• Actus Santé publique - Archives

  • Discipline :
  • Santé publique
  • Auteur :
  • Pierre Colombier - Veille UnaformeC
  • Date :
  • 25/03/2018

Voir Actus de la semaine

Voir aussi

           Actus Maladies, Traitements - Archives            Actus Système de santé -Archives

           Actus Education du patient - Archives             Actus Juridique Ethique - Archives 

        Actus Gestion professionnelle - Archives        Actus Vie associative - Archives

 

23 - 29 Décembre 2019

La Commission de transparence de la Haute autorité de santé (HAS) a donné un avis favorable au remboursement du Baclocur (baclofènepour « réduire la consommation d'alcool après échec des autres traitements médicamenteux disponibles, chez les patients adultes ayant une dépendance à l'alcool et une consommation d'alcool à risque élevé (> 60 g/jour pour les hommes ou > 40 g/litre pour les femmes) ». 

 

L’Académie de médecine rassure sur la sécurité de la cigarette électroniqueSelon l’académie, l’efficacité du vapotage pour arrêter de fumer n’est plus à prouver. La Haute autorité de Santé l’avait affirmé en 2016, indiquant même que la cigarette électronique pouvait dans certains cas mieux fonctionner que d’autres substituts nicotiniques. Et en juin 2019, une étude de Santé publique France a montré qu’au moins 700.000 fumeurs ont décroché grâce au vapotage.   Le communiqué de l’académie de médecine du 6 décembre 2019



La HAS recommande de vacciner aussi les garçons contre les papillomavirus. Dix ans après les premières recommandations, la couverture vaccinale reste très insuffisante au regard des objectifs fixés par le Plan Cancer : 24 % de femmes vaccinées selon le schéma complet et environ 15% des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes pour un objectif de 60 %. Or la vaccination est le meilleur moyen de lutter contre ces virus, à l’origine de plus de 6 000 nouveaux cas de cancers par an. Parmi eux, les cancers du col de l’utérus, de la vulve, du vagin chez les femmes, mais également des cancers oropharyngés et anaux, qui touchent aussi les hommes. Ainsi, près de 25 % des cancers provoqués par les HPV surviennent chez les hommes. La HAS estime que l’élargissement de la vaccination anti-HPV aux garçons permettrait, sous réserve d’une couverture vaccinale suffisante, de freiner la transmission a sein de la population générale, et ainsi de mieux protéger les garçons et les hommes quelle que soit leur orientation sexuelle, mais aussi de mieux protéger les filles et les femmes non vaccinées.             La recommandation de la HAS du 16 décembre 2019 Le communiqué de presse d’Agnès Buzyn

 

16 - 22 Décembre 2019

Utilisation du vaccin contre la grippe saisonnière FLUCELVAX TETRA chez les adultes et les enfants âgés de plus de 9 ans. Il reste encore quelques semaines Suite à l’autorisation de mise sur le marché (AMM) du vaccin grippal tétravalent inactivé produit sur culture cellulaire FLUCELVAX TETRA dans la « Prévention de la grippe chez l’adulte et l’enfant à partir de 9 ans », la Haute Autorité de santé (HAS) doit émettre des recommandations afin de déterminer la place de ce vaccin dans le cadre de la stratégie vaccinale existante vis-à-vis de la prévention de la grippe saisonnière dans cette population.  La recommandation de la HAS. Essentiellement page 17

 

 

2 - 8 Décembre 2019

Diagnostic de la dénutrition de l’enfant et de l’adulte. Les objectifs de cette recommandation sont : > Définir la dénutrition chez l’enfant et l’adulte de moins de 70 ans ; > Définir les critères permettant de diagnostiquer une dénutrition chez l’enfant et l’adulte de moins de 70 ans ; > Améliorer le diagnostic de la dénutrition à l’aide d’outils adaptés ; > Cette recommandation a été réalisée dans le cadre d’un partenariat HAS - Fédération Française de Nutrition (FFN). La recommandation en 25 pages

 

9 jeunes de 18 à 24 ans sur dix sont en bonne santé, malgré des disparités liées à leur situation vis-à-vis de l’emploi. Mais les jeunes chômeurs ou inactifs (hors étudiants) et les jeunes cumulant emploi et études déclarent ainsi un moins bon état de santé perçu. C’est aussi le cas pour les jeunes les moins diplômés et ceux qui n’habitent plus chez leurs parents. Le dossier de la Drees de novembre 2019

 

Intoxications au monoxyde de carbone : les bons gestes pour réduire les risques. Chaque année, environ 1 300 épisodes d’intoxications au CO survenus par accident et impliquant près de 3 000 personnes sont déclarés aux autorités sanitaires. Une brochure pour informer sur les réflexes qui protègent Le dépliant "Les dangers du monoxyde de carbone, pour comprendre" présente les dangers de ce gaz, les appareils et les installations susceptibles d’émettre du CO, ainsi que les bons conseils pour éviter les intoxications. Il est diffusé auprès des mairies, des services de protection maternelle et infantile (PMI), des laboratoires d’analyses médicales. Il existe aussi une vidéo et une affiche pour informer sur ces risques

 

Semaine de la sécurité des patients consacrée aux antibiotiques.  Dans le cadre de l'édition 2019 de la semaine de la sécurité des patients ayant pour thème : « Les antibiotiques, ils sont précieux, utilisons-les mieux », la HAS vous propose les articles et publications publiés sur le sujet. Dans le cadre de la lutte contre l’antibiorésistance retrouvez tous les articles

 

Antibiotiques : même si la consommation de la France diminue, elle  reste encore trop élevée. Selon un rapport officiel publié ce lundi par l'agence Santé publique France, « en 2018, il a été vendu en France 728 tonnes d'antibiotiques destinés à la santé humaine et 471 tonnes d'antibiotiques destinés à la santé animale ». Et la consommation de ce type de médicament se stabilise en France, voire tend à baisser. Selon ce même rapport de Santé publique France, qui se concentre sur les antibiotiques prescrits en ville (c'est-à-dire hors hôpital), la consommation des antibiotiques prescrits par les médecins libéraux « se stabilise », après une hausse entre 2014 et 2016. Elle atteignait 22,5 doses pour 1.000 habitants et par jour en 2018, contre 22,7 en 2009. En plus de cet indicateur, les autorités sanitaires en ont utilisé cette année un autre pour la première fois : le nombre de prescriptions. Il montre que la consommation d'antibiotiques a baissé de 15 % entre 2009 et 2018 (passant de 2,81 à 2,38 pour 1.000 habitants et par jour). Si la France s'améliore, elle reste l'un des mauvais élèves de l'Europe. La synthèse du rapport remis le 18 novembre 2019 à Agnès Buzyn ANTIBIOTIQUES ET RÉSISTANCE BACTÉRIENNE: UNE MENACE MONDIALE, DES CONSÉQUENCES INDIVIDUELLES  Une affiche explicative d’une page. Un outil de communication.         Le dossier de presse du ministère

 

4 - 10 Novembre 2019

Vacciner tous les garçons contre les papillomavirus ? La HAS met en consultation publique un projet de recommandation vaccinale. La stratégie de vaccination contre les papillomavirus humains cible aujourd’hui les jeunes femmes et les hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes. Or, 10 ans après les premières recommandations, la couverture vaccinale reste très insuffisante au regard des objectifs fixés par le Plan Cancer. Sachant que les hommes sont également infectés par ces virus et les transmettent, la HAS soumet à consultation publique jusqu’au 27 novembre un projet de recommandation en faveur d’une vaccination élargie à tous les garçons de 11 à 14 ans.         Pour en savoir plus.        Elargissement de la vaccination contre les papillomavirus aux garçons Projet de recommandation soumis à consultation publique. Vois pages 95 et 96 les recommandations de la HAS     Pour répondre à la consultation publique

 

Le Gouvernement agit pour limiter l’exposition aux émissions de certains téléphones mobiles et mieux informer le public. L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) a publié le 21 octobre 2019 son avis relatif aux effets sanitaires liés aux ondes émises par les téléphones mobiles lorsque utilisés près du corps. L’avis ne met pas en évidence de danger grave et immédiat mais souligne que les résultats des études scientifiques publiés à ce jour ne permettent pas d’exclure l’apparition d’effets biologiques chez l’homme au-delà de certains seuils. Le communiqué de presse du 25 octobre 2019

 

Grippe 2018 – 2019 Chiffres clés  • 1.8 million de consultations en médecine de ville  • plus de 65 600 passages aux urgences  • plus de 10 700 hospitalisations pour syndrome grippal  • plus de 1 890 cas de grippe grave admis en réanimation  • 8 100 décès attribuables à la grippe durant l’épidémie. Le dossier de presse du ministère : Lancement de la campagne de vaccination contre la grippe saisonnière « cette année encore, la grippe va faire très mal .»

 

A l’occasion de la journée mondiale de l’AVC, Adrien Taquet, Secrétaire d’Etat auprès de la Ministre des Solidarités et de la Santé, réaffirme la nécessité de mieux connaître les signes et d’agir pour prévenir les séquelles de l’AVC chez les enfants. Au total, en France chaque année près de 140 000 personnes sont victimes d’un AVC (accident vasculaire cérébral), soit un toutes les 4 minutes. L’AVC représente la première cause de handicap acquis de l’adulte, la première cause de mortalité chez la femme et la troisième chez l’homme. Chez l’adulte, la prévention est une priorité pour prévenir les facteurs de risque de l’AVC : une alimentation moins salée et mieux équilibrée, la lutte contre le surpoids, l’arrêt du tabac, la réduction de la consommation d’alcool, la pratique d’une activité physique régulière, la lutte contre le stress sont autant d’actions qui diminuent les risques d’hypertension artérielle, d’obésité, de diabète, d’hypercholestérolémie pouvant favoriser la survenue d’un AVC. Le communiqué de presse

 

 

28 Octobre - 3 Novembre 2019

Infection par Helicobacter pylori : deux documents  HAS d’information à destination des patients. En France, environ 15 à 30 % de la population serait contaminée par Helicobacter pylori, une bactérie qui peut entraîner des ulcères gastroduodénaux et plus rarement des cancers gastriques.  Pour répondre à l’enjeu d’amélioration de l’implication des patients dans leur prise en charge, deux fiches ont été élaborées à leur intention, l’une sur « La recherche de Helicobacter pylori » et l’autre sur « Le traitement de Helicobacter pylori ». La première décrit l’infection : elle explicite les raisons pour lesquelles les médecins proposent la recherche de Helicobacter pylori et décrit les examens à réaliser. La seconde explique le traitement et donne des conseils pratiques pour un suivi optimal, indispensable pour limiter la survenue d’une résistance de la bactérie aux antibiotiques. Elle rappelle également l’importance du test de contrôle à réaliser après le traitement pour s’assurer de l’élimination de la bactérie. A imprimer éventuellement pour vos patients. Un recto verso suffira > La recherche de Helicobacter pylori. Deux pages > Le traitement de Helicobacter pylori. Deux pages

 

 

Alimentation : comment lire les étiquettes nutritionnelles ? Glucides, acides gras, sodium... Les étiquettes des aliments de tous les jours comportent de nombreuses informations sur leur contenu, qu'il n'est pas toujours aisé de comprendre. Explications.

 

 

Une évaluation pour mesurer l’efficacité réelle des programmes de prévention des conduites addictives à destination des jeunes. Une démarche d’évaluation des programmes de prévention des conduites addictives à destination des jeunes a été initiée sous l’égide de la Commission interministérielle de prévention des conduites addictives (CIPCA). Cinq programmes de prévention ont ainsi été évalués pour mesurer leur impact réel sur les comportements de consommation des jeunes. Le document de la Mild et Ca avec ses nombreux PDF complémentaires

 

 

 

Prévention des addictions : interventions probantes et évaluationCe numéro de La Santé en action doit permettre de tirer tous les enseignements de ce travail d’évaluation et de nous engager collectivement vers le développement de stratégies d’intervention davantage structurées, coordonnées et efficaces. Le numéro spécial de la Santé en actions de septembre 2019. 52 pages

 

 

 

La maltraitance pendant l’enfance et ses conséquences : un enjeu de santé publique. Une étude nationale rétrospective inédite montre que les nourrissons de 1 mois à 1 an, hospitalisés pour maltraitance physique correspondent à 0,24 % à 0,63 % de tous les enfants hospitalisés de cette tranche d’âges. Les sévices et traumatismes sont tels que lors de la première hospitalisation, le pourcentage de décès est 40 fois plus élevé par rapport aux autres enfants du même âge présentant des lésions traumatiques non intentionnelles Le Bulletin Epidémiologique Hebdomadaire du 15 octobre 2019

 

 

21 - 27 Octobre 2019

Cancer du sein : 20 000 Françaises invitées à un dépistage sur mesure. Une étude pourrait bien totalement rebattre les cartes du dépistage en France. Annoncé (et reporté) à de multiples reprises, MyPeBS est, nous le révélons, désormais en place. MyPeBS pour My Personnal Breast screening, c'est-à-dire une surveillance personnalisée, qui ne se fonde plus sur le seul critère de l'âge mais sur le risque propre à chacune de développer un cancer. Du sur-mesure, qui se donne pour ambitieux objectif de détecter de manière précoce un cancer chez les femmes les plus à risque, et de diminuer le nombre d'examens chez celles qui le sont le moins :Test salivaire ... Recueil des diverses données ... Estimation du risque ..

 

Les deux académies recommandent de vacciner les filles et les garçons contre le HPV. Et ceci entre 11 et 14 ans. Rapport de l’académie de médecine : Vacciner les filles et les garçons contre le Papillomavirus humain (HPV) : une nécessité pour éliminer les cancers du col utérin mais aussi de l’oropharynx, de la cavité buccale et de l’anus. Le 18 septembre 2019. Recommandations adoptées par le Conseil du 12 février 2019 par l’académie de pharmacie : Prévention des cancers dus aux papillomavirus humains

 

23 - 29 Septembre 2019

Actualité et dossier en santé publique n° 107. Soins de proximité : vers un exercice d’équipe. Garantir l’égal accès aux soins, c’est permettre aux habitants d’un territoire, quel qu’il soit, de bénéficier de services pertinents et de qualité. Chacun doit pouvoir avoir un médecin traitant, avoir accès à une consultation spécialisée dans des délais appropriés ; bénéficier d’un suivi et d’une orientation en cas de pathologie chronique. Un réel trait d’union entre médecine de ville et établissements de santé renforcera la qualité et l’efficience de la prise en charge en proximité. Ce dossier présente les organisations mises en place pour favoriser un travail d’équipe. Le document dont seuls quelques articles sont en consultation libre. Mais un achat est toujours possible !

 

Journée mondiale contre le sepsis - Remise du rapport « Sepsis- tous unis contre un fléau méconnu » Par une lettre de mission en date du 7 mai 2018, le Pr Jérôme Salomon, Directeur général de la santé, a chargé le Pr Djillali Annane d’émettre des recommandations visant à améliorer la prévention, le diagnostic et la prise en charge en France du sepsis Les 10 préconisations

 

Ma Santé 2022. Ce qui s’est passé en 2019 ? Ce qui est prévu pour 2020.  L’année 2019 a permis la mise en place des outils nécessaires à la déclinaison de la stratégie nationale. Ces outils ont fait l’objet d’une application immédiate. A l’occasion de ce deuxième comité de suivi, des acteurs du terrain – un médecin, un élu, un directeur d’hôpital, un directeur général d’Agence Régionale de Santé – ont exposé les actions concrètes menées sur leurs territoires et l’impact qu’elles ont eu pour renforcer l’accès aux soins Dès 2020 des premières mesures de la réforme du financement (psychiatrie, urgences…) seront mises en œuvre pour permettre à horizon d’équilibrer tarification à l’activité et financement à la qualité et à la pertinence. Après une année d’action nationale, l’accent mis sur la déclinaison régionale et locale de la stratégie Ma santé 2022 sera renforcé, en lien étroit avec les élus, les représentants des professionnels de santé et les usagers afin que les efforts de chacun convergent tous vers l’amélioration de l’accès aux soins des Français Le communiqué de presse d’Agnès Buzyn

 

16 -22 Septembre 2019

Infections tuberculeuses latentes La prise en charge de l’infection tuberculeuse latente est une des mesures prioritaires pour éliminer la tuberculose. Le HCSP actualise et complète ses recommandations antérieures quant à son dépistage, son traitement et le suivi des patients traités. Le document de 88 pages

 

Prévention du cancer du col utérin : de nouveaux outils pour accompagner les professionnels de santé L’Institut national du cancer (INCa) met à disposition des professionnels de santé plusieurs outils visant à les accompagner dans leur dialogue avec les personnes concernées par la prévention des infections à papillomavirus (HPV) et du cancer du col utérin (parents de jeunes filles et jeunes femmes dès 25 ans). La présentation par l’Inca du programme de dépistage. Important dossier avec de très nombreux liens. Et trois fiches qui peuvent être utilisées au cours de la communication avec une patiente ou ses parents : > Papillovirus et cancer. 8 pages > Dépistage et prévention du cancer du col de l'utérus - Rôle du médecin et de la sage-femme. 2 pages >  Dépliant sur la vaccination contre les papillomavirus humains (HPV). 2pages

 

En 2017, des adolescents plutôt en meilleure santé physique mais plus souvent en surcharge pondérale En 2017, 18 % des adolescents en classe de troisième sont en surcharge pondérale et 5 % sont obèses. Entre 2009 et 2017, les prévalences de la surcharge pondérale et de l’obésité sont en hausse, en particulier pour les filles (de 17 % en 2009 à 20 % en 2017). La santé bucco-dentaire est, en revanche, en nette amélioration : 68 % des adolescents ont des dents indemnes de caries, contre 56 % en 2009. Ces évolutions sont marquées par de fortes inégalités sociales. Ainsi, 24 % des enfants d’ouvriers sont en surcharge pondérale et 8 % sont obèses, contre respectivement 12 % et 3 % des enfants de cadres. La proportion de ceux qui n’ont aucune dent cariée s’élève à 59 % pour les enfants d’ouvriers, contre 77 % pour ceux des cadres. Drees. Août 2019. Numéro 1122

 

 

9 - 15 Septembre 2019

THS : un million de cancers du sein de plus en occident depuis 1990 ? Cette méta-analyse a utilisé les données individuelles des participantes issues de toutes les études prospectives éligibles avec des informations sur le type et le temps d’utilisation de l’hormonothérapie substitutive de la ménopause (THS).  Chaque type de THS, à l’exception des œstrogènes vaginaux, était associé à des risques excessifs de cancer du sein, qui augmentaient régulièrement avec la durée d’utilisation et étaient plus importants pour l’association œstrogène plus progestatif que pour les préparations contenant uniquement un œstrogène. Pour les femmes de poids moyen dans les pays développés, cinq ans de THS à partir de 50 ans augmenteraient l’incidence du cancer du sein à l’âge de 50 à 69 ans d’environ un pour 50 utilisatrices d’œstrogène plus un progestatif quotidien ; un pour 70 utilisant un œstrogènes plus un progestatif intermittent ; et un pour 200 utilisant un traitement à base d’œstrogène uniquement. Le risque correspondant à 10 ans de THS serait environ deux fois plus important. Dans les pays occidentaux, environ 20 millions de cancers du sein ont été diagnostiqués depuis 1990, dont environ un million aurait été causé par l'utilisation de THM. Article publié dans « The Lancet » le 29 août 2019

 

Perturbateurs endocriniens. Fruit d’une concertation menée depuis janvier 2019, la deuxième stratégie se structure autour de trois enjeux prioritaires : 1. Former et informer, pour que chacun puisse agir en connaissance de cause. 2. Protéger l’environnement et les populations : agir sur les écosystèmes, c’est aussi agir sur notre santé. 3. Améliorer les connaissances en accélérant la recherche, notamment sur les impacts des perturbateurs endocriniens sur la santé. Le communiqué de presse du 3 septembre 2019

 

2 - 8 Septembre 2019

Moustiques vecteurs de maladies. Pour limiter le risque d’importation et d’implantation des maladies dites vectorielles transmises par des moustiques, le ministère chargé de la santé a mis en place un dispositif de surveillance. Il s’oriente autour de trois grands axes : la détection précoce de la présence de ces moustiques vecteurs, une surveillance des cas humains de maladies qu’ils véhiculent (dengue, chikungunya…) et une sensibilisation des personnes résidant dans les zones où ces moustiques sont présents et actifs. Principales maladies vectorielles transmises par les moustiques : Le chikungunya, La dengue,  Le virus Zika, La fièvre du Nil occidental (West Nile virus), La fièvre jaune, Le paludisme (Site de l’OMS) Pour en savoir plus, Deux WIKI/SFDRMG/UnaformeC Dengue et Chikungunya Trois Bibliomed : La dengue : état des lieux en 2017, Zika, microcéphalies et lésions neurologiques? De nouvelles données, Chikungunya

 

Les femmes enceintes prennent encore trop de médicaments. Selon une étude franco-canadienne publiée en juillet dans la revue Plos One, les femmes enceintes sont toujours nombreuses à consommer trop de médicaments en France. 9 sur 10. Grâce aux données anonymisées de la sécurité sociale, plus de 36.000 grossesses menées à terme entre 2010 et 2013 ont pu être analysées. Conclusion: neuf femmes enceintes sur dix ont pris des médicaments, trois prescriptions en moyenne. Entre 19% et 30% d’entre elles étaient traitées pour une dépression, 11% à 15% pour de l’asthme, 1% à 8% pour un diabète et le reste pour de l’hypertension. Des chiffres plus élevés que dans d’autres pays, qui reflètent une tendance générale à la surconsommation de médicaments en France. Un pictogramme permet de signaler les médicaments dangereux. Mais en pratique, il est mal utilisé. «Une quinzaine de substances sont tératogènes chez l’humain (provoquent des malformations chez le fœtus, NDLR) et une quarantaine sont foetotoxiques, ce qui représente environ 10% des spécialités sur le marché», souligne le Centre de Référence sur les Agents Tératogènes, qui recense sur son site tous les médicaments dangereux pour la femme enceinte. «Seules ces spécialités devraient disposer d’un pictogramme pour attirer l’attention des professionnels de santé et des patientes en raison de leur effet nocif avéré chez l’humain. Or, environ 60 à 70 % des spécialités vont se voir apposer un pictogramme ’’Interdit’’ ou ’’Danger’’.»

 

26 Août - 1er Septembre 2019

Moustiques vecteurs de maladies. Pour limiter le risque d’importation et d’implantation des maladies dites vectorielles transmises par des moustiques, le ministère chargé de la santé a mis en place un dispositif de surveillance. Il s’oriente autour de trois grands axes : la détection précoce de la présence de ces moustiques vecteurs, une surveillance des cas humains de maladies qu’ils véhiculent (dengue, chikungunya…) et une sensibilisation des personnes résidant dans les zones où ces moustiques sont présents et actifs. Principales maladies vectorielles transmises par les moustiques : Le chikungunyaLa dengue,  Le virus ZikaLa fièvre du Nil occidental (West Nile virus)La fièvre jauneLe paludisme (Site de l’OMS) Pour en savoir plus, Deux WIKI/SFDRMG/UnaformeC Dengue et Chikungunya Trois Bibliomed : La dengue : état des lieux en 2017, Zika, microcéphalies et lésions neurologiques? De nouvelles données, Chikungunya

 

Les femmes enceintes prennent encore trop de médicaments. Selon une étude franco-canadienne publiée en juillet dans la revue Plos One, les femmes enceintes sont toujours nombreuses à consommer trop de médicaments en France. 9 sur 10. Grâce aux données anonymisées de la sécurité sociale, plus de 36.000 grossesses menées à terme entre 2010 et 2013 ont pu être analysées. Conclusion: neuf femmes enceintes sur dix ont pris des médicaments, trois prescriptions en moyenne. Entre 19% et 30% d’entre elles étaient traitées pour une dépression, 11% à 15% pour de l’asthme, 1% à 8% pour un diabète et le reste pour de l’hypertension. Des chiffres plus élevés que dans d’autres pays, qui reflètent une tendance générale à la surconsommation de médicaments en France. Un pictogramme permet de signaler les médicaments dangereux. Mais en pratique, il est mal utilisé. «Une quinzaine de substances sont tératogènes chez l’humain (provoquent des malformations chez le fœtus, NDLR) et une quarantaine sont foetotoxiques, ce qui représente environ 10% des spécialités sur le marché», souligne le Centre de Référence sur les Agents Tératogènes, qui recense sur son site tous les médicaments dangereux pour la femme enceinte. «Seules ces spécialités devraient disposer d’un pictogramme pour attirer l’attention des professionnels de santé et des patientes en raison de leur effet nocif avéré chez l’humain. Or, environ 60 à 70 % des spécialités vont se voir apposer un pictogramme ’’Interdit’’ ou ’’Danger’’.»

22-28 Juillet 2019

Investigations autour des cas d’agénésie transverse des membres supérieurs (ATMS) observés dans trois départements métropolitains. Deux comités ont été constitués par Santé Publique France et l’Anses pour mener cette mission : > un comité d’experts scientifiques (CES) composé de 20 personnalités scientifiques couvrant l’ensemble des disciplines utiles au regard du sujet, chargé d’identifier et d’analyser les différentes hypothèses causales, de formuler des recommandations aux pouvoir publics en matière de suivi des populations et de maîtrise des expositions. Le CES est un comité indépendant des agences sanitaires missionnées, constitué après appel à candidatures. Un comité d’orientation et de suivi (COS) qui regroupe l’ensemble des parties prenantes concernées par les ATMS, et en particulier des parents d’enfants atteints de cette malformation.     Le communiqué de presse  Premier Rapport sur les Agénésies Transverses des Membres Supérieurs (ATMS). Ain, Morbihan et Loire-Atlantique. 266 pages

 

Même en métropole il faut penser au diagnostic de dengue ou de chikungunyaArboviroses : données de surveillance pour anticiper la lutte. Depuis 2010, en métropole, 12 épisodes de transmission autochtone ont été identifiés, 9 de dengue et 3 de chikungunya, qui ont entraîné au total 54 cas autochtones, 23 de dengue et 31 de chikungunya  En 2018, 352 cas d'arbovirose importés et 8 cas autochtones ont été identifiés en France métropolitaine. Ces 8 cas concernaient la dengue dans les Alpes-Maritimes (5), le Gard (1) et l'Hérault (2).  Le BEH du 9 juillet 2019

 

Les publications institutionnelles de la HAS. La HAS a publié le 9 juillet 2019 son Partager sur Facebook

-->
  • Scoop.it