TLMFMC - Formation Médicale Continue - Développement Professionnel Continu
  • Actus de la Semaine

  • Discipline :
  • Toutes spécialités
  • Auteur :
  • Pierre Colombier - Veille UnaformeC
  • Date :
  • 01/04/2018

Voir aussi

Actus Maladies, Traitements - Archives              Actus Santé publique - Archives

Actus Système de santé -Archives                      Actus Education du patient - Archives

Actus Juridique Ethique - Archives                     Actus Gestion professionnelle - Archives

Actus Vie associative - Archives

 

15-21 Octobre 2018

Maladies, Traitements

Boire pour prévenir la cystite. Cet essai randomisé, ouvert, contrôlé, d'une durée de 12 mois avait pour but de savoir si un apport d’eau pouvait prévenir la cystite chez la femme non ménopausée. Les participantes au groupe eau (n=70) avait pour consigne  de boire 1,5 L d'eau par jour en plus de leur apport quotidien ou de s’en tenir à leurs apports habituels (groupe témoin, n=70) pendant 12 mois Le critère de jugement principal était le nombre de cystites  au cours des 12 mois.   Les critères secondaires étaient le nombre de traitements antimicrobiens utilisés, l'intervalle de temps entre les épisodes de cystite et les mesures des urines sur 24 heures. Chez la femme souffrant de cystites récidivantes et buvant moins de 1,5 L par jour, un apport supplémentaire en eau de 1,5 L permet d’éviter environ 1,5 cystite par an. Article publié dans « Jama Internal Medicine »  le 1er  octobre 2018 

Syndrome du bébé secoué ou traumatisme crânien non accidentel par secouement. La HAS et la SOFMER (SOciété Française de MEdecine physique et de Réadaptation) ont élaboré conjointement l’actualisation des recommandations de la commission d’audition de 2011 sur le thème du syndrome du bébé secoué. Cette recommandation de bonne pratique précise la démarche diagnostique (repérage, conduites à tenir, lésions observées, bilan clinique et para-clinique, diagnostics différentiels, critères diagnostiques), le mécanisme causal et la datation des lésions, ainsi que les aspects juridiques lorsque le diagnostic est évoqué ou posé. Chaque année, plusieurs centaines d’enfants sont victimes, en France, de cette forme de maltraitance. Une notion récente est la répétition des épisodes de secouement dans la majorité des cas. La méconnaissance du diagnostic est fréquente et expose au risque de récidive et donc de séquelles sévères persistantes ou de décès.           Syndrome du bébé secoué - Recommandations  Syndrome du bébé secoué - Argumentaire    Syndrome du bébé secoué - Synthèse - Démarche diagnostique         Syndrome du bébé secoué - Synthèse - Mécanisme causal et datation des lésions              Syndrome du bébé secoué - Synthèse - Aspects juridiques       

Maladie de Willebrand : le nouveau protocole de la HAS insiste sur le rôle central du médecin traitant. La Haute de Santé (HAS) a publié le 4 octobre un protocole national de diagnostic et de soins (PNDS) concernant la maladie de Willebrand (MW). Il a pour objectif "d’optimiser et d’harmoniser la prise en charge et le suivi de la maladie rare sur l’ensemble du territoire". Maladie de Willebrand – PNDS (Protocole national de diagnostic et de soins)  Maladie de Willebrand - Argumentaire    

Acétazolamide (Diamox et Défiltran) : nouvelle contre-indication pendant la grossesse. Défiltran ne doit jamais être utilisé pendant la grossesse. Diamox ne doit jamais être utilisé au 1er trimestre. Aux 2ème et 3ème trimestres de grossesse, en raison de son indication de traitement d’urgence du glaucome et de l’absence d’alternative plus sûre dans certaines situations, son utilisation est réservée aux situations d’absolue nécessité et requiert la mise en œuvre d’une surveillance particulière. Le point d'information de l’ANSM.   

