TLMFMC - Formation Médicale Continue - Développement Professionnel Continu
  • Actus Maladies,Traitements - Archives

  • Discipline :
  • Toutes spécialités
  • Auteur :
  • Pierre Colombier - Veille UnaformeC
  • Date :
  • 25/03/2018

Voir Actus de la semaine

Voir aussi

                        Actus Santé publique - Archives                        Actus Système de santé -Archives   

                        Actus Education du patient - Archives              Actus Juridique Ethique - Archives

                        Actus Gestion professionnelle - Archives         Actus Vie associative - Archives

 

8 - 14 avril 2019 

Prostate et prévision. Vous avez lu dans la presse qu’un outil nommé “PREDICT Prostate” peut prédire le pronostic d’un homme chez qui un diagnostic de cancer de la prostate non métastatique vient d'être posé. Développé par une équipe britannique, l’outil est maintenant disponible en ligne. Une aide précieuse pour guider le choix personnel entre le traitement et la simple surveillance. Si l’article vous intéresse. Il est en open access<< Nous recommandons aux patients d’utiliser cet outil en consultation avec leur médecin. Cet outil est uniquement destiné aux hommes sans maladie métastatique où une gestion conservatrice et un traitement radical sont les deux options envisagées >>. L’outil Web

La Vitamine D en quelques motsA quoi sert la Vitamine D ? Où la trouve-t-on ? Quels sont nos besoins en Vit D ? Faut-il la doser la Vit D ? Un apport complémentaire en Vit D est-il nécessaire et quand ? Quels sont les dangers d’un apport trop important en Vitamine D ?                Pour lire la suite il vous faudra un clic supplémentaire !

Helicobacter pylori et ‘’fiches patient’’. L’infection à H. pylori est liée à une bactérie qui colonise exclusivement la muqueuse gastrique et dont la transmission est interhumaine. La prévalence de l’infection est de l’ordre de 15 à 30 % en France. Elle a un rôle établi dans le développement des ulcères gastroduodénaux et des cancers gastriques (adénocarcinomes et lymphomes du MALT). La Has vient de rendre public deux fiches ‘’patient’’               Le communiqué de la HAS du 26 mars 2019        La recherche de l’Helicobacter pylori. HAS mars 2019 Le traitement de l’Helicobacter pylori. HAS mers 2019     eDPC 2019 de 7 heures. Indemnisation des participants : 315 euros               Pertinence des soins et Helicobacter pylori

En accord avec les autorités de santé, le dispositif d'inhalation de Bricanyl Turbuhaler 500 microgrammes/dose a été modifié et est passé du dispositif Turbuhaler M2 au dispositif Turbuhaler M3 techniquement amélioré. Cette modification implique également l'ajout d'un excipient à la composition de ce médicament : le lactose et un nombre de doses par Turbuhaler augmenté de 100 à 120 doses.

À compter du 2 avril 2019, des perruques de qualité pourront être remboursées par l’assurance maladie sans reste à charge pour les patients atteints de cancer. Le communiqué de presse d’Agnès Buzyn avec les détails des différents prix

Communication de l’ANSM Genvoya® (elvitégravir/cobicistat/emtricitabine/ténofovir alafénamide) et Stribild®  (elvitégravir/cobicistat/emtricitabine /ténofovir disoproxil). > Un traitement par elvitégravir/cobicistat ne doit pas être instauré pendant la grossesse. > Le traitement antirétroviral des femmes ayant débuté une grossesse pendant un traitement par elvitégravir/cobicistat doit être changé. > Cette recommandation fait suite à des données pharmacocinétiques qui ont montré des taux faibles d’exposition au cobicistat et à l’elvitégravir au cours des deuxième et troisième trimestres de la grossesse. > Une sous-exposition à l’elvitégravir peut entraîner un risque accru d’échec virologique et secondairement de transmission de l’infection VIH de la mère à l’enfant.

Autisme Info Service : une nouvelle plateforme multicanal d’informations et d’orientation. Il vient d’être lancé  Autisme Info Service, premier dispositif national et gratuit d’écoute et d’information, par téléphone (numéro gratuit : (0 800 71 40 40) , mail et chat. Son objectif : aider et orienter les personnes atteintes d’autisme, et leur entourage ; mais aussi informer les professionnels intervenant à leurs côtés. Le communiqué du ministère      

 

1er - 7 avril 2019 

Alimentation des enfants de 0 à 3 ans. L’Association française de normalisation (AFNOR) a créé un logo permettant d’identifier les aliments adaptés aux enfants de 0 à 3 ans. Ce symbole garantit que le produit respecte les besoins nutritionnels des enfants de cette tranche d’âge et qu’il réponde à des normes de sécurité très strictes, conformément aux exigences réglementaires françaises et européennes (norme AFNOR NF V90-001).

Homéopathie. Suite avant l’avis de la HAS. Après avoir donné séparément leur avis pour la première fois, les académies de médecine et de pharmacie ont signé un communiqué commun réaffirmant leurs positions au sujet de l'homéopathie. Que ce soit pour l’enseignement de l’homéopathie avec délivrance d’un diplôme ou pour le remboursement des produits. Les deux académies estiment, confirment et recommandent ... L’homéopathie en France : position de l’Académie nationale de médecine et de l’Académie nationale de pharmacie. Le 28 mars 2019

 

25 - 31 mars 2019 

Contraception chez les patientes transplantées (rein, foie, cœur, poumon). Cette fiche mémo mise en ligne par la HAS le 11 mars 2019 porte sur les méthodes contraceptives pouvant être utilisées chez les patientes transplantées (rein, foie, cœur, poumon). L’objectif de la fiche mémo est d’actualiser les modes de contraception préconisés pour les patientes greffées en âge de procréer dans la recommandation de bonne pratique de 2007 et d’élargir cette thématique aux greffes hépatiques et cardiaques et pulmonaires.    Pour lire la fiche de la HAS

Pertinence des soins indications et contre-indications de la chirurgie de la cataracte liée à l’âge. Chaque année, en France, plus de 150 000 personnes atteintes de cataracte se font opérer. Cette fiche pertinence décline les indications et contre-indications de la chirurgie de la cataracte liée à l’âge. Ces recommandations sont fondées sur un accord professionnel et sur 4 recommandations internationales publiées depuis 2008. Pour lire la fiche de la HAS mise en ligne le 11 mars 2019

La HAS vient de publier un document rappelant les dix points clefs d'une prise en charge pertinente des patients atteints d'hypothyroïdie. En France, 1 à 2 personnes sur 100 sont atteintes d’hypothyroïdie. Cette sécrétion insuffisante d’hormones par la thyroïde touche principalement les femmes et survient en moyenne vers 60 ans. Or, le diagnostic et le traitement des patients restent à améliorer. Ainsi par exemple, les données de remboursement de l’assurance maladie montrent qu’entre 2006 et 2012, les prescriptions de lévothyroxine ont été initiées dans près d’un cas sur trois sans confirmation biologique du diagnostic. La Haute Autorité de Santé (HAS) publie aujourd’hui une fiche rappelant les points clés d’une prise en charge pertinente. Ce document est à destination de l’ensemble des professionnels de santé qui suivent ces patients, notamment les médecins généralistes et les endocrinologues. Hypothyroïdie : 10 messages pour améliorer votre pratique. Fiche mise en ligne le 19 mars 2019Pour en savoir plus : Le rapport d’évaluation de la HAS

Sodium et potassium, la bonne mesure. Cette étude de cohorte prospective internationale  (18 pays à revenu élevé, intermédiaire et faible, communautés urbaines et rurales, 103 570 personnes ayant fourni des échantillons d’urine le matin à jeun) avait pour objectif d’évaluer l'association entre l'excrétion urinaire de sodium et de potassium (en tant que mesure de substitution de l'apport) avec les événements cardiovasculaires et la mortalité, dans le contexte des recommandations actuelles de l'Organisation mondiale de la Santé qui conseille un apport journalier <2,0 g de sodium et > 3,5 g de potassium chez l'adulte. Les auteurs concluent qu’une consommation modérée de sodium (3 à 5 g / jour) et une consommation élevée de potassium sont associées au risque de mortalité et d'événements cardiovasculaires le plus faible. Article publié dans le « British MedicalJournal » le13 mars 2019

C’est à partir de deux rapports que  le bureau du conseil d'orientation des conditions de travail (COCT), va commencer ses travaux sur la santé au travail. Cette première phase doit s'achever à la mi-juin et aboutir à un document d'orientation pour la suite de la négociation (ou de la concertation). 1er rapport : Santé au travail : vers un système simplifié pour une prévention renforcée. Charlotte LECOCQ, Députée du Nord Bruno DUPUIS, Consultant senior en management Henri FOREST, Ancien secrétaire confédéral CFDT Avec l’appui de Hervé LANOUZIERE, Inspection générale des affaires sociales. Août 2018. 2e rapport : Plus de prévention, d’efficacité, d’équité et de maîtrise des arrêts de travail Neuf constats, vingt propositions. Jean Luc BERARD Pr Stéphane OUSTRIC Stéphane SEILLER. Janvier 2019

Parution du bilan 2018 sur la surveillance nationale des pollens et des moisissures dans l’air ambiant. Données, outils et recommandations

Suite au décret, la HAS détaille sa méthode d’évaluation des médicaments homéopathiques. La Haute Autorité de Santé (HAS) a été saisie par le ministère des Solidarités et de la Santé pour évaluer le bien-fondé du remboursement des médicaments homéopathiques. Un décret publié le 17 mars précise les modalités d’évaluation par la commission de la transparence de la HAS qui s’appuiera sur l’ensemble des données cliniques disponibles et une consultation large de parties prenantes. L’objectif est de rendre un avis en juin prochain, avec une incertitude sur la durée de la phase contradictoire. Le communiqué de la HAS du 21 mars 2019                                Ce que les Canadiens en pensent

18 - 24 mars 2019 

Autisme et vaccination ROR : une étude rassurante. Le lien hypothétique entre le vaccin antirougeoleux, antiourlien et antirubéoleux (ROR) et l’autisme continue de susciter l’inquiétude.  Cette étude de cohorte danoise avait pour objectif d’évaluer si le vaccin ROR augmente le risque d’autisme chez les enfants.  Cette étude accrédite fortement le fait que la vaccination ROR de l’enfant n’augmente pas le risque d’autisme. La limite soulignée par les auteurs est l’absence d’examen des dossiers médicaux individuels.  Cette étude a été financée par la Novo Nordisk Foundation et le Ministère Danois de la Santé.  Article publié dans « Annals of Internal Medicine » le 5 mars 2019

Lymphomes anaplasiques à grandes cellules associés à un implant mammaire (LAGC-AIM)Le 8 février 2018, le Comité scientifique spécialisé temporaire (CSST) de l’ANSM dédié aux LAGC-AIM rendait ses conclusions, constatant notamment la surreprésentation des implants mammaires texturés dans les cas de LAGC-AIM. Au vu de ces nouvelles données, la Direction générale de la santé a saisi l’INCa le 11 octobre 2018 afin d’actualiser l’avis rendu le 1er septembre 2016. La mise à jour du présent avis d’experts tient compte des conclusions rendues par le CSST de nouveau réuni les 7 et 8 février 2019. Les conclusions des experts du CSST sont consultables en Annexe 5 du document ci-après. Le présent avis d’experts a été rendu après une réunion plénière unique qui s’est tenue le 13 février 2019, précédée et suivie de contributions et validation écrites des experts. Avis d’experts du 15 février 2019 Les trois symptômes évocateurs de la maladie : Le diagnostic de la maladie intervient après un délai médian de 7 à 10 ans après l’implantation, selon les séries (minimum : 1 à 2 ans ; maximum : 30 à 32 ans). Les symptômes en sont un épanchement péri prothétique, une augmentation de volume du sein et des douleurs.

Journal officiel du 13 mars 2019 : Chirurgie bariatrique Décision du 4 janvier 2019 de l'Union nationale des caisses d'assurance maladie relative aux situations conduisant à un avis immédiat pour les demandes d'accord préalable de chirurgie bariatrique réalisées à l'aide du téléservice mis à disposition par l'assurance maladie

Journal officiel du 17 mars 2019 : Homéopathie et conditions d’évaluation. Décret n° 2019-195 du 15 mars 2019 relatif aux conditions d'évaluation et de prise en charge par l'assurance maladie de médicaments homéopathiques

11 - 17 mars 2019 

Ondexxya (andexanet alfa), premier antidote de deux anticoagulants oraux directs (AOD)le rivaroxaban (Xarelto, Bayer) et l’apixaban (Eliquis, BMS), qui sont des inhibiteurs du facteur Xa (Fxa) vient d’obtenir la recommandation de l’octroi d'une autorisation de mise sur le marché conditionnelle de la part du comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l'Agence européenne du médicament (EMA).

Pour un accès rapide à l’innovation thérapeutique, toutes les demandes d’ATU nominatives peuvent être dématérialisées via l’application e-Saturne. Depuis le 4 mars, toutes les demandes d’Autorisation Temporaire d’Utilisation nominatives (ATUn) de médicaments, peuvent être transmises par les professionnels de santé à l’ANSM via l’application e-Saturne. Celle-ci simplifie les échanges entre l’hôpital et l’Agence afin de donner un accès plus rapide aux traitements en ATUn pour les patients qui en ont besoin. Ce mode de communication dématérialisée remplacera totalement d’ici la fin de l’année la communication par fax.  L’application e-Saturne est désormais accessible à tous les professionnels de santé (médecins, pharmaciens, internes en médecine) hospitaliers qui sont équipés d’un système de CPS (carte de professionnel de santé) couplé au lecteur de carte. Le point d’information de l’ANSM du 4 mars 2019  Le dossier complet du ministère du 1er mars 2019 sur les ATU

Association anticoagulant oral direct ou antivitamine K avec un antiagrégant plaquettaire : quels risques de saignements ? Cette étude de cohorte canadienne a comparé l’incidence des hémorragies intracrâniennes, des saignements gastro-intestinaux et d’autres saignements majeurs entre l’association anticoagulant oral direct (AOD) et antiagrégant plaquettaire et l’association antivitamine K (AVK) et antiagrégant plaquettaire chez des patients atteints de fibrillation auriculaire non valvulaire. Cette étude de niveau de preuve modéré nous montre qu’un traitement associant antiagrégant plaquettaire et AOD est associé à un risque similaire d’hémorragie gastro-intestinale et à un risque plus faible d’hémorragie intracrânienne et d’hémorragie majeure que l’utilisation concomitante d’un AVK et d’un antiagrégant plaquettaire ; Ces résultats peuvent éclairer notre décision chez les patients nécessitant un traitement concomitant par des anticoagulants oraux et des antiagrégants plaquettaires. Article publié en février 2019 dans « The American Journal of Medicine »

Protection de l'enfance : prévenir les violences entre mineursLes actes de violence au sein des établissements de protection de l’enfance et les difficultés rencontrées par les professionnels pour y faire face sont récurrents. Pour soutenir et accompagner les professionnels exerçant dans ces établissements, la HAS publie des recommandations de bonne pratique relatives à « la prévention de la violence entre les mineurs adolescents au sein des établissements d’accueil », à partir des travaux conduits par l’ex-Anesm (aujourd’hui intégrée à la HAS). Le dossier de la HAS du 27 février 2019

Implants médicaux : un rapport parlementaire appelle à un renforcement de la réglementation et la surveillance. Le rapport parlementaire avance 36 propositions parmi lesquelles un code-barres pour chaque implant qui devrait être porté sur le dossier du patient opéré, ou encore la création d'un système d'indemnisations adossé à l’Oniam pour assurer une réparation plus rapide des victimes d'accidents liés aux dispositifs médicaux. Les implants retirés après des incidents ou accidents ne devraient plus être « jetés ou renvoyés au fabricant », mais expertisés par un laboratoire d'analyses public créé pour ce faire.

4 - 10 mars 2019 

Pour la première fois en France, le cannabis thérapeutique va être testé pour les malades de Parkinson. Une étude sera menée conjointement par l'Assistance publique - Hôpitaux de Marseille (AP-HM), le centre d'excellence Dhune et l'association France-Parkinson. Rappel du feu vert de l’ANSM de décembre 2018

Médicaments à base d’argile (Smecta) dans le traitement symptomatique de la diarrhée aigüe chez l’enfant. Par mesure de précaution, l’ANSM demande de ne plus utiliser ces médicaments chez l’enfant de moins de 2 ans, en raison de la possible présence d’infime quantité de plomb, même si le traitement est de courte durée. Il en est de même  chez la femme enceinte ou allaitante. Les médicaments à base d’argiles extraites du sol, comme le Smecta®  (diosmeticte) disponibles sur ordonnance ou en automédication, sont utilisés en traitement symptomatique de la diarrhée aigüe. L’ANSM rappelle que la prise en charge de la diarrhée aiguë  repose avant tout sur des mesures hygiéno-diététiques et que si les symptômes persistent chez le nourrisson et l'enfant de moins de 2 ans le traitement de référence est l'administration de soluté de réhydratation orale (SRO). Les SRO sont des sachets de poudre à verser dans un biberon d’eau, disponibles en pharmacie sans ordonnance --> Pour en savoir plus. Le communiqué de l’ANSM du 27 février 2019

Antalgiques opioïdes : l’ANSM publie un état des lieux de la consommation en France En 10 ans, la consommation des antalgiques opioïdes a augmenté ; cela s’inscrit dans la politique d’amélioration de la prise en charge de la douleur de part, notamment, des plans ministériels de lutte contre la douleur ayant été mis en place depuis 1998. En dix ans, le nombre annuel d’intoxications par des antalgiques opioïdes a doublé. Au total, 2  762 accidents de ce type ont été signalés entre 2005 et 2016. Le nombre d’hospitalisations a augmenté de 167 % depuis 2000, concernant en 2017 près de 2 600 personnes. Quant au nombre de décès, il a connu un bond de 146 % entre 2000 et 2015. Désormais, quatre personnes meurent chaque semaine d’une surdose d’antidouleur opioïde. Parmi les médicaments les plus impliqués, on retrouve le tramadol (37 décès en 2016) suivi par la morphine (22 décès), la codéine (16 décès) et l’oxycodone (8 décès).  En parallèle, l’ANSM observe une augmentation du mésusage, ainsi que des intoxications et des décès liés à l’utilisation des antalgiques opioïdes, qu’ils soient faibles ou forts Le point d’information de l’ANSM du 20 février 2019            Le rapport

Rappel du bon usage du modafinil en cas de grossesse. Une revue des données portant sur l’exposition au modafinil pendant la grossesse a été initiée en février 2019 par le Comité pour l’Evaluation des Risques en matière de Pharmacovigilance (PRAC) qui siège à l’Agence européenne des médicaments (EMA). Dans ce contexte, l’ANSM tient à rappeler que le modafinil n’est  recommandé ni chez les femmes enceintes, ni chez celles qui sont en âge de procréer et n'utiliseraient pas de contraception efficace. Le communiqué de l’ANSM du 26 février 2019

 

25 février - 3 mars 2019 

"131 409", tel est le nombre moyen de blessés chaque année lors de la pratique de l'activité de ski d'après une étude de l'association Médecins de Montagne (voir "Dossier Presse 2018 sur le site de l'association"). A travers 2 fiches pratiques, l'Institut national de la consommation (INC) met à votre disposition toutes les informations nécessaires pour être bien protégé contre les risques que peut représenter la pratique des sports d'hiver. Première fiche de l’INC : Accidents de ski et responsabilités     Seconde fiche de l’INC : Ski et assurances

Un dispositif d’assistance aux insuffisants cardiaques bénéficiera d’un financement dérogatoire. Par stimulation du ventricule gauche sans implantation de sonde transveineuse, le dispositif ISE CRT resynchronise le rythme cardiaque de patients ne pouvant bénéficier des prises en charge conventionnelles ou pour lesquels elles s’avèrent inefficaces.

L’ANSM a identifié la présence de substances non autorisées et dangereuses pour la santé, le clenbutérol et le stanozolol, dans les produits vendus sous les noms de marque « CLENOX® et STANOX-10® de Pacific Pharmaceutical Company LTD. Malay Tiger » disponibles à la vente sur Internet. Ces produits sont présentés comme ayant des propriétés anabolisantes ou « brûleuses de graisse » et sont utilisés par les sportifs mais aussi dans la perte de poids

ORAMORPH® 10 mg/5 ml, solution buvable en récipient unidose (sulfate de morphine) : rupture de stock et informations importantes pour éviter les erreurs médicamenteuses. Pour en savoir plus

 

18 - 24 février 2019 

L’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a décidé de suspendre les autorisations de mise sur le marché (AMM) des médicaments à base de fenspiride (Pneumorel comprimé et sirop, Servier), utilisés dans le traitement de la toux et de l'expectoration au cours des bronchopneumopathies, en raison de l’identification d’un risque potentiel de troubles du rythme cardiaque.

BIBLIOMED; Un outil de DPPC (Développement Professionnel Personnel Continu) au plus près de la pratique individuelle. Il a pour objectif de permettre au médecin, individuellement ou en groupe de trouver des réponses argumentées à ses interrogations et de comparer sa pratique réelle aux pratiques recommandées à partir des synthèses des dernières données de la science.

Voir aussi La revue Médecine

Poursuivre la recherche clinique pour positionner utilement les signatures génomiques dans la prise en charge des cancers du sein. Les femmes atteintes d’un cancer du sein infiltrant présentent, après l’ablation de la tumeur, un risque plus ou moins élevé de récidive contre lequel une chimiothérapie adjuvante peut être envisagée. Pour déterminer s’il est pertinent d’y recourir, l’équipe médicale dispose de critères clinico-pathologiques. Mais dans certaines situations d’incertitude thérapeutique – définies aujourd’hui par la HAS – l’utilisation des signatures génomiques pourrait constituer une aide complémentaire        Le communiqué de presse de la HAS du 11 février 2019 Questions / Réponses. Document HAS

Expertise Inserm : pour 3 pathologies chroniques, la première prescription est l’activité physique. L’expertise collective de l’Inserm, commanditée par le ministère des Sports, « Activité physique, prévention et traitement des maladies chroniques » (qui se base sur l’analyse de la littérature scientifique, effectuée par une dizaine d’experts de différents domaines) apporte de nombreux arguments sur les bienfaits de l’activité physique pour beaucoup de pathologies, en particulier cardio-vasculaires. L’ouvrage fait plus de 800 pages ! Pour consulter le dossier de presse  de l’Inserm paru le 14 février 2019   Vous êtes responsable d’une association, l’Unaformec  vous proposer de vous accompagner pour une soirée DPC sur le thème << Activité physique et maladies chroniques : une question de motivation >>. Pour tout renseignement  01 71 19 99 68  OU unaformec@gmail.com

Agénésie transverse des membres supérieurs : point d’étape de l’Anses et Santé publique France. A l’issue de ce point d’étape présenté par les agences sanitaires, les ministres prennent acte de la méthodologie scientifique adoptée par l’Anses et Santé publique France. L’ampleur des travaux et la complexité des questions posées nécessitent le recours à une expertise scientifique rigoureuse. Les résultats de ces travaux sont attendus pour le 30 juin 2019. Le point d’étape au 31 janvier 2019 transmis aux Ministres par l’Anses et Santé publique France           Le communiqué de presse du 12 février 2019

Homéopathie. Acte IV : Médicaments homéopathiques : quelle prise en charge ? L’article 42 du projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2019, consacré entre autres au remboursement de l’homéopathie, a été voté solennellement mardi 30 octobre par l’Assemblée nationale. Les députés ont toutefois précisé le périmètre de la réévaluation par la Commission de transparence de la Haute Autorité de santé (HAS) pour y insérer tous les médicaments homéopathiques. Dans la discussion, il apparaît que « la commission de la transparence de la HAS pourra ainsi rendre un avis global sur l’efficacité de ces médicaments, et non pas médicament par médicament comme le prévoit la procédure de droit commun ». La publication de Santé-Public France le 14 février 2019

Antibiotiques et Cour des comptes. Le référé du 14 février 2019. Dans un référé rendu public le 14 février,  la Cour des comptes dénonce « des pratiques de prescription et de dispensations [des antibiotiques] inflationnistes »et appelle la ministre de la santé à « mettre en œuvre de manière plus directive une palette de mesures visant à réduire la consommation d’antibiotiques et à en garantir l’effectivité en utilisant l’instrument de la ROSP ». En effet,  « les deux derniers plans antibiotiques fondés sur la pédagogie et l’autorégulation des professionnels de santé se sont soldés par un échec » avec des consommations reparties à la hausse depuis 2005, notamment en ville. Les sages envisagent même  « la vérification croisée des prescriptions des antibiotiques des médecins généralistes par les médecins coordonnateurs des EHPAD » Pour lire les recommandations de la Cour des comptes, voir les pages 150 et 151

Souffrance au travail. La souffrance au travail peut se manifester par une démotivation croissante du salarié, par un désinvestissement. Par des changements de comportement, également, à travers des personnes à fleur de peau, particulièrement irritables et désabusées, ou encore par des signes psychosomatiques : troubles du sommeil, brûlures gastriques, hypertension, troubles musculosquelettiques… Le site << Souffrance au travail >> est fait pour vous aider à y voir plus clair. Pour rappeler que si le travail peut faire souffrir, c’est d’abord parce qu’il est porteur de nombreuses promesses : montrer ses savoir-faire, gagner sa vie, apprendre à vivre ensemble, à coopérer. Travailler, c’est se travailler et travailler ensemble. Pour agir, il faut des outils, comme au travail. Ce site est fait pour vous les transmettre. Le guide pratique pour le médecin généraliste       Questionnaire d’auto-évaluation de l’épuisement professionnel

11 - 17 février 2019 

Après l’acétate de cyprotérone (Androcur), l’acétate de chlormadinone (Lutéran et génériques) et l’acétate de nomégestrol (Lutényl et génériques) font à leur tour l’objet d’une alerte de l’ANSM, des cas de méningiomes associés à leur utilisation à des doses thérapeutiques ayant été rapportés. Le point d’information de l’ANSM du 7 février 2019               

Finastéride : rappel sur les risques de troubles psychiatriques et de la fonction sexuelle. L’Agence du médicament (ANSM) rappelle aux professionnels de santé et aux patients que des troubles psychiatriques (tels qu’anxiété, changement d’humeur, dépression et pensées suicidaires) ainsi que des troubles de la fonction sexuelle (dysfonction érectile, troubles de l’éjaculation, diminution de la libido) ont été rapportés chez des patients traités par finastéride 1 mg (PROPECIA et génériques) ou 5 mg (CHIBRO-PROSCAR et génériques). Ces effets indésirables ont été observés pendant et après l’utilisation du finastéride. Le point de l’ANSM du 1er février 2019

4 - 10 février 2019 

Solutions de glucose à 5 % : pas d’utilisation sans électrolytes. Il s’agit de rappeler que les solutions de glucose à 5 % (G5 %), fréquemment utilisées à l’hôpital à des fins d’apport liquidien parentéral ou de réhydratation, ne doivent pas être employées seules sans électrolytes. Sans apport d’électrolytes (notamment de sodium et de potassium), leur administration peut induire une hyponatrémie et une hypokaliémie, possiblement sévères, en particulier chez les enfants. En pédiatrie, le G5 % en solution injectable ne présente pas d’autre intérêt clinique que son utilisation comme véhicule pour l’apport de médicament.  La fiche (2 pages) de la HAS de décembre 2018 Partager sur Facebook

-->
  • Scoop.it