TLMFMC - Formation Médicale Continue - Développement Professionnel Continu
  • Actus Maladies,Traitements - Archives

  • Discipline :
  • Toutes spécialités
  • Auteur :
  • Pierre Colombier - Veille UnaformeC
  • Date :
  • 25/03/2018

Voir Actus de la semaine

Voir aussi

                        Actus Santé publique - Archives                        Actus Système de santé -Archives   

                        Actus Education du patient - Archives              Actus Juridique Ethique - Archives

                        Actus Gestion professionnelle - Archives         Actus Vie associative - Archives

11 - 17 février 2019 

Après l’acétate de cyprotérone (Androcur), l’acétate de chlormadinone (Lutéran et génériques) et l’acétate de nomégestrol (Lutényl et génériques) font à leur tour l’objet d’une alerte de l’ANSM, des cas de méningiomes associés à leur utilisation à des doses thérapeutiques ayant été rapportés. Le point d’information de l’ANSM du 7 février 2019               

Finastéride : rappel sur les risques de troubles psychiatriques et de la fonction sexuelle. L’Agence du médicament (ANSM) rappelle aux professionnels de santé et aux patients que des troubles psychiatriques (tels qu’anxiété, changement d’humeur, dépression et pensées suicidaires) ainsi que des troubles de la fonction sexuelle (dysfonction érectile, troubles de l’éjaculation, diminution de la libido) ont été rapportés chez des patients traités par finastéride 1 mg (PROPECIA et génériques) ou 5 mg (CHIBRO-PROSCAR et génériques). Ces effets indésirables ont été observés pendant et après l’utilisation du finastéride. Le point de l’ANSM du 1er février 2019

 

4 - 10 février 2019 

Solutions de glucose à 5 % : pas d’utilisation sans électrolytes. Il s’agit de rappeler que les solutions de glucose à 5 % (G5 %), fréquemment utilisées à l’hôpital à des fins d’apport liquidien parentéral ou de réhydratation, ne doivent pas être employées seules sans électrolytes. Sans apport d’électrolytes (notamment de sodium et de potassium), leur administration peut induire une hyponatrémie et une hypokaliémie, possiblement sévères, en particulier chez les enfants. En pédiatrie, le G5 % en solution injectable ne présente pas d’autre intérêt clinique que son utilisation comme véhicule pour l’apport de médicament.  La fiche (2 pages) de la HAS de décembre 2018 << Bon usage des solutions pour perfusion de glucose à 5 % >>

Contraception d’urgence : quelle méthode ? Cette revue Cochrane avait pour objectif de déterminer quelle méthode de contraception d’urgence après un rapport sexuel non protégé est la plus efficace, la plus sûre et la plus pratique pour prévenir une grossesse. Cette revue a inclus 115 essais pour un total de 60 479 femmes.  Au total les auteurs concluent que la mifépristone, le DIU au cuivre et l’UPA sont probablement plus efficaces que le lévonorgestrel qui est lui-même plus efficace que la méthode Yuzpe.   Revue publiée par la Cochrane le 20 janvier 2019

Régulièrement le terme de dispositif médical est évoqué dans les décisions de l’ANSM ou dans les différentes procédures. Mais qu'est-ce qu'un dispositif médical (DM) ? Un dispositif médical correspond à tout instrument, appareil, équipement, matière, produit (à l’exception des produits d’origine humaine) y compris les accessoires et logiciels, utilisé seul ou en association, à des fins médicales chez l’homme, et dont l’action principale voulue n’est pas obtenue par des moyens pharmacologiques, immunologiques ou métaboliques. Les différentes classes de DM : Les dispositifs médicaux sont classés en fonction du niveau de risque lié à leur utilisation (durée d’utilisation, partie du corps exposée, à l’intérieur ou à l’extérieur du corps), des risques potentiels liés à leur utilisation pour la santé publique (classe I à III en fonction d’un risque croissant à l’utilisation).Ces classes de risques traduisent également, en corolaire, le bénéfice médical attendu pour le patient. > Classe I (classe de risque la plus faible)  : par exemple les compresses, les lunettes, les béquilles etc. ; > Classe IIa (risque potentiel modéré/mesuré)  : par exemple les lentilles de contact, les appareils d’échographie, les couronnes dentaires ; > Classe IIb (risque potentiel élevé/important)  : par exemple les préservatifs, les produits de désinfection des lentilles, > Classe III (classe de risque la plus élevée)  : par exemple les implants mammaires, les stents, les prothèses de hanche, etc. La classification d’un DM est de la responsabilité du fabricant, selon la finalité médicale revendiquée du dispositif. Il s’appuie pour cela sur les règles définies dans la réglementation européenne.