Androcur et génériques (acétate de cyprotérone, 50 mg et 100 mg) et risque de méningiome : l’ANSM publie des recommandations pour la prise en charge des patients.  Ces recommandations se basent sur l’avis formulé par le comité pluridisciplinaire d’experts indépendants (CSST) lors de sa deuxième réunion qui a eu lieu à l’ANSM le 1er  octobre 2018.

Défiltran 10 % crème (acétazolamide) : désormais contre-indiqué pendant la grossesse. En cas d’exposition pendant la grossesse, il conviendra d’instaurer un suivi prénatal spécialisé orienté sur les malformations, ainsi qu’une surveillance du volume du liquide amniotique. En cas d’exposition en fin de grossesse, un bilan hydroélectrolytique devra être réalisé chez le nouveau-né. Les femmes en âge de procréer doivent être informées de ces risques et utiliser une contraception efficace dès l’initiation du traitement.

Santé Publique

VIH. Consultation de suivi en médecine générale des personnes sous traitement antirétroviral. Ce guide de la HAS qui indique avoir suivi les étapes d’une consultation, est  disponible sur son site. Il se présente sous la forme d'un tableau, comprenant des liens renvoyant vers des recommandations ou informations pratiques spécifiques ou non aux problèmes liés à une infection à VIH. La HAS estime que chaque médecin généraliste suit 5 patients porteurs  du VIH Le guide et ses nombreux liens     

Dépistage du cancer du sein : UNICANCER (Dr Suzette Delaloge, oncologue à l'hôpital Gustave Roussy (IGR) de Villejuif) lance une vaste étude chez 85000 femmes de 40 à 70 ans pour évaluer l'intérêt de personnaliser le dépistage organisé du cancer du sein en se basant sur un nouveau score de risque individuel. Ce score appelé MyPeBS intègre un test génétique pour la première fois à grande échelle. 

Campagne de vaccination contre la grippe saisonnière : un parcours vaccinal simplifié. La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière a débuté le 6 octobre. Elle concerne plus de 12 millions de personnes pour qui la grippe représente un risque de complications parfois graves : il s’agit notamment des personnes de 65 ans et plus, de celles atteintes de certaines maladies chroniques (diabète, insuffisance cardiaque ou respiratoire, par exemple), des femmes enceintes et des personnes souffrant d’obésité morbide.              Le communiqué de presse du ministère

Système de santé

Pénuries de médicaments et de vaccins : les 30 propositions de la mission sénatoriale. Le mardi 2 octobre 2018, Jean-Pierre DECOOL, rapporteur, a rendu publiques les conclusions du rapport. ‘’C’est une explosion des ruptures de stock et des situations à risque depuis 2008’’. Le nombre des signalements enregistrés par l'ANSM a très fortement et rapidement augmenté depuis 2013, avec une accentuation supplémentaire inquiétante en 2017 (530 médicaments en rupture de stock), constatent tout d'abord les auteurs. Que propose la mission sénatoriale ? > Huit propositions pour recréer les conditions d'une production pharmaceutique de proximité > Cinq propositions pour mieux prendre en compte les impératifs d'approvisionnement dans les conditions encadrant la commercialisation des médicaments > Six mesures pour "restaurer la confiance entre les acteurs de la chaîne de distribution" > Cinq propositions pour "mettre en place des mesures d'urgence coordonnées pour la gestion de tensions d'approvisionnement" > Six propositions pour "renforcer la coordination nationale et européenne dans la prévention et la gestion" des difficultés d'approvisionnement   La synthèse du rapport en quatre pages             Le rapport d’information et ses 297 pages. Le détail des propositions se trouve de la page 9 à la page 13.

Au moment où le financement de la santé paraît basculer d’un système de charges sociales à un système où l’impôt devient majoritaire. Quelles sont les principales différences entre ces deux systèmes ? Ces 2 modes de financements sont présentés par les économistes comme un éloignement du  modèle assurantiel ‘’Bismarckien’’ pour se rapprocher du modèle assistanciel à l’anglaise dit ‘’ Beveridgien’’. Quelles sont les principales caractéristiques de chacun de ces deux systèmes. Otto von Bismarck ou William Beveridge ?

