TLMFMC - Formation Médicale Continue - Développement Professionnel Continu
  • Actus de la Semaine

  • Discipline :
  • Toutes spécialités
  • Auteur :
  • Pierre Colombier - Veille UnaformeC
  • Date :
  • 01/04/2018

Voir aussi

Actus Maladies, Traitements - Archives              Actus Santé publique - Archives

Actus Système de santé -Archives                      Actus Education du patient - Archives

Actus Juridique Ethique - Archives                     Actus Gestion professionnelle - Archives

Actus Vie associative - Archives

 

4-10 Juin 2018

Maladies, Traitements

Infections nosocomiales. Pour la première fois depuis 2012, la prévalence des infections nosocomiales, que l’on estime à l’origine de 4 200 décès dans le seul milieu hospitalier, ne diminue plus. Après avoir baissé de 10 % entre 2006 et 2012, puis s’être stabilisée, elle stagne à 5,21%.  Un patient sur 20 hospitalisé se révèle porteur d’au moins une infection nosocomiale. La proportion est sans surprise plus élevée en réanimation (1 patient sur 4) et le risque 4,6 fois supérieur chez tout patient soumis à des dispositifs de soins invasifs, de mise en place de cathéters, de sondes urinaires ou d’assistance respiratoire. Mais le détail de cette photographie révèle aussi que si la prévalence régresse en soins de suite, elle augmente particulièrement en chirurgie (+35%) et en court séjour (+12%). À surveiller de près alors que l’on parle d’accélérer le recours à l’ambulatoire : cela va nécessiter de nouveaux outils, indique Santé publique France, qui va étendre sa mission de veille et de prévention des infections nosocomiales aux soins de ville. Pour en savoir plus

 

Journal officiel du 6 juin 2018 : Allergènes : Prise en charge de 70% à 75%. Décret n° 2018-445 du 4 juin 2018 modifiant les conditions de prise en charge par l'assurance maladie des allergènes préparés spécialement pour un seul individu 

 

Santé Publique

Services d’urgence. Où en sommes-nous ?  Alors que plane la menace de fermeture (ou de restructuration) de dizaines de services d'urgences, le gouvernement et les urgentistes cherchent des solutions opérationnelles pour éviter des décisions brutales notamment l'été. Un décret autorise certains services à tourner avec un seul urgentiste au lieu de deux. L'appui d'infirmiers urgentistes, de la réserve sanitaire ou la création de centres de soins non programmés font partie des pistes. L’état des lieux : RAPPORT D´INFORMATION FAIT au nom de la commission des affaires sociales sur les urgences hospitalières, Par Mmes Laurence COHEN, Catherine GÉNISSON et M. René-Paul SAVARY. 109 pages

Activité physique : l'OMS dévoile son plan 2018-2030. À l'échelle mondiale, on estime que l'inactivité physique coûte 46 milliards d'euros en soins de santé directs, dont 57 % pris en charge par le secteur public, et près de 12 milliards d'euros supplémentaires imputables aux pertes de productivité.  Le plan fixe l'objectif d'une réduction de 15 % de l'inactivité physique chez l'adulte et l'enfant d'ici 2030 (via l'étape de 10 % d'ici 2025). Les mesures concernent 20 domaines, et visent à agir sur l'environnement pour inciter les personnes de tout âge et toute condition à pratiquer davantage la marche, le vélo, les activités sportives, les loisirs actifs, la danse et le jeu. La présentation sur le site de l’OMS. Le rapport. 104 pages …. En Anglais

Consommation d’alcool et risque cardiovasculaire. Cette étude de cas-cohorte européenne recherchait l’association entre consommation d’alcool , maladie coronaire et accident vasculaire cérébral (AVC).  > Résultats pour la maladie coronaire : La consommation d’alcool au départ était inversement associée avec une coronaropathie non fatale, d’autant plus que la consommation était importante. Il y avait une association en forme de J entre la consommation d’alcool de base et le risque de maladie coronarienne fatale. Le risque était augmenté pour les non-buveurs, il diminuait jusqu’à une dose d’alcool quotidienne comprise entre 15 et 30 g pour augmenter ensuite. > Résultats pour les AVC : Ils sont contrastés par rapport au risque coronarien avec une progression du risque d’AVC pour chaque augmentation de dose. Les résultats sont globalement similaires pour les AVC ischémiques et hémorragiques. Ces associations avec les événements cardiovasculaires étaient globalement identiques si l’on prenait en compte la consommation moyenne d’alcool au cours de la vie. Il n’y avait pas de différence importante suivant les pays et les boissons consommées (vin , bière, cidre, liqueurs, alcools forts). Il n’y avait pas de preuves solides pour des interactions entre consommations d’alcool et le tabagisme sur le risque d’événements cardiovasculaires. Au total cette étude montre qu’une consommation d’alcool n’est surement pas bénéfique pour nos artères avec une augmentation du risque d’AVC et malgré une certaine protection contre la maladie coronaire. Article publié le 29 mai 2018 dans le « British Medical Journal »

Ces deux documents, chacun de 28 pages, trouvés sur le site de psycom sont destinés aux personnes qui prennent un médicament antidépresseur, à leurs proches et aux professionnels qui les accompagnent. Ils visent à résumer l’essentiel des informations utiles. > Prendre un médicament antidépresseur. Les médicaments antidépresseurs, les antidépresseurs dans la dépression, les effets indésirables, le choix d’un traitement, les antidépresseurs en dehors de la dépression … Pour en savoir plus. > Prendre un médicament neuroleptique. Les effets psychotiques des neuroleptiques, les bénéfices attendus d’un traitement, les effets indésirables, le choix. Attention aux associations avec les autres médicaments … Pour en savoir plus

1 000 000 de fumeurs en moins L'année dernière, la courbe du nombre de fumeurs quotidiens s'est retournée. Au premier semestre 2017, ils étaient 1 million de moins qu'à la même période de 2016, selon le baromètre annuel de l'agence Santé publique France, dévoilé par la ministre de la Santé ce lundi. Il y a un an, 26,9 % de la population adulte (15-75 ans), soit 13,5 millions de personnes, était dépendante du tabac contre 29,4 % un an plus tôt.                Communiqué de presse au format d’Agnès Buzyn.  Dossier de presse : lutte contre le tabagisme.    Discours d’Agnès Buzyn au cours de la conférence de presse "Journée mondiale                    

« Communiquer pour tous : Guide pour une information accessible », le nouveau référentiel de Santé publique France. Comment être sûr de produire une information publique comprise de tous pour garantir à chacun l’accès à ses droits, aux dispositifs de prévention et de soins et l’exercice d’une pleine citoyenneté ? Dans le cadre de sa mission en faveur de l’accessibilité de l’information pour les personnes en situation de handicap, d’illettrisme ou maîtrisant mal le français, Santé publique France publie avec le soutien de la CNSA un nouveau guide pratique pour toute personne ou organisme souhaitant communiquer une information claire et lisible pour le plus grand nombre. Le guide de 112 pages

Système de santé

Journal officiel du 5 juin 2018 : Les zones caractérisées par une offre de soins insuffisante ou par des difficultés dans l'accès aux soins, concernant la profession d'orthophoniste … et de médecin. Arrêté du 31 mai 2018 relatif à la méthodologie applicable à la profession d'orthophoniste pour la détermination des zones prévues au 1° de l'article L. 1434-4 du code de la santé publique et modifiant l'arrêté du 13 novembre 2017 relatif à la méthodologie applicable à la profession de médecin pour la détermination des zones prévues au 1° de l'article L. 1434-4 du code de la santé publique 

INSTRUCTION N° DGOS/R4/DGCS/3A/2018/136 du 4 juin 2018 relative à l’articulation entre les SSIAD-SPASAD et les établissements d’HAD pour assurer la prise en charge continue du patient à son domicile. Cette instruction précise les modalités de coordination entre les services de soins infirmiers à domicile (SSIAD) ou les services polyvalents d’aide et de soins à domicile (SPASAD) et les établissements d’hospitalisation à domicile (HAD) pour assurer la continuité, la qualité et la sécurité de la prise en charge des patients à leur domicile. Elle propose un modèle de convention de partenariat entre les deux types de structure et les outils de dialogue. Elle explicite également le périmètre, les modalités de mise en œuvre et de facturation et fixe les conditions de l’évaluation de l’intervention conjointe d’un SSIAD ou d’un SPASAD avec un établissement d’hospitalisation à domicile. Pour consulter cette instruction

L'assurance-maladie a versé, au titre de 2017, près de 35,6 millions aux 538 maisons de santé pluriprofessionnelles (MSP) adhérentes à l'accord conventionnel interprofessionnel (ACI). Le montant moyen est de 66 000 euros par MSP, en hausse de 59 %. La croissance s'explique notamment par la hausse du nombre de patients pris en charge. Pour 2 637 médecins.

Les pharmaciens  dépistent les mélanomes : Le réseau de pharmacies PharmaBest a lancé lundi 4 juin 2018 un service de dépistage de mélanomes sans rendez-vous. Ce service, non remboursé par la sécurité sociale, est facturé 28 euros le premier cliché et 14 euros le suivant. Le syndicat national des dermatologues-vénéréologues a donné son accord.

La "contribution à la transformation du système de santé" du Haut Conseil pour l'avenir de l'Assurance maladie (HCAAM). Le rapport (non édité à ce jour) vient d’être remis au gouvernement. Un nouveau séisme est proposé tant au niveau hospitalier qu’au niveau de la médecine dite de ville. Par exemple : Les professionnels de santé  exerceraient tous dans des structures collectives. "La pratique isolée correspond à une organisation qui n'est plus pertinente." Des établissements de santé (ex. hôpitaux locaux) communautaires, hors GHT, pourraient ouvrir. Les médecins de ville y disposeraient de lits de premier recours et d'imagerie pour traiter la bobologie.

« Quel modèle pour l'EHPAD du futur ? ». Telle est l'une des questions posées dans le rapport venant conclure la mission d'information sur les EHPAD, rendu public le mois dernier. Monique Iborra et sa co-rapporteure Caroline Fiat l'attestent : « La profonde crise des EHPAD ne peut laisser indifférent », reconnaissant le malaise incarné par un mouvement social d'une ampleur inédite mais dont les signaux sont pourtant « perceptibles depuis déjà quinze ans ». Moyennant 31 propositions, elles espèrent donc oeuvrer au redressement de la situation et surtout repenser un modèle de prise en charge qui montre clairement ses limites. Communication de Mme Monique Iborra, rapporteure de la mission « flash » sur les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). 22 pages       Le rapport déposé le 14 mars 2018 à l’assemblée nationale.       Vous retrouverez le dossier dans le magazine Ehpadia d’avril 2018

Un soutien financier renforcé pour les maisons de santé. Le développement des maisons pluriprofessionnelles de santé est un axe fort du plan d’accès aux soins présenté par la Ministre Agnès Buzyn en octobre dernier. Le lundi 4 juin, l’Assurance Maladie a ainsi publié les montants du soutien financier versé aux Maisons de santé pluri professionnelles (MSP), en hausse de 96,7% par rapport à l’année dernière, et qui s’élèvent au total à 35,6 millions d’euros. Cette croissance est le fruit de l’accord conventionnel interprofessionnel (ACI) signé le 20 avril 2017, qui pérennise et renforce la rémunération collective du travail en équipe qui fait la spécificité de ces structures.  Pour en savoir plus, le communiqué d’Agnès Buzyn

 

Juridique, Ethique

Journal officiel du 5 juin 2018 : Protection et rayonnements ionisants   Décret n° 2018-437 du 4 juin 2018 relatif à la protection des travailleurs contre les risques dus aux rayonnements ionisants    Décret n° 2018-438 du 4 juin 2018 relatif à la protection contre les risques dus aux rayonnements ionisants auxquels sont soumis certains travailleurs 

Journal officiel du 6 juin 2018 : Commissions de la HAS. Notice : le décret précise la composition de la commission d'évaluation économique et de santé publique. Le texte définit également les modalités d'organisation de la réunion de deux commissions spécialisées de la Haute Autorité en vue de rendre un avis conjoint sur l'évaluation d'un produit de santé. Il harmonise enfin la composition de la Commission de la transparence, de la Commission nationale d'évaluation des dispositifs médicaux et des technologies de santé et de la Commission d'évaluation économique et de santé publique.  Décret n° 2018-444 du 4 juin 2018 relatif à certaines commissions spécialisées de la Haute Autorité de santé 


Gestion professionnelle

Les généralistes vont toucher 1 454 euros de forfait structure en moyenne pour l'année 2017 : Avec 6 % de moins par rapport à 2016, le forfait structure pour les généralistes (hors MEP) s'élève cette année à 1 454 € (pour la première fois cette somme est isolée de la ROSP) et concernera quelque 40 972 omnipraticiens. L'enveloppe maximum est de 1 750 € maximum.  Au total, la ROSP clinique et le forfait structure auront rapporté en   moyenne 6075 € aux généralistes en 2017 (4 621 € de ROSP clinique + 1 454 € de forfait structure), contre 6 983 en 2016 avec l'ancienne formule.

Élections à l'Ordre : le Conseil d'État annule la limite d'âge de 71 ans pour être candidat.  Cette annulation intervient au moment où les médecins votent pour renouveler la moitié des conseillers ordinaux départementaux (1 824 postes sur 3 600). Rappelons que ce mode d’élection avait été fixée par l’ordonnance du 16 février 2017 !! Ordonnance n° 2017-192 du 16 février 2017 relative à l'adaptation des dispositions législatives relatives aux ordres des professions de santé . A Agnès Buzyn de décider de la suite des événements.

La kinésithérapie se révolte contre les nouvelles compétences des chiropracteurs. C'est par un communiqué commun, que huit structures représentant les masseurs kinésithérapeutes dont l'Ordre national, demandent à Agnès Buzyn de retirer les annexes de l'arrêté du 13 février relatives à la formation en chiropraxie, récemment publié au Bulletin officiel santé, qui mord sur une grande partie du champ de compétence des kinés. Arrêté du 13 février 2018 relatif à la formation en chiropraxie  Le communiqué du 24 mai 2018
 

 

Vie associative

La fiscalité associative est-elle différente de la fiscalité des entreprises ? Réponse : Si les associations ne sont, par principe, pas soumises aux impôts commerciaux (impôt sur les sociétés, TVA et contribution économique territoriale, anciennement dénommée taxe professionnelle), cette situation ne s’applique toutefois ni en toute hypothèse ni en toutes circonstances : les associations ne sauraient ainsi échapper à l’impôt du seul fait de leur statut d’organisme à but non lucratif. Depuis plusieurs années, les pouvoirs publics se sont efforcés de clarifier le contexte fiscal dans lequel elles évoluent. Les vingt documents à consulter …. Suivant vos besoins !       

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Scoop.it