La liste noire de Prescrire des médicaments à écarter. En open access      

28 janvier - 3 février 2019 
Créatinémie avant, pendant et après la grossesse : des chiffres à connaitre. Cette étude rétrospective canadienne avait pour objectif d’estimer la fonction rénale, avant, pendant et après la grossesse de femmes sans antécédent de maladie rénale. L'hyperfiltration glomérulaire est une adaptation physiologique typique de la grossesse. L'estimation de la fonction rénale avant et pendant la grossesse a une importance clinique: la dysfonction rénale pouvant affecter la santé maternelle et périnatale.  Article publié dans le « JAMA » le 15 janvier 2019

La fin des tensiomètres manuels ? La Société française d’hypertension artérielle (SFHTA) conseille d’utiliser des tensiomètres électroniques, avec mesure automatique de la pression artérielle. La mesure de la pression artérielle en dehors du cabinet médical est préconisée plus largement que dans les récentes recommandations européennes. La recommandation de la SFHTA

Dépistage de la Trisomie 21 : Fiche patiente << La loi prévoit que toutes les femmes soient informées de la possibilité de réaliser un dépistage de la trisomie 21 au cours de leur grossesse. Ce dépistage, pris en charge par l’assurance maladie, n’est pas obligatoire. Vous êtes libre de choisir si vous souhaitez ou non le réaliser. Votre consentement écrit sera demandé à chaque étape du dépistage >> La fiche patiente de la HAS en quatre pages              

Diabète & podologie – La prévention recommandée dès le grade 1.Aujourd’hui, les séances de prévention de pédicurie-podologie sont prises en charge par l’assurance maladie pour les patients diabétiques atteints de lésions de grades 2 et 3. Suite à un travail d’évaluation, la HAS préconise de les rembourser aussi pour les patients à risque podologique de grade 1. Explications de Wafa Elachi, du service évaluation des actes professionnels à la HAS    La fiche HAS du 21 janvier 2019

HTA : l'ANSM renforce la surveillance de cinq médicaments, dont le valsartanParmi les sartans, les cinq médicaments potentiellement concernés par la présence d'impuretés en raison de leur structure chimique sont le valsartan, l'irbesartan, le candesartan, le losartan et l'olmesartan.

Substances chimiques dans les couches pour bébés : le Gouvernement demande aux professionnels de prendre dans les meilleurs délais les mesures garantissant la sécurité des produits sur le marchéLe communiqué de presse

Rappel de produits de nutrition infantile de la marque Modilac en raison d’une suspicion d’infection à Salmonella poonaLa Société Française de Pédiatrie a formulé des recommandations de substitutions possibles.Elles ont également été transmises aux médecins généralistes, pédiatres, sages-femmes, pharmaciens, établissements de santé, structures de PMI et crèches ainsi qu’aux associations concernées.
L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) annonce le rappel d’un lot de médicaments Fentanyl (Pecfent® 400) en pulvérisation nasale pour risque de surdosage.

21 - 27 janvier 2019 

Statines en prévention primaire, quel juste équilibre ? Cette étude de modélisation avait pour objectif d’estimer la probabilité qu’une statine prescrite en prévention primaire offre au terme de 10 ans un bénéfice (événements cardio-vasculaires fatals ou non) par rapport aux effets indésirables (myopathie, dysfonctionnement hépatique et rénal, cataracte, accident vasculaire cérébral hémorragique, diabète de type 2, cancers, nausée ou céphalée et interruption du traitement en raison d’effets indésirables) et à la mortalité d’origine autre que cardio-vasculaire. La plupart des guides de pratique clinique recommandent les statines en prévention primaire des maladies cardio-vasculaires si le risque sur 10 ans dépasse 7,5 % à 10 %, cette étude théorique montre que ce risque est peut-être surévalué et que les prescriptions doivent être surement modulées en fonction de l’âge et du sexe.     Article publié le 1 janvier 2019 dans « Annals of Internal Medicine »    

Toujours pour alimenter le débat sur l'homéopathie, voir des deux articles de Médecine de novembre 2018 qui vous sont offerts.         Editorial de Pierre Gallois : Les médecines alternatives, leur place dans une vision globale des soins.   Article de Philippe Casassus : Homéopathie et placebo (de Hahnemann à l’EBM). NDRL : La HAS a  été missionnée par la ministre de la Santé pour rendre un avis sur la pertinence du remboursement de l'homéopathie. Attendu pour février, puis reporté, cet avis est maintenant attendu pour le mois d'avril. Il se basera sur l'audition de sociétés savantes, de médecins, de patients, ainsi que sur l'analyse de 400 méta-analyses et 150 essais cliniques.

L’an dernier, 5781 greffes ont été réalisées en France tous organes confondus, contre 6105 en 2017 et 5891 en 2016. L’essentiel de cette baisse (324 greffes de moins) vient des greffes de rein, qui sont aussi les plus pratiquées: il y en a eu 3546 l’an dernier (dont 537 grâce à un donneur vivant) contre 3782 en 2017 (dont 611 grâce à un donneur vivant). Selon l’Agence de la biomédecine - l’instance chargée de superviser les prélèvements et les transplantations -, cette diminution serait principalement due à la baisse du nombre de décès liés aux accidents vasculaires cérébraux, et donc du nombre de donneurs d’organes. Ces dernières années, la mortalité liée aux accidents vasculaires cérébraux a baissé de 15%    Le communiqué de presse de l’Agence de la biomédecine du 11 janvier 2019

14 - 20 janvier 2019

Plus d’exercices chez la personne âgée, moins de chutes. Cette revue systématique avec méta-analyses portait sur l’association de l’exercice physique prolongé (un an ou plus ) avec le risque de chutes, de chutes entrainant une blessure, de chutes multiples, de fractures, d’hospitalisation et de mortalité chez les personnes âgées de 60 ans ou plus. La forme d’exercice la plus fréquente était un entrainement avec plusieurs composantes (p. ex. aérobie, force, équilibre). La fréquence moyenne était de 3 fois par semaine, environ 50 minutes par session, avec une intensité modérée. Au total, l’exercice physique prolongé pendant un an ou plus est associé à une réduction des chutes et probablement des fractures chez les personnes âgées, y compris chez les personnes atteintes de maladies cardiaques et de troubles cognitifs. Article publié dans « JAMA Internal Medicine » le 28 décembre 2018

Les modalités de prescription et de dispensation de MYDRIATICUM 0,5 % en flacon de 10 mL (tropicamide) sont modifiées au 1er janvier 2019, pour réserver cette présentation à l’usage professionnel. Cette mesure vise à limiter l'usage détourné dont fait l'objet la présentation en flacon de ce collyre mydriatique. Elle ne devra plus être dispensée aux patients. Les présentations en unidose ne sont pas concernées par cette mesure (boîtes de 1 et 20 unidoses).

7- 13 janvier 2019 

Journal officiel du 29 décembre 2018 : Notice : le décret fixe les conditions d'application du parcours de bilan et intervention précoce, préalable au diagnostic d'un trouble du neuro-développement  Décret n° 2018-1297 du 28 décembre 2018 relatif au parcours de bilan et intervention précoce pour les troubles du neuro-développement

Journal officiel du 29 décembre 2018 : Prothèses auditives. Arrêté du 27 décembre 2018 relatif aux conditions de prise en charge et à la tarification sociale sur les aides auditives applicables aux bénéficiaires de la protection complémentaire en matière de santé 

L’ANSM souscrit aux premières conclusions du CSST sur la pertinence de l’usage du cannabis à visée thérapeutique. Après analyse, l’ANSM entérine la position du CSST considérant pertinent d’autoriser l’usage du cannabis à visée thérapeutique pour les patients dans certaines situations cliniques . Pour lire le communiqué du 27 décembre.

Des recommandations pour prévenir certaines toxicités sévères des chimiothérapies par fluoropyrimidinesChaque année en France, près de 80 000 personnes atteintes d’un cancer – principalement digestif, du sein ou ORL – sont traitées par une chimiothérapie à base de fluoropyrimidines - 5-fluorouracile dit 5-FU ou capécitabine (Xeloda® et génériques) - médicaments utilisés seuls ou en combinaison avec d’autres anticancéreux. Les fluoropyrimidines peuvent entraîner des toxicités sévères chez 1 patient sur 5, voire des décès (entre 1 patient sur 100 et 1 patient sur 1000). Une partie de ces toxicités est liée à un déficit d’activité de la principale enzyme permettant l’élimination de ces médicaments, appelée dihydropyrimidine déshydrogénase (DPD). Le déficit peut être partiel (3 à 5 % des patients) ou total (entre 0,01 % et 0,5 % des patients).

Près de 16 millions de personnes ont eu une prescription d’inhibiteurs de la pompe à protons (IPP) en 2015 en France. Les résultats d’un enquête de 2015 de l’ANSM mettent en évidence une utilisation très importante des IPP en France qui ne semble pas toujours en adéquation avec les recommandations. En particulier, les IPP sont très souvent initiés en prévention des lésions gastroduodénales dues aux anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) chez des patients ne présentant pas de facteur de risque justifiant une protection gastrique systématique. Pour en savoir plus, le communiqué de l’ANSM.  Et pour en savoir un peu plus : Un eDPC, les IPP, pas toujours inoffensifs.

Quelques fois, trop c’est trop !! L'Académie de médecine alerte sur les conséquences de la pratique sportive de haut niveau chez les jeunes filles. L'Académie de médecine pointe les « faiblesses » de l'encadrement sportif, de la surveillance médicale et de la réglementation et appelle les fédérations sportives à mieux prendre en compte les conséquences de pratiques trop intenses sur la santé des jeunes filles. Elle préconise d'optimiser la formation et l'information des entraîneurs et des médecins afin de fournir aux jeunes sportives un cadre plus adapté à leur physiologie. Le rapport : Conséquences de la pratique sportive de haut niveau chez les adolescentes : l’exemple des sports d’apparence

Ézétimibe en prévention cardio-vasculaire : un effet modeste.  Cette revue Cochrane a inclus  26 essais randomisés contrôlés avec au total 23 499 participants. Toutes les études incluses ont évalué les effets de l'ézétimibe par rapport aux autres hypolipémiants utilisés seuls ou en association avec un placebo. Les conclusions de la revue reposent en très grande partie sur l’essai IMPROVE-IT financé par Merck Sharp & Dohme Corp, essai de prévention secondaire chez des sujets souffrant d’un syndrome coronarien stabilisé traités par soit par ézetimibe/simvastatine 10/40 mg (n=9067) soit par simvastatine 40 mg (n=9077). Au total, l’ézétimibe associé à une satine en prévention secondaire réduit d’environ 5% les événements cardio-vasculaires graves.  Nous n’avons aucune donnée concernant la prévention primaire. Revue Cochrane publiée le 19 novembre 2018

 

24-30 décembre 2018

Journal officiel du 19 décembre 2018 : Bilan orthophonique. << Le bilan orthophonique fait l'objet d'une prescription médicale, accompagnée, si possible, des motivations de la demande de bilan et de tout élément susceptible d'orienter la recherche de l'orthophoniste. Deux types de prescriptions de bilan peuvent être établis : 1. Bilan orthophonique avec rééducation si nécessaire : A l'issue de ce bilan, un compte rendu indiquant le diagnostic orthophonique est adressé au prescripteur. Si des séances de rééducation doivent être dispensées, ce compte rendu comprend les objectifs de la rééducation, le nombre et la nature des séances que l'orthophoniste détermine, par dérogation à l'article 5 des dispositions générales. Sauf contre-indication médicale, il établit une demande d'accord préalable ; 2. Bilan orthophonique d'investigation : A l'issue de ce bilan, un compte rendu indiquant le diagnostic orthophonique est adressé au prescripteur, accompagné des propositions de l'orthophoniste. Le prescripteur peut alors prescrire une rééducation orthophonique en conformité avec la nomenclature. L'orthophoniste établit une demande d'accord préalable.

A la fin du traitement, une note d'évolution est adressée au prescripteur. Le compte rendu de bilan est communiqué au service médical à sa demande. Les cotations de cet article ne sont pas cumulables entre elles >>.          Décision du 6 novembre 2018 de l'Union nationale des caisses d'assurance maladie relative à la liste des actes et prestations pris en charge par l'assurance maladie 

Le dernier Wiki de l’année. IPP : pneumopathies et risque fracturaire           Quels sont les principaux effets indésirables liés à l’utilisation des IPP ?

Comité de suivi des médicaments à base de lévothyroxine : Présentation des résultats de l’étude de pharmaco-épidémiologie. Le 5ème comité de suivi dédié à la prise en charge des patients souffrant de troubles de la thyroïde s’est réuni le 20 décembre au ministère des Solidarités et de la Santé en présence des représentants des associations de patients, des professionnels de santé, de la Direction générale de la Santé (DGS), de l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et de la Haute Autorité de Santé (HAS). L’ANSM a présenté lors de ce comité les résultats du deuxième volet de l’étude de pharmaco-épidémiologie qui ne mettent pas en évidence d’augmentation de problèmes de santé graves en lien avec la prise du Levothyrox NF (nouvelle formule).           Le communiqué de presse du ministère

Vaccination contre la grippe en cas d’insuffisance cardiaque. Cette étude de cohorte danoise incluait tous les patients âgés de plus de 18 ans qui avaient reçu un diagnostic d'insuffisance cardiaque entre le 1er janvier 2003 et le 1er juin 2015 (n = 134048).  Chez les patients atteints d'insuffisance cardiaque, la vaccination antigrippale était associée à un risque réduit de décès toutes causes confondues et de décès d'origine cardio-vasculaire. Une vaccination fréquente et une vaccination au début de l'année ont été associées à des réductions plus importantes du risque de décès par rapport à une vaccination intermittente ou tardive. Vaccinons nos patients insuffisants cardiaques tous les mois de septembre. Article publié dans « Circulation » le 10 décembre 2018

L’effet des cancers sur la trajectoire professionnelle. La trajectoire professionnelle est dégradée lorsque survient un cancer. Dans cette étude, la base de données administratives Hygie est mobilisée afin d’évaluer les effets de un à cinq ans de la survenue de plusieurs cancers sur la situation sur le marché du travail. Les résultats montrent que la probabilité d’être employé(e) au moins un trimestre dans l’année diminue fortement par rapport à l’année précédant l’apparition de la maladie. Cette diminution perdure jusqu’à cinq ans après la survenue d’un cancer au profit, à court terme, d’un accroissement des arrêts maladie et, à moyen terme, de situations d’inactivité. L’ampleur de ces effets est cependant variable selon le type de cancers, leur sévérité, le sexe et l’âge à la survenue de la maladie. L’étude de l’IRDES de décembre 2018

17-23 décembre 2018

Cannabis thérapeutique en France : l’ANSM a  publié le 13 décembre  les premières conclusions du Comité Scientifique Spécialisé Temporaire (CSST) : Les situations thérapeutiques retenues par les experts pour l’usage de cannabis à des fins médicales sont les suivantes : dans les douleurs réfractaires aux thérapies (médicamenteuses ou non) accessibles ; dans certaines formes d’épilepsie sévères et pharmacorésistantes ; dans le cadre des soins de support en oncologie ; dans les situations palliatives ; dans la spasticité douloureuse de la sclérose en plaques.  Pour lire le point d’information.
 
Anticoagulants et IPP : quel bénéfice ? Cette étude de cohorte rétrospective étasunienne avait pour objectif de comparer l’incidence des hospitalisations consécutives à un saignement du tractus gastro-intestinal supérieur (STGIS) chez des patients sous anticoagulant avec ou sans association à un inhibiteur de la pompe à protons (IPP). Les anticoagulants étudiés étaient l’apixaban, le dabigatran, le rivaroxaban, la warfarine associés ou non à un IPP. 1643123 patients avec 1713183  traitements par un anticoagulant oral ont été inclus dans la cohorte (âge [Écart Type] moyen : 76,4 [2,4] années, 651427 années-personnes de suivi, 56,1% étaient des femmes et l'indication était la fibrillation auriculaire pour 870330 années-personnes [74,9 %]).  Cette étude de faible niveau de preuve montre une moindre incidence des STGIS chez  les patients pour lesquels l’apixaban est l’anticoagulant prescrit, ce qui est cohérent avec les études antérieures1. L’association avec un IPP diminuerait ce risque d’un tiers. Article publié dans « JAMA » le 4 décembre 2018
 
La migraine en quelques chiffres. 12% des adultes sont touchés avec une large prédominance féminine. Entre 15 et 18% des femmes et 6% des hommes. Les crises débutent avant 40 ans dans 90% des cas 5% des enfants prépubères sont aussi concernés. Chez 20 à 30% des migraineux, la céphalée est précédée ou s’accompagne d’une aura. Les crises peuvent durer plus de 48 heures chez 10% des patients. Source : Inserm
 
De plus d’actions de formation, d’évaluation et de développement professionnel continu ont pour sujet le médicament. Que ce soit pour la prescription, les effets iatrogènes, les génériques, la déprescription  ou autres thèmes. Les médicaments obéissent à une réglementation contraignante et s’inscrivent dans un circuit de fabrication et de mise à disposition des professionnels et des patients très encadré et strictement surveillé.
Le ministère de la santé vient de réunir sur son site plusieurs fiches écrites depuis quelques années. Certaines d’entre elles pourraient vous servir soit pour parfaire vos connaissances, soit pour être utilisées au cours d’actions futures de formation Le médicament.
 
PRIODERM®, ® lotion pour le traitement des poux du cuir chevelu : arrêt de commercialisation à la suite du renforcement de ses conditions de prescription
 

10-16 décembre 2018

Quoi de neuf concernant les Antivitamines K ? Au moins deux messages clés de l’ANSM. Les initiations de traitement par fluindione (Préviscan) sont dorénavant à proscrire. Tous les AVK sont désormais contre-indiqués durant la grossesse, sauf cas particulierPour en savoir plus. Le communiqué de l’ANSM du 30 novembre 2018

Plus de 10 000 personnes ont initié une prophylaxie pré-exposition (PrEP) au VIH par Truvada ou génériques.L’ANSM réalise, depuis le 1er  janvier 2016, un suivi de l’évolution de l’exposition des personnes traitées par Truvada et ses génériques pour une prophylaxie pré-exposition (PrEP) au VIH à partir des données du Système National des Données de Santé (SNDS).     Les chiffres clés depuis le 1er janvier 2016

Lien entre asthme et obésité chez l’enfant. Cette étude de cohorte rétrospective décrit la relation entre le surpoids et l'obésité et la survenue d'asthme chez l'enfant aux États-Unis . Elle a été menée sur une base de données informatiques pédiatriques de janvier 2009 à décembre 2015  afin de comparer l'incidence de l'asthme chez les enfants en surpoids (IMC entre le 85ème et le 94ème percentile ajusté pour l’âge et le sexe) et / ou obèses  (IMC ≥ 95ème percentile ajusté pour l’âge et le sexe) par rapport aux enfants de poids normal  (IMC entre le 25ème et le 64ème percentile ajusté pour l’âge et le sexe) âgés de 2 à 17 ans. L'incidence de l'asthme était définie par deux  consultations ou plus avec un diagnostic d'asthme et une prescription d'au moins 1 médicament  de l'asthme. Les critères de diagnostic plus stricts impliquaient une confirmation par spirométrie.  Les auteurs estiment que 23% à 27% des nouveaux cas d'asthme chez les enfants obèses sont directement imputables à l'obésité. En l'absence de surpoids et d'obésité, 10% de tous les cas d'asthme seraient évités. Article publié dans « Pediatrics » en décembre 2018

VIH – La consultation de suivi en médecine générale. En médecine générale, devant un patient vivant avec le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) et stable sur le plan immunovirologique, l’objectif prioritaire est de maintenir une charge virale indétectable, notamment grâce à l’adhésion au traitement antirétroviral (ARV). La réalisation de certains examens fait l’objet de recommandations spécifiques. On vérifiera notamment les risques d’interactions médicamenteuses entre le traitement antirétroviral (ARV) et certains autres traitements pris par le patient. L’infographie ci-dessous précise les points de vigilance de cette consultation de suivi en médecine générale.        Pour en savoir plus. Dossier HAS mis à jour le 29 novembre 2018

Sida : comment faire un test de dépistage ? Ce dossier de Service.public.fr rappelle qu'un dépistage précoce permet, en cas de contamination, de suivre un traitement plus efficace dans la mesure où il est commencé tôt. Environ 6 000 nouveaux cas de séropositivité sont découverts chaque année et on estime que 24 000 personnes sont porteuses du virus de l'immunodéficience humaine (VIH) sans le savoir.   Le dossier du 29 novembre 2018

 

3-9 décembre 2018

Les prescriptions hors AMM. Les deux académies nationales de pharmacie et de médecine se sont penchées sur les prescriptions hors AMM, elles  estiment à 20 % le taux de prescriptions dites hors AMM ou « non conformes ». Ces prescriptions, quand elles sont justifiées, sont le résultat d’une situation jugée par les Académies « complexe et non satisfaisante ». Elles demandent, entre autres, aux pouvoirs publics d’avoir une position plus souple vis-à-vis de l’interdiction systématique. Dans un rapport commun, les deux académies formulent  10 recommandations que vous trouverez aux pages 26, 27 et 28             Les Prescriptions médicamenteuses hors AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) en France. Une clarification est indispensable. Rapport adopté par l’académie de médecine au cours de sa séance du 20 novembre 2018

Dispositifs médicaux pour le traitement du prolapsus et de l’incontinence urinaire : l’ANSM demande aux patients et aux professionnels de santé de déclarer les éventuels effets indésirables. L’ANSM a également décidé de réunir prochainement les patients et les professionnels de santé (urologues, gynécologues, médecins généralistes, infirmiers, sages-femmes ...)  en vue d’une réflexion partagée sur l’intérêt de ces dispositifs médicaux et les risques liés à leur utilisation. Cette rencontre sera suivie d’un plan d’actions adapté à la situation en France. Le point d’information de l’ANSM de novembre 2018.

Dispositifs médicaux et implants médicaux. Toutes indications confondues, environ 18.200 "incidents" liés à des dispositifs médicaux ont été signalés en France l'an dernier, contre 7.800 en 2008, selon des données de l'ANSM. "En 2020, tous les implantables devront avoir fait l'objet d'essais cliniques, selon le nouveau règlement européen qui est une vraie avancée", a relevé Dominique Martin, directeur général de l'ANSM. Tout savoir sur les dispositifs médicaux (implants, prothèses…). Article du ministère de 2015 mis à jour le 26 novembre 2018

Une supplémentation en acides gras Omega 3 réduit elle le risque de cancer ou de maladie cardiovasculaire ?  Nous avons vu la semaine dernière les résultats de l’essai Vital de prévention des cancers et des maladies cardio-vasculaires par la supplémentation en vitamine D, voici les résultats de l’essai pour la supplémentation en acides gras Omega 3. Cet essai étasunien randomisé, contrôlé, selon un plan factoriel 2*2* avait pour but de connaître les effets en prévention primaire des  cancers et des maladies cardiovasculaires des acides gras oméga-3 à raison de 1 g par jour chez les hommes de 50 ans et plus et les femmes de 55 ans et plus.  La supplémentation en acides gras n-3 n'a pas entraîné de diminution des événements cardiovasculaires majeurs ou des cancers.  Une excellente présentation de ce type d’essai par Michel Cucherat           Article dans le « New England Journal of Medicine »  le 10 novembre 2018

Troubles de l’audition et surrisques médicaux : résultats à 25 ans d’une étude de l’Inserm Conclusion de l’étude : Notre étude confirme le lien étroit qui existe entre le statut d'audience et le risque d'invalidité, de démence et de dépression. Ces résultats soulignent l’importance de l’évaluation des conséquences du traitement de la perte auditive chez les personnes âgées lors d’études ultérieures.       Pour en savoir plus                             

Nouveau rappel de médicaments à base de valsartan Un important rappel de médicaments à base de valsartan est réalisé le jeudi 29 novembre 2018, en raison de l’identification de la présence éventuelle d’une impureté dans de nouveaux lots de médicaments à base de valsartan. Dans ce contexte,  la disponibilité du valsartan sur le marché français sera très réduite.

  • Scoop.it