Relations entre libéraux et administrations : l'IGAS plaide pour la simplification des rapports entre les médecins et les administrations. L’ IGAS a été chargée de proposer de nouvelles mesures de simplification de l’exercice des professionnels de santé de ville dans leurs relations avec les administrations.  Après avoir rencontré les professionnels de santé exerçant en cabinet ou en maison de santé pluri professionnelles, observé des expériences locales innovantes et analysé certaines pratiques à l’étranger, la mission a constaté la perception par les professionnels de santé d’une complexité croissante des exigences administratives pour différents aspects de leur pratique professionnelle (installation, paiement des actes, coordination des soins, contrôles…). Les professionnels, cependant, apportent eux-mêmes des réponses (mutualisation, regroupements…). La simplification passe aussi par un ensemble d’évolutions touchant à l’organisation des structures de soins, à la dématérialisation des procédures, au partage des informations, en s’appuyant sur les nouveaux outils numériques et sur une évolution des cultures.            Pour lire le rapport et la synthèse aux pages 3, 4,5 et 6 et ses 32 propositions

Juridique, Ethique

Si une secrétaire commet une faute, le médecin est couvert par son assurance. Encore faudrait-il mieux le vérifier a priori. > Vous êtes l’employeur de votre secrétaire. Tenu, par l’article L.1142-2 du Code de la santé publique, de souscrire un contrat d’assurance couvrant sa responsabilité professionnelle, le médecin exerçant en cabinet doit être garanti pour ses actes de soins mais aussi pour les conséquences pécuniaires de sa responsabilité pouvant être encourues à l’occasion de son activité professionnelle et ne relevant pas d’un acte de prévention, de soins ou de diagnostic. Il en va ainsi des événements accidentels dus au fait de ses préposés (secrétaires…). Le médecin doit ainsi vérifier auprès de son assureur qu’il est bien couvert en cas de faute commise par sa secrétaire. > Vous utilisez une société de secrétariat téléphonique. Le médecin devra aussi vérifier que la société de secrétariat téléphonique qu’il utilise a bien souscrit un contrat couvrant sa responsabilité pécuniaire en tant qu’employeur. Une clause explicite devra figurer dans la conventions signée. > Vous êtes en SCM. Il en est de même pour les médecins qui exercent en groupe et qui emploient une ou plusieurs secrétaires, le plus souvent par l’intermédiaire d’une SCM. Cette SCM est-elle bien assurée ?

Violences conjugales : comment réagir ? Les victimes de violences d'ordre psychologique, physique ou sexuel commises au sein de couples mariés, pacsés ou en union libre peuvent demander de l'aide. Alors qu'en 2016, 225 000 femmes étaient l'objet de violences physiques et/ou sexuelles par leur conjoint ou ex-conjoint, et après la tribune d'un certain nombre de personnalités attirant l'attention sur ces victimes, Service-public.fr fait le point sur les mesures de protection à leur disposition .       Où et à qui s'adresser ? Publié le 27 septembre 2018 par la Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Préjudice médical : que faire en cas d'accident médical, d'infection nosocomiale, d'effet indésirable d'un médicament ? Face à un préjudice médical (dommage corporel, moral ou matériel résultant d'un acte médical ou chirurgical), que faire ? Si vous avez subi un préjudice médical, vous pouvez               Service-public.fr vous explique tout. Dossier mis à jour le 24 septembre 2018. Les 45 787 médecins généralistes sociétaires de la MACSF ont adressé en 2016, 505 déclarations (486 en exercice libéral, 19 en exercice salarié) soit une sinistralité de 1,3% en exercice libéral (contre 1% en 2011) : 40 plaintes pénales, 75 procédures civiles, 69 plaintes ordinales,  205 réclamations et 116 saisines d’une CCI, Retard Diagnostic : 127, Iatrogénie :  166, Prise en charge : 138. L’augmentation de la sinistralité est de 30% entre 2011 et 2013

Le Comité consultatif national d'éthique (CCNE) ouvre la porte pour toutes à la PMA mais ferme celle du GPA. L'avis rendu par le CCNE mardi dernier fait suite à une consultation publique appelée "États généraux de la bioéthique", qu'il a organisée entre janvier et avril autour de neuf thèmes (Procréation et société, fin de vie, dons d'organes, examens génétiques et médecine génomique, cellules souches et recherches sur l'embryon, neurosciences, données de santé, intelligence artificielle et robotisation, santé et environnement). Le gouvernement a prévu de présenter avant la fin de l'année un projet de loi qui sera débattu par le Parlement début 2019.       Résumé de l’Avis 129 Contribution du Comité consultatif national d’éthique à la révision de la loi de bioéthique 25 septembre 2018              Pour les courageux : l’Avis 129. 165 pages

Gestion professionnelle

Le remboursement des substituts nicotiniques. Qui peut prescrire ? Un grand nombre de professionnels de santé : médecins (dont les médecins du travail), infirmiers, chirurgiens-dentistes, masseurs-kinésithérapeutes, sages-femmes (qui peuvent prescrire les traitements non seulement aux femmes enceintes et venant d’accoucher, mais aussi à son entourage).  Quels produits sont remboursés à 65% ? Au 25 septembre 2018, cinq produits sont remboursables à 65 % : > Les gommes Nicotine EG > les patchs Nicoretteskin aux trois dosages (10 mg/16 h, 15 mg/16 h et 25 mg/16 h) et deux conditionnements (boîtes de 7 et de 28) > les patchs Nicopatchlib (anciennement Nicopath) aux trois dosages (7 mg/24 h, 14 mg/24 h et 21 mg/24 h) et tous conditionnements > les pastilles Nicopass 1,5 mg et 2,5 mg (boîtes de 96 uniquement) > Nicorette gommes à mâcher (seules les boîtes de 105 gommes, Sans sucre, Fruits, Menthe fraîche et Menthe glaciale 2 mg et 4 mg, à partir du 22 septembre). Qu’en est-il du forfait de 150 euros ? Pour tous les autres produits inscrits sur la liste de l’Assurance maladie, le forfait de 150 euros est toujours applicable (il peut être complété par un forfait supplémentaire alloué par les mutuelles). Son maintien est prévu au moins jusqu’à la fin 2018. Pour en bénéficier, la demande est transmise via la carte vitale par le pharmacien au moment de la délivrance des substituts ou, à défaut de carte vitale, une feuille de soins est remise au patient qui devra être envoyée à sa caisse primaire d’Assurance maladie. Les explications d’Ameli

Vie associative

Une de vos salariés vous propose de reprendre son travail avant le terme de son congé maternité. Qu’en est-il ?  Réponse : OUI, c’est possible mais il faut savoir que : >  La durée du congé maternité est d’au minimum : 6 semaines pour le congé prénatal (avant la naissance) ; 10 semaines pour le congé postnatal (après la naissance). > Cette durée varie en fonction du nombre d’enfants à charge et le nombre d’enfants à naitre. > Il vous est totalement interdit d’employer la salariée pendant une période de 8 semaines au total avant et après l’accouchement. Cette interdiction d’emploi est de 6 semaines au moins après l'accouchement. Si la salariée n’a pas pris son congé prénatal suite, par exemple, à une naissance prématurée, l’interdiction d’emploi de 8 semaines s’applique après la naissance (Code du travail, art. L. 1225-29). Si vous ne respectez pas cette interdiction d’emploi, vous êtes passible d’une sanction pénale (contravention de 5e classe) (Code du travail, art. R. 1227-6). > A son retour, votre salariée bénéficie d'un examen par le médecin du travail, au plus tard dans un délai de 8 jours suivant la reprise du travail (Code du travail, art. R. 4624-31)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

   

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  • Scoop.it