TLMFMC - Formation Médicale Continue - Développement Professionnel Continu
> Retour à la présentation du Dossier 110
  • Une organisation dont il faut évaluer le coût

  • «L’absence de rémunération pérenne et stable pour les actes de télémédecine empêche son développement », avancent de nombreux acteurs de la santé, dont la Fédération hospitalière de France (FHF). David Gruson, son délégué général, déplore que « la télémédecine soit considérée comme un acte médical ». Selon lui, le système de facturation n’est pas aligné, la facturation des actes restant forfaitaire et discrétionnaire. Etant donné qu’il n’y a pas d’incitation tarifaire encourageant à choisir la téléconsultation, il serait judicieux, selon lui, « d’aligner la facturation sur l’acte physique plutôt que privilégier le forfaitaire afin d’encourager la pratique ». De son côté, l’Ordre des médecins considère que la rémunération doit comprendre une forfaitisation et un paiement à l’acte, notamment pour le suivi des maladies chroniques. Troisième critique venant cette fois de Pierre Simon, ancien président de la Société française de télémédecine et auteur du livre « Télémédecine : Enjeux et pratiques » : la prise en charge spécifique des maladies chroniques doit inciter à intégrer les pratiques dans le cadre d’un forfait. Ensuite, la plupart des actes de télémédecine sont proposés à l’hôpital. 4% d’entre eux environ concernent d’autres structures tels des centres ou des établissements mutualistes, tous installés dans des villes bien connectées. Dernier bémol venant là de l’Assurance maladie, qui considère la télémédecine comme un médicament et « non comme une organisation », regrette Pierre Simon qui préconise «des modèles médico-économiques qui évaluent une organisation, et non une action». A ce jour, si la Sécurité sociale étudie la forme et le montant de ses remboursements, la prise en charge d’actes de télémédecine est assurée par certaines mutuelles, notamment pour les patients atteints d’une maladie chronique et dont l’état de santé nécessite des interactions régulières avec les soignants.

     

    F.G.

     

> Retour à la présentation du Dossier 110
  • Ce dossier est composé de 6 Articles