas présentant une résistance à la rifampicine – le médicament de première intention le plus efficace – dont 490 000 sont des cas de tuberculose multirésistante. À l’échelle mondiale, l’incidence de la tuberculose baisse d’environ 2% par an. Il faut accélérer le rythme et atteindre une chute de 4 à 5% par an afin d’atteindre le jalon intermédiaire fixé pour 2020 par la Stratégie de l’OMS pour mettre fin à la tuberculose. On estime que le diagnostic et le traitement de la tuberculose ont permis de sauver 53 millions de vies entre 2000 et 2016. Mettre un terme à l’épidémie de tuberculose d’ici à 2030 fait partie des cibles pour la santé indiquées dans les objectifs de développement durable adoptés en 2015. Sources OMS janvier 2018       Le bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de mars 2018

 

12 - 18 Mars  2018

Rougeole nouvelle lettre de la DGS : recommandations devant une rougeole.    Au 12 mars 2018, 913 cas ont été déclarés depuis le 6 novembre 2017, confirmant le début d’une épidémie en France. L’augmentation rapide du nombre de cas observée depuis les trois dernières semaines (environ 300 cas) fait craindre une épidémie d’ampleur importante. La lettre de la DGS

5 - 11 Mars  2018

Le carnet de santé de l’enfant. Publication des nouveaux modèles pour une entrée en vigueur le 1er avril. Les principales nouveautés portent sur l’introduction de nouveaux messages de prévention, la création d’un examen de la deuxième semaine, la mise à jour des repères neuro-développementaux, les nouvelles recommandations vaccinales et enfin l’adoption de nouvelles courbes anthropométriques développées par l’Inserm. Le dossier du ministère avec de nombreux liens

26 Février - 4 Mars  2018

Associations de patients : l’ANSM lance son appel à projets 2018. L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) lance, pour la septième année consécutive, un appel à projets s’adressant aux associations de patients et autres usagers du système de santé. Cet appel à projets annuel vise à stimuler des initiatives associatives axées sur le bon usage et la réduction des risques liés aux produits de santé. L’appel à projets de l’ANSM

Le service sanitaire. Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé et Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation ont présenté le Service Sanitaire, le lundi 26 février 2018. Le service sanitaire s’adresse à tous les étudiants en santé avec pour but de les familiariser avec les enjeux de prévention en santé.  Le dossier de presse (16 pages) du 26 février 2018.     Pour rappel : le document sur le service sanitaire du 20 février 2018.

 

19 - 25 Février  2018

Vaccination antigrippale de l’adulte en bonne santé : un effet modeste. Pour notre pratique, nous n’avons pas d’argument majeur pour vacciner les adultes en bonne santé contre la grippe saisonnière. Si le patient le souhaite, les effets indésirables sont acceptables. La revue Cochrane a évalué les effets des vaccins antigrippaux chez les personnes en bonne santé âgées de moins de 65 ans, y compris les femmes enceintes. Un vaccin inactivé réduit probablement le risque de grippe chez l’adulte âgé de moins de 65 ans en bonne santé en le faisant passer de 2,3% sans vaccin à 0,9% après vaccination. Pour les maladies pseudo grippales, le risque baisse de 21,5% à 18,1%.. Il faut vacciner 71 adultes âgés de moins de 65 ans en bonne santé pour éviter une grippe et 29 pour éviter une maladie pseudo grippale. Pour le vaccin vivant en aérosol le nombre nécessaire à vacciner (NNV) pour éviter une grippe est de 46. Pour les hospitalisations et l’absence au travail, les différences ne sont pas significatives statistiquement.

Une étude a concerné le vaccin H1N1 chez les femmes enceintes avec une efficacité de 50% chez les mères (NNV = 55) et de 49% chez les enfants jusqu’à 6 mois (NNV = 56). I n’y a pas de données pour la grippe saisonnière. Pour les maladies pseudo grippales, il y a eu des études observationnelles avec un NNV de 94 pour les mères et un NNV de 27 pour les enfants.. L’analyse n’a pas retrouvé d’association de la vaccination avec le syndrome de Guillain-Barré (une étude de cohorte en 1979 avait retrouvé un risque de 1 pour 100000, le vaccin étudié n’est plus utilisé et l’étude n’a pas été prise en compte), les maladies démyélinisantes, le purpura thrombocystémique.

Les vaccins sont plus souvent à l’origine de fièvre, de myalgies, de fatigue, de malaises. Localement d’une douleur, d’une sensibilité, d’un érythème, d’une induration. Pour le vaccin vivant par aérosol sont plus fréquents : infections des voies aériennes supérieures, toux, coryza, mal de gorge.      Article publié par la « Cochrane Library » le 1 février 2018

La ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn signe le contrat d’objectifs et de performance (COP) pour 2018-2022 de Santé publique France. Les 6 objectifs stratégiques sont : Améliorer et optimiser l’observation épidémiologique et la veille sur les risques sanitaires, Développer et garantir l’efficacité des actions de prévention et de promotion de la santé, Assurer de façon optimale la préparation et la réponse aux menaces, alertes et crises sanitaires, Contribuer en termes d’expertise aux politiques de santé publique mises en œuvre aux niveaux régional et international, Assurer une gestion et un pilotage efficient.Développer les partenariats institutionnels, les liens avec la recherche et l’ouverture à la société civile.        Le contrat d’objectifs et de performance. 44 pages

 

12 - 18 Février 2018

Alerte de la DGS : rougeole. Depuis le 1er novembre 2017, 387 cas de rougeole ayant entraîné 1 décès et 83 hospitalisations, dont 6 en services de réanimation, ont été signalés en France. L’épidémie poursuit sa propagation à partir de plusieurs foyers épidémiques en Nouvelle-Aquitaine, puis plus récemment en Occitanie, Bretagne et Provence-Alpes-Côte-D’azur. Lorsqu’un foyer épidémique de rougeole est identifié, les investigations épidémiologiques mettent en évidence une absence de vaccination, ou une vaccination incomplète, chez la grande majorité des personnes contaminées. Afin de limiter le risque de propagation de l’épidémie, la Direction générale de la Santé et Santé publique France vous sollicitent pour vérifier le statut vaccinal de vos patients et proposer, le cas échéant, une mise à jour de leurs vaccinations. Plusieurs cas de transmission nosocomiale ayant été identifiés, nous vous invitons également, si vos antécédents de vaccination ou de rougeole sont incertains, à mettre à jour votre vaccination pour protéger vos patients les plus fragiles. Pour rappel, tout cas de rougeole fait l’objet d’une déclaration obligatoire auprès de votre ARS, notamment afin de mettre rapidement en œuvre les précautions complémentaires, les investigations épidémiologiques nécessaires, ainsi que les mesures de vaccination autour des cas. La commission technique des vaccinations de la Haute Autorité de Santé recommande en effet de vacciner dans les 72 heures qui suivent le contact les personnes de plus de 6 mois ayant été en contact avec un malade atteint de la rougeole.

Suicide : enjeux éthiques de la prévention, singularités du suicide à l’adolescence. L’Observatoire national du suicide (ONS) publie son troisième rapport intitulé : « Enjeux éthiques de la prévention, singularités du suicide à l’adolescence ». Installé en septembre 2013, l’ONS a pour objectif de faire avancer la connaissance du suicide avec l’ensemble des acteurs concernés (psychiatres, chercheurs, associations, pouvoirs publics, etc.) afin d’en améliorer la prévention. En France métropolitaine, 8 885 décès par suicide ont été enregistrés en 2014, soit près de 24 décès par jour. Malgré une baisse de 26 % du taux de suicide entre 2003 et 2014, la France présente, au sein des pays européens, un des taux de suicide les plus élevés derrière les pays de l’Est, la Finlande et la Belgique. En France, le suicide est la deuxième cause de mortalité parmi les 15-24 ans        Premier rapport de l’ONS de novembre 2014  SUICIDE État des lieux des connaissances et perspectives de recherche            Deuxième rapport de l’ONS de février 2016 : Suicide : connaître pour prévenir. Dimensions nationales, locales et associatives                              Troisième rapport de février 2018 : Suicide : enjeux éthiques de la prévention, singularités du suicide à l’adolescence

 

5 - 11 Février 2018

Perturbateurs endocriniens : un rapport qui conduit les ministères concernés à envisager une nouvelle stratégie nationale.Dans un communiqué commun, les 3 ministères en charge de la stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens (SNPE) annoncent engager la construction d’une nouvelle stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens sur la base de ce rapport d’évaluation, dans le cadre du Groupe national santé environnement, qui se réunira le 13 février. Un groupe de travail spécifique se réunira à partir de début mars dans l’objectif d’adopter la nouvelle stratégie d’ici à la fin de l’été 2018.

L'INCa dresse un tableau positif des avancées du plan Cancer 2014-2019. Selon l'Institut national du cancer (INCa), « près des deux tiers des indicateurs de suivi des objectifs » du plan Cancer 2014-2019 ont été réalisés. L'INCa dresse un tableau encourageant de ce plan à 1,5 milliard d'euros, dans un rapport adressé au président de la République, et qui précise que 890 jalons identifiés, sur 1 369 au total, sont respectés, soit 64 %.

Les chiffres clés en protection de l’enfance. Parmi les nombreuses informations chiffrées présentées lors des travaux de la commission, les quatre indicateurs suivants ont retenu l’attention des membres :  1. Le nombre de mineurs et de jeunes majeurs suivis en protection de l’enfance.  2. Le nombre de mineurs ayant fait l’objet de la saisine d’un juge des enfants en protection de l’enfance.  3. Le nombre de mineurs décédés de mort violente au sein de la famille.  4. Les dépenses en protection de l’enfance. Le document de la protection nationale de l’enfance et de la Drees. Janvier 2018

29 Janvier - 4 Février 2018

Une cigarette par jour, une cigarette de trop ! Une femme qui fume une cigarette par jour a un risque cardiaque augmenté de 119% et un risque d’AVC augmenté de 46% par rapport à une femme n’ayant jamais fumé. Un homme qui fume une cigarette par jour a un risque cardiaque augmenté de 74% et un risque d’AVC augmenté de 30% par rapport à un homme n’ayant jamais fumé. Au total le risque cardio-vasculaire est important chez les « petits » fumeurs. Il n’est pas proportionnel à la consommation de cigarettes. Article publié le 21 janvier 2018 dans le « British Medical Journal »

Infections associées aux soins (IAS). Depuis 2016, la HAS se charge de la gestion des indicateurs du thème « Infections Associées aux Soins ».  L’agence technique de l’information sur l’hospitalisation (ATIH) continue d’en assurer la maîtrise d'œuvre via la plateforme de recueil BILANLIN. Le recueil des indicateurs du thème « Infections Associées aux Soins » (IAS) s'est déroulé du 27 mars au 16 mai 2017 (données 2016). Il s'agit de la deuxième campagne nationale à avoir été pilotée par la HAS. Cette année, l’accent est mis sur deux axes du Programme national d’actions de prévention des affections nosocomiales associées aux soins (PROPIAS) : > Axe 1 - développer la prévention des infections associées aux soins. > Axe 2 - réduire les risques associés aux actes invasifs            Le rapport de la HAS. Campagne 2017 avec les données de 2016. 63 pages 

Autisme : le bilan de trois plans successifs. Pas génial d’après la Cour des comptes. Dans un rapport, la Cour des comptes déplore les progrès insuffisants réalisés dans le repérage et la prise en charge de l’autisme, malgré trois plans successifs. Evaluation de la politique en direction des personnes présentant des troubles du spectre de l’autisme. Rapport mis en ligne le 24 janvier 2018.

En 2016, l’espérance de vie en bonne santé, c’est-à-dire le nombre d’années qu’une personne peut compter vivre sans souffrir d’incapacité dans les gestes de la vie quotidienne, s’élève en France à 64,1 ans* pour les femmes et à 62,7 ans* pour les hommes. Elle est stable depuis dix ans. Parallèlement, l’espérance de vie en bonne santé à 65 ans, qui s’établit à 10,5 ans pour les femmes et 9,4 ans pour les hommes, a augmenté au cours de cette période : respectivement +0,9 an et +0,8 an. Ces évolutions s’inscrivent dans un contexte de progression de l’espérance de vie à la naissance. En 2016, celle-ci atteint 85,3 ans** pour les femmes et 79,3 ans** pour les hommes. Alors que la France occupe l’une des meilleures places en matière d’espérance de vie à la naissance, elle est assez proche de la moyenne européenne pour l’espérance de vie en bonne santé.       Les Français vivent plus longtemps, mais leur espérance de vie en bonne santé reste stable. Etudes de la Drees. Janvier 2018. Numéro 1046.    Pour en savoir plus :   Plus de 67 millions d’habitants en France du 1er janvier 2018. Insee Première, n°1683.

 

22-28 Janvier 2018

Vaccinations Obligatoires, le Journal officiel du 26 janvier 2018. Publics concernés : enfants ; titulaires de l'autorité parentale et personnes en charge de la tutelle des mineurs ; directeurs de crèches, d`écoles, d'établissements scolaires, de garderies, de colonies de vacances ; et autres collectivités d'enfants. Décret n° 2018-42 du 25 janvier 2018 relatif à la vaccination obligatoire

Journal officiel du 26 janvier 2018 : Examen prénatal . « L'arrêté du 14 janvier 2014 fixant la liste des examens de diagnostic prénatal mentionnés au V de l'article L. 2131-1 du code de la santé publique est ainsi modifié. Il est ajouté un 3° à la liste des examens de biologie médicale ou d'imagerie permettant d'évaluer le risque que l'embryon ou le fœtus présente une affection susceptible de modifier le déroulement ou le suivi de la grossesse et relevant d'un consentement recueilli par écrit, ainsi rédigé : « 3° Les examens de génétique portant sur l'ADN fœtal libre circulant dans le sang maternel »              Arrêté du 18 janvier 2018 modifiant l'arrêté du 14 janvier 2014 fixant la liste des examens de diagnostic prénatal mentionnés au V de l'article L. 2131-1 du code de la santé publique

Les accidents de la vie courante tuent plus de 21.000 personnes par an : Les accidents de la vie courante (AcVC) regroupent les accidents domestiques, les accidents de sport et de loisirs, ceux survenus à l'école et d'une manière générale, tous qui se produisent dans la vie privée, hors circulation routière, et non liés au travail. BEH du 19 décembre 2017. Mais attention, il ne s’agit que d’une enquête déclarative.

Un rapport parlementaire recommande la contraventionnalisation de la consommation de cannabis. Dans la perspective d’une réforme de la procédure pénale afin d’en simplifier certains aspects, la commission des lois de l’Assemblée nationale a décidé, le 2 août 2017, la création d’une mission d’information portant sur l’opportunité de recourir à la procédure de l’amende forfaitaire délictuelle (déjà prévue dans notre droit pour deux délits routiers) pour sanctionner l’infraction d’usage illicite de stupéfiants. Elle a confié cette mission à deux de ses membres, MM. Éric Poulliat (REM, Gironde) et Robin Reda (LR, Essonne), qui ont rendu leurs travaux cette semaine après avoir entendu les différents acteurs.. Le rapport tel qu’il a été remis au Président de la République        

L'expérimentation de la vaccination antigrippale dans deux régions pilotes (Nouvelle Aquitaine et Auvergne Rhône-Alpes) a déjà permis aux pharmaciens de vacciner 152 406 personnes depuis début octobre. Selon l'instance ordinale, sur les 152 406 patients vaccinés, 55 415 l'ont été en Nouvelle Aquitaine et 96 991 en Auvergne Rhône-Alpes. Cette pratique avancée a séduit 5 061 pharmaciens (2 066 en Nouvelle Aquitaine et 2 995 en Auvergne Rhône-Alpes) qui ont été formés pour vacciner contre la grippe, soit environ un sur deux dans ces régions.

Lancement de la concertation relative aux produits phytopharmaceutiques. Conformément aux annonces du Premier ministre lors de la clôture des Etats généraux de l’alimentation, le ministère de l’agriculture et de l’alimentation, le ministère de la transition écologique et solidaire, le ministère des solidarités et de la santé et le ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation lancent une concertation sur le projet de feuille de route gouvernementale sur les produits phytopharmaceutiques, en vue de la finaliser avant la fin du premier trimestre 2018. Quatre priorités sont identifiées :> Diminuer rapidement …> Structurer et renforcer > Accompagner la recherche …> Renforcer le plan Ecophyto 2          Pour en savoir plus.   

De plus en plus d'intoxications à la cocaïne. 68 cas en 2010, 416 en 2016… Dans un point d’information publié cette semaine, l’ANSM alerte sur « l’augmentation préoccupante du nombre et de la sévérité des intoxications liées à la consommation de cocaïne ».  Selon le réseau national d’addictovigilance, le nombre de signalements a été multiplié par 6 entre 2010 et 2016. La hausse a été particulièrement marquée entre 2015 et 2016, mais semble se maintenir en 2017. Elle pourrait être liée « à l’augmentation de la concentration du produit vendu (augmentation de la « pureté » de la cocaïne) et à sa plus grande disponibilité » analyse l’ANSM..

15-21 Janvier 2018

Depuis le 1er novembre 2017, 818 cas graves de grippe ont été signalésL'âge moyen des cas est de 56 ans. La majorité (78%) d’entre eux présente des facteurs de risque et 58% des cas pour lesquels le statut vaccinal était renseigné n’étaient pas vaccinés. Un virus de type A a été identifié chez 77% des cas. Parmi les cas admis en réanimation, 70 sont décédés : 3 étaient âgés de moins de 5 ans, 29 de 15 à 64 ans et 38 de 65 ans et plus.

Affections psychiques en hausse : En épluchant les certificats médicaux de 626 000 accidents de travail en 2016, la branche accidents du travail/maladies professionnelles (AT/MP) de l'Assurance-maladie (CNAM) a identifié 10 000 cas reconnus comme affections psychiques (troubles anxieux, troubles du sommeil, dépression, états de stress post-traumatique…).

Atlas de la santé mentale en FranceL'Institut de recherche et documentation en économie de la santé (Irdes), la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) du ministère des Solidarités et de la Santé lancent : http://santementale.atlasante.fr, un atlas interactif qui constitue une base de données territorialisée en santé mentale inédite. L'atlas propose ainsi environ 350 indicateurs, construits à partir de plus de dix bases de données (recensement, bases de données médico-administratives, enquêtes, recueils spécifiques), qui peuvent être mobilisés notamment pour élaborer et faire le suivi des diagnostics territoriaux partagés ou des projets territoriaux en santé mentale. Il est destiné à l’ensemble des acteurs intervenant dans le champ de la santé mentale : usagers, professionnels, décideurs et chercheurs.

Alimentation et activité physique des jeunes : bilan des actions réalisées et pistes d’amélioration. Dans le cadre du Plan Cancer 2014-2019, Santé publique France est pilote de l’action 11.6 visant à développer l’éducation sur l’alimentation et l’activité physique dès la maternelle et le primaire notamment pendant le temps périscolaire. Pour répondre à cet objectif, l’agence a réalisé un état des lieux des actions mises en place dans ce domaine et proposé des pistes d’amélioration.               La présentation et le rapport

8-14 Janvier 2018

Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé précise la mise en œuvre des 11 vaccinations indispensables, obligatoires depuis le 1er janvier 2018. Au 1er janvier, les obligations vaccinales pour les jeunes enfants, passent donc de 3 – diphtérie, tétanos, poliomyélite – à 11 vaccinations avec la coqueluche, le ROR (Rougeole, Oreillons, Rubéole), l’Haemophilus influenzae de type B, l’hépatite B, le pneumocoque et le méningocoque C en plus. En France, une très grande partie des enfants est déjà vaccinée car les 11 vaccins figurent depuis longtemps au calendrier vaccinal. Il ne s’agit donc pas de nouveaux vaccins. Plus de 70% des enfants sont déjà dans les faits vaccinés contre ces 11 maladies.                  Le communiqué de presse du 5 janvier 2018.      Le dossier de presse (31 pages).    Pour mémoire : Trois vidéos d’information et de pédagogie sur la vaccination, de YouTubeurs, réalisées en partenariat avec le ministère :                 Dans ton corps        E-penser                   Allo Maman

Le cancer en France métropolitaine : projections d’incidence et de mortalité par cancer en 2017. Cancer du poumon, cancer du sein, cancer de la prostate, cancer du côlon-rectum… quelles sont les prévisions attendues ? Le réseau des registres des cancers Francim, le service de biostatistique des Hospices civils de Lyon, Santé publique France et l’Institut national du cancer publient les projections d’incidence et de mortalité par cancer en France métropolitaine pour 19 localisations cancéreuses.   Le rapport en PDF.

Mise à jour du guide pratique de dépistage et de prise en charge des expositions au plomb chez l’enfant mineur et la femme enceinte. Dans sa version mise à jour, le guide décrit les facteurs de risques et les signes cliniques devant conduire à la prescription par un médecin d’une plombémie chez un enfant de moins de 6 ans ou chez une femme enceinte. De plus, les modalités de prise en charge des enfants et des femmes enceintes ayant bénéficié d’une plombémie sont décrites (conduite à tenir en fonction des concentrations sanguine de plomb, suivi des plombémies, traitement médicamenteux, suivi du développement psychomoteur et cognitif de l’enfant, mesures diététiques, conduite à tenir pour l’allaitement, etc.). Ce guide est destiné aux professionnels de santé et acteurs du terrain et est présenté sous forme de 19 fiches pratiques indépendantes et complémentaires. Deux questionnaires pour l’identification des facteurs de risques environnementaux ou d’exposition destinés à la femme enceinte ou à l’enfant sont proposés.   Les 19 fiches pratiques du Haut Conseil de la Santé Publique

Partager sur Facebook

-->
  • Scoop